Avertir le modérateur

06/09/2010

Lettre ouverte aux bleus de Blanc

Messieurs les joueurs,

 

Il y a quelques semaines, vous nous avez fait une grève. Vous ne devez pas connaitre le sens et l'impact réel de ce mot et de cette action, puisque une grève nécessite un préavis et suppose une retenue sur salaire.

Vu de l'extérieur, votre grève ressemblait à un caprice d'enfants gâtés, mais ne revenons pas la-dessus.

Aujourd'hui cependant, vous pouvez vous rattraper. Vous pouvez réaliser votre rêve. Vous impliquer dans une vraie grève et ses manifs.

Celle du mardi 7 septembre.

Les préavis ont été déposés par de nombreux syndicats. En vous pressant un peu, vous aurez le temps de payer votre contribution (souvent proportionnelle aux revenus, ça remplira les caisses) et vous encarter.

C'est le jour où vous devez jouer une qualif ; raison de plus... Au moins personne ne vous reprochera la défaite.

Voilà, vous avez les cartes en mains (et pas le ballon, hein, c'est interdit, sauf pour le goal).

Peut-être même avez-vous ramené quelques vuvuzelas dans vos bagages, sinon, un ou deux sifflets feront l'affaire. Ben oui, faut bien animer un peu. Vous pouvez aussi venir en tenue de travail, et pourquoi pas avec les accessoires (ballons).

Vous avez aussi des assistants et conseillers forts utiles pour la rédaction des communiqués.

Et puis on vous écoute puisque d'une part la presse est suspendue au moindre de vos faits et gestes. Et que en plus, à votre retour, l'un d'entre vous avait pu obtenir audience auprès du Président (selon la formule consacrée, on ne peut en effet pas parler d'un rendez-vous). A présent sorti des rangs (des bleus), il a sans doute gardé le numéro de téléphone du big boss, numéro que vous pourrez récupérer sans mal, je n'en doute pas.

Alors à très vite dans les rues !

 

Cordialement,

Signé : Une future retraitée précaire, si vie lui est accordée au delà de 67 ans.

 

 

 

24/05/2010

Culpabilisation

Le Gouvernement tente de nous faire croire que nous, les citoyens français, sommes les seuls et uniques responsables de l'endettement du pays.

Alors je vais pas lister les nombreux points et nombreuses erreurs commises par nos élus (droite ou gauche) ces dernières années.

Mais juste comme ça pour rire (!). Déjà, nous sommes imposés sur le net imposable, qui lui-même ne représente pas le net perçu, mais une somme majorée de taxes (CGS, CRDS), cotisations que nous avons déjà pourtant payées, puisque faisant partie des cotisations salariales.

On paie donc non seulement un impôt sur un impôt, mais en plus un impôts sur une somme que l'on a même pas perçue. Et aussi étrange que ça puisse paraître, le conseil constitutionnel n'y trouve rien à redire. Ce qui engendre une baisse de pouvoir d'achat et impact sur l'économie.

Ca c'était pour une petite piqûre de rappel vu que ça doit exister depuis pas loin de 15 ou 20 ans, mais chaque année à cette époque, de nouveaux venus sur le marché du travail découvrent, avec les joies de la déclaration de revenus, ce curieux business qui profite à Bercy (d'ailleurs, le prélèvement à la source promis pendant les élections, il est en où ?).

On nous dérembourse des tonnes de médoc qui après 20 ans de bons et loyaux services finalement s'avèrent être inefficaces (super doivent se dire ceux qui se soignent avec).

On nous colle un jour de solidarité aux personnes âgées tout ça parce que personne au Gouvernement n'avait pris la mesure de l'ampleur de la catastrophe de la canicule 2003, alors que des médecins, pompiers etc... tiraient la sonnette d'alarme depuis plusieurs semaines (perso quand on ouvre son quotidien et qu'on voit que pendant plus d'un mois, la page des décès en occupe 2 de pages au lieu d'1/2, j'y vois quand même le commencement d'un -mauvais- signe mais bon...)

Lire la suite

09/11/2009

Mon avenir (pas si lointain)

J'ai déjà évoqué ici même les difficultés que mon futur de "retraitée" va amener. Les difficultés financières principalement. Difficultés qui vont concerner une immense partie de la population, vu le contexte économique.

En effet, j'ai commencé à bosser sur le tard. Mes périodes d'activité sont souvent faites de temps incomplets, d'emplois rémunérés au minimum (SMIC). Et entrecoupées de plus ou moins longues (plutôt plus que moins) périodes de chômage.

Et pendant ce temps, les durées de cotisations s'allongent (faire bosser les gens plus longtemps c'est supposé résoudre les problèmes de chômage !).

Aussi, non seulement je vais devoir travailler au-delà de mes 65 ans ; au détriment donc de ceux qui cherchent un emploi. Mais en plus, ma retraite sera pour le moins assez faible, puisque basée sur des revenus trop bas.

Donc je réfléchis à des façons d'améliorer un futur quotidien. Non exhaustive ma liste, vu que je cogite à plein temps (ou presque, à plein temps je n'ai pas le droit, je dois me consacrer à ma recherche d'emploi).

  1. Prendre 2 jobs en parallèle. Par exemple, en complément, faire des ménages, du repassage (là on n'est pas rendus...), garder des enfants... Mais ça suppose une certaine régularité dans les horaires du job principal pour laisser suffisamment de marge de manœuvre. Et puis, faudrait déjà en trouver un. Juste un. Pas gagné.
  2. Me lancer dans une profession libérale type paramédicale, avocat, juriste etc... ce qui suppose une reprise d'étude, et donc on en revient à mes problèmes de formation.
  3. Gratter quelques trimestres en les rachetant. Soit en rachetant ceux qui correspondent aux années d'études supérieures. Soit ceux qui correspondent aux années incomplètes. Sauf que on ne peut racheter que 12 trimestres maxi. Donc inutile d'envisager cette option si on sait d'avance que même dans cette hypothèse, on n'atteindra jamais le nombre minimum de trimestres nécessaires pour une validation de retraite à taux plein. Et puis le montant des rachats est clairement dissuasif (en 2007, le montant pour un trimestre racheté s'établissait dans une fourchette allant de 949 à 5 766 euros). Donc à moins d'avoir gagné la supercagnotte du loto, ou détourné un fourgon blindé (enfin, son contenu surtout) auquel cas le rachat de trimestres n'est plus une de nos préoccupations principales, c'est pour ainsi dire infaisable. Et au cas où nous ne serions pas découragés ni par l'incertitude quant aux durées futures de cotisation et à l'utilité d'une telle démarche, ni par le coût, il faut savoir que les procédures sont complexes. C'est à peu près aussi simple que les procédures de VAE.
  4. Je cherche...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu