Avertir le modérateur

29/04/2011

Prime ou loto ? Bingo !

Bingo.JPGJ'ai envisagé cette note il y a quelques jours lorsque notre bien-aimé Gouvernement a annoncé que les entreprises allaient devoir accoucher dans la douleur verser une prime de 1 000 Euro à leurs salariés. A noter qu'il existe déjà la formule de l'intéressement.

Mais j'ai bien pris la précaution de ne rien publier sans plus d'éléments, tant cette info annoncée comme souvent dans la précipitation semblait vide et bonne à faire du vent redorer le blason des patrons pour lesquels on venait de découvrir que certains se font 150 fois le SMIC (ouille, le plafond voulu par la gauche et fixé à 20 fois le salaire minimum va faire des dégats), et du Président qui n'en finit plus de sombrer dans les sondages.

A ce rythme il sera bientôt annoncé perdant même face à des illustres inconnus. Et quand on sait que de l'autre côté de l'Atlantique, un an avant élection, B. Obama était quasiment un inconnu, on peut spéculer un peu. Lol

A présent que les dernières infos me laissent imaginer qu'on a touché le fond dans le genre pathétique, je publie, d'autant que ma note initialement prévue et programmée pour être diffusée à 8 h 30 ne l'était toujours pas à 9 h 45...

Bref, donc cette fameuse prime de 1 000 euros qui s'intercale entre la prime à la casse des autos et celles des chaudières au fuel, c'est dire la façon dont on est considérés, s'est évidemment mise à rétrécir au fil des jours comme un pull victime d'un mauvais lavage au fur et à mesure que les conditions d'octroi s'affinaient.

Alors déjà une question bien naïve en mode bien blonde que je ne suis pas (ou alors comme les Kinder, blonde à l'intérieur et brune en dehors) me vient à l'esprit : les patrons ont-ils vraiment besoin qu'on légifère pour les forcer sous la contrainte à redistribuer quelques bénéfices à ceux qui font tourner physiquement, mécaniquement, techniquement, les entreprises. Et qui à ma connaissance ne sont pas les actionnaires ou alors quelque chose m'a échappé... Sont supposés intelligents. Pouvaient pas y penser tous seuls ?!!!! ;) Si évidemment, mais ça aurait été moins sympa pour eux.

Donc, entreprises concernées, de plus de 50 salariés. Et du CAC 40. Déjà, des exclus.

Puis, ces même entreprises mais qui augmentent le versement de leurs dividendes versés à leurs actionnaires. Des exclus de plus. Déjà faut supposer que l'entreprise en versait l'année d'avant, et qu'elle va en augmenter le montant cette année.

Exclus aussi de fait, les fonctionnaires.

Pour en arriver à ce que finalement cette fameuse prime n'aura pas de minima légal imposé aux patrons. Une façon sans doute de satisfaire le Medef qui voulait lui relever le nombre minimum de salariés à 500...

Du coup, je sens que certains vont oser redistribuer élégamment et généreusement, tout en jubilant, 2,37 € ou 18,54 € (chiffres donnés au pif) à leurs salariés.

Donc j'apporte ma pierre à l'édifice en suggérant une autre forme de prime. Attention, c'est du lourd. Puisque l'octroi de cette prime s'apprente à une loterie avec ses gagnants et ses perdants, offrez plutôt un ticket de gratte-gratte à 2 € à chacun de vos salariés. Au milieu de tout ça, il y aura forcément quelques gagnants, en plus de la Française des jeux selon laquelle 100 % des gagnants on tenté leur chance (100 % des perdants aussi d'ailleurs).

PS : En photo, un ticket qui me rapporte 8 €. Ma prime à moi ! Le pire c'est que je dois en acheter un par an.

 

06/08/2010

Sécurité... plus vraiment sociale

Comme je l'avais expliqué sur d'autres notes, chercher du boulot ne consiste pas que à répondre à des offres, ou faire des candidatures spontanées, ou passer des coups de téléphone. On peut aussi être amenés à suivre des programmes de perfectionnement, ou encore à passer des tests de sélection, comme les tests dits tests MRS, (méthode de recrutement par simulation) puis des entretiens si réussite, et ce afin d'intégrer ensuite, dans des grandes structures, le plus souvent à vocation de service au public, des bases de données de candidats aptes et potentiellement exploitables recrutables.

A noter que quand ils expliquent (sur le site du Pôle) qu'un des principe de la MRS est de faire oublier le CV pour ne se baser que sur les compétences réelles, je me marre. Parfois oui, en effet, mais le plus souvent, au bout du bout, ce petit acronyme de 2 lettres est bien prononcé : "n'oubliez pas votre CV pour l'entretien...". Et je pense qu'aux yeux de l'employeur pas fou non plus, il peut faire la différence lors de la phase finale (tout comme une photo).

Fin 2008, eh oui, ça commence à dater, mais le pays ne s'affole pas plus que ça, j'ai donc participé à une réunion d'information pour la CPAM de mon département qui se reconstituait son vivier de pigeons de demandeurs d'emploi désespérés.

Ayant accepté le principe (faut dire qu'ils savent vendre chez Pôle et à la Sécu), j'ai donc subit (c'est pas exagéré) les tests MRS. Ayant réussi (en même temps, nous étions triés sur le volet aussi,  comme les écoles privées qui affichent  fièrement 99 % de résultats positifs aux examens alors qu'ils recrutent sur dossiers, donc bon), j'ai eu droit à l'entretien. Et passé avec brio cette formalité, on m'avait donc intégrée au fameux fichier. Nous étions là en décembre 2008.

Lors de la réunion, le processus de recrutement nous avait été expliqué, de même que les possibilités d'évolution dans la structure. Les mots pérennisation, CDI avaient même été lâchés. Si-Si.

Lire la suite

23/03/2010

Le printemps, ses fleurs... et ses grèves

prim23mars10.JPGMardi 23 mars 2010, Jour de grève nationale. Pour planter le décors, non il ne s'agit pas d'une énième grève du secteur public visant à emmerder l'usager. Le droit de grève est inscrit dans le préambule de la constitution du 27 octobre 1946 : "Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent".

Alors les salariés du privé, qui au passage ont des salaires en moyenne supérieurs à ceux du public, peuvent parfaitement sacrifier 2 h ou une journée de travail pour défendre une/des cause(s), s'ils le jugent utile. Nul besoin de se plaindre en direct devant les caméras de ces méchants fonctionnaires qui font rien que de les embêter.

Comme si les-dits fonctionnaires ou agent de service au public se faisaient une sorte de vocation de pourrir la vie des autres quelques jours par an.

 

N'oublions pas par exemple, que quand des personnels de crèche sont en grève pour réclamer le remplacement des départs à a retraite, de meilleures conditions de travail, il y va de l'intérêt de vos enfants. Et que à chaque rentrée, vous êtes probablement les 1ers à pester contre le manque de place dans les crèches justement.

Donc on ne peut pas se plaindre du problème et en même temps en vouloir à ceux qui tentent de le solutionner. Ou alors, il faut pouvoir argumenter et apporter d'autres hypothèses de travail.

Vous trouvez l'attente à la CPAM trop longue, vous trouvez abusif que des CAF ferment plusieurs jours par mois pour surcharge de dossiers à traiter, vous êtes mécontents parce qu'il y a 35 élèves par classes ou 5 h d'attente aux urgences des hôpitaux. Et tout ça avec des millions de demandeur d'emploi.

Mécontents aussi de la taxe carbone ou de la taxe sur les médicaments, du prix de l'essence sans cesse en hausse pendant que Total dégage des profits hallucinants (et dégage aussi du personnel), phénomènes qui contribuent à diminuer le pouvoir d'achat. Vous vous inquiétez de devoir bosser jusqu'à plus de 65 ans pour une retraite misérable...

Alors c'est le moment ou jamais l'exprimer, ou du moins de ne pas taper sur ceux qui veulent se faire entendre.

Parce que même si vous n'êtes pas dans la rue, ou tout simplement absent de votre poste de travail, vous profitez quand même de la moindre victoire des avancées obtenues, à chaque négociation.

Parce que c'est quand même curieux, mais quand des salariés se mettent en grève pour obtenir les hausses de salaire ou de meilleures conditions de travail, ben on n'a encore jamais vu un non gréviste refuser les avantages ainsi gagnés par les autres, au motif qu'il ne cautionnait pas le mouvement...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu