Avertir le modérateur

10/10/2012

Tremplin, pour sautiller

Le journal "20 minutes" posait la question il y a quelques jours :

"Enchaîner les CDD, tremplin ou galère" ?

Je pensais que le sujet amènerait beaucoup de plus d'échanges, de témoignages, eu égard au déchaînement de passions qu'il peut y avoir parfois sur d'autres thèmes.

Je n'ai personnellement pas témoigné, mais je retrouve dans certains messages une partie de ma vie.

Si l'on faisait une dissertation sur le sujet, on aurait probablement thèse/antithèse/synthèse.

Si moi, "victime" de ce concept, je m'exprime, je file directement à la synthèse. Au pire ça reprend en partie ce que j'ai déjà dit au fil de billets récapitulant partiellement ma vie de galères professionnelles.

En préambule, je pense pouvoir affirmer que oui, et même un grand OUI, les CDD sont formateurs. Ils sont nécessaires à l'entrée dans le monde du travail. Soit parce que le futur actif se "cherche" un peu et donc doit aborder divers secteurs, diverses activités.

Ou alors la personne a déjà une idée précise du domaine dans lequel elle va/veut travailler, mais peut l'appréhender dans diverses structures.

Et aussi tout simplement parce que quand on sort de l'Ecole, diplômé ou pas, le CDD c'est un peu inéluctable. Il est en effet assez rare, sauf quelques exceptions, de se voir confier un CDI sitôt la porte de la Fac ou du Lycée refermée derrière soi.

Lire la suite

11/10/2011

[Fonction Publique] Suppression de postes en image

En période de crise, et même avant, un des premiers réflexes des Gouvernements, pour améliorer ses finances, est de supprimer des postes dans les fonctions publiques.

Supprimer et pas redéployer. Supprimer sous couvert de départs à la retraite ou supprimer pour supprimer, la finalité est la même. Tout au plus, on place quelques conctractuels pour boucher quelques trous. Sortes de rustines pour faire taire les mauvaises langues.

On aboutit inéluctablement à un service public détérioré, des agents stressés, précarisés. Et des usagers sur les nerfs, qui s'en prennent aux agents etc...

Le plus épatant en France étant que l'on applique ces surprenants principes alors même que notre population est en hausse. On se targue même d'une démographie la plus élevée d'Europe. Et qui dit démographie élevée dit naissance ou me trompe-je ? Et qui dit naissances dit futurs écoliers ou me trompe-je toujours ?!!!

Ce qui m'amène à poster cette petite vidéo qui résume de façon "amusante" (souvenirs-souvenirs des Playmobils), la casse de l'Education Nationale.


 

Notons qu'on peut réaliser le même scenario pour l'hôpital public par exemple. Avec un numerus clausus qui stagne en parallèle à une population toujours plus nombreuse, et plus demandeuse du fait de la précocité de dépistages de diagnostics ou encore d'une espérance de vie plus élevée, on se retrouve malgré tout face à des lits fermés, des compressions de pavillons pour "faciliter" la compression de personnel.

Voilà comment suite à ma dernière intervention chirurgicale, de chirurgie réparatrice (donc pavillon "chirurigie esthétique, réparatrice et reconstructrice"), je me suis retrouvée en urologie.

Et comment Frangin a vécu le pire du pire des soins, ou plutôt de l'absence de prise en charge (je me répète, mais feuilleton à venir). Victime d'une paralysie, il fut "pris en charge" (?!) par un gastro-entérologue, dans un service de soins "généraux" (joli nom pour "fourre-tout"), coincé entre un alcoolique en sevrage et un suicidaire.

Parce que oui, ils étaient trois par chambre.

Pour quand le retour des dortoirs de 10 lits ?!!!

13/04/2011

Délinquante

Billet rédigé voici quelques jours mais que j'avais laissé en attente de postage le temps que l'info soit médiatisée. Sauf que l'univers des blogs est plus rapide que celui des médias comme vecteur de transmission de l'info... laquelle info est assez chargée en ce moment (d'ailleurs les éditorialistes doivent même plus savoir ou donner de la tête...)  ;-)

menottes (2).JPGDonc, grande nouvelle, je suis une délinquante... Bon, délinquante de la route  on savait déjà. Radar, one point !

Mais là, je risque d'avoir franchi une étape de plus dont la peine sera d'être punie d'un travail d'intérêt général, rebâptisé "tâche" pour faire plus soft.

Mon délit : être au chômage longue durée et indemnisée ou dans mon cas, sous allocation "sociale".

La sentence tombera si cette proposition loi qui fût enregistrée le jour de mon anniv', :) est adoptée. Vu comme ça, ses chances d'adoption sont moindres. Xavier Bertrand déjà initiateur a fait volte-face alors qu'en 2007 ça le titillait. Mais le boss serait contre (avait-il trouvé pire ?).

Donc pour être simple, voilà l'idée de génie de cet élu (enfin d'autres l'ont eu avant lui, mais là, le contexte est différent). Il préconise donc :

"de favoriser le retour à l'emploi en demandant aux chômeurs indemnisés depuis plus de six mois, et aux bénéficiaires du revenu de solidarité active, de réaliser 20 heures de travail par semaine au service des collectivités locales (mairies, intercommunalités...), mais aussi des hôpitaux, maisons de retraite, ou de grands établissements publics tels que l'Office national des forêts. Ces personnes au chômage depuis plus de six mois ou bénéficiaires du revenu de solidarité active pourraient ainsi apporter une contribution au service de la société, en contrepartie des allocations ou des aides perçues, afin d'aider à des tâches d'intérêt général : débroussaillage, entretien des forêts, chemins ou espaces publics..."

Lire la suite

08:57 Publié dans Aboiements | Lien permanent | Tags : rsa, ass, tig, précarité | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu