Avertir le modérateur

01/12/2011

[Mini-Série Médicale] Episode 4/6

Nous arrivons à l'hôpital en début d'après-midi du 11 novembre. Toujours pas de RV au scanner et la PL toujours pas réalisée. La toubib ne peut réaliser la PL tant qu'on ne lui donne pas un créneau pour le scan histoire que les deux actes ne se télescopent pas.

Son pote infirmier qui est déjà à au moins 30 h de présence à l'hôpital et qui a pris des nouvelles de son côté nous rejoint. Un geste que jamais nous n'oublierons. Il passera près de 2 h avec nous. Mais le médecin refuse qu'il soit présent à nos côté lorsqu'elle nous fait un "mini-bilan" de la situation…

A force d'insister elle réussira à obtenir une place en soins intensifs (SI plus loin) mais pas avant fin de journée, début de soirée. Soit plus de 24 h après hospitalisation. Paradoxalement, un transfèrement en soins intensif nous rassure. Ouf de soulagement.

A quoi Frangin se raccroche-t-il pour être encore en vie, pour se battre ? Quel est donc ce fil qui le maintient encore auprès de nous.

On ne peut pas le voir, il est préparé pour la PL. Tout juste je l'aperçois dans l'encadrement de la porte. Il semble avoir pris 30 ans en 30 h. Nous aussi.

La PL sera donc bien réalisée en médecine interne, pour gagner du temps.

A ce moment là, évidemment que toutes les supputations ont été faites. Y compris les plus "exotiques". La PL tend à me laisser supposer qu'ils veulent aussi éliminer un cas de méningite.

Le soir même, petit frère est donc acheminé en soins intensifs. On nous fait patienter dans la salle d'attente le temps de l'installer. Ca nous donne tout le temps et le loisir de prendre connaissance du règlement particulier afférent à ce lieu. Notamment pas plus de deux visites simultanées ou encore le passage en sas pour se laver les mains au savon puis solution hydroalcoolique.

On répond en même temps aux multiples appels de tous ses copains qui s'interrogent, s'affolent, veulent le voir.

Son téléphone, un Iphone que je vais devoir apprendre à maîtriser en 5 min sature. Le mien et celui de maman aussi. Je ne compte plus le nombre de SMS vides, des bulles comme il me dira plus tard, que j'ai envoyé par maladresse.

A nouveau on prend conscience à quel point "on ne choisit pas sa famille ; on choisit ses amis"…

Puis on nous accompagne à son chevet. Il est cette fois relié à plein d'appareils. Et sans aucune exagération, des litres de perfusions passent en lui.

Une infirmière tente de le faire sortir de sa léthargie en le forçant à ouvrir les yeux, tandis que ceux de maman et les miens tentent de contrôler leurs larmes.

A peine réussit-il à balbutier d'un autre monde après avoir entendu ma voix, que je suis sa sœur. Une victoire.

Nous resterons auprès de lui environ 1h. Il dort. Enfin ce n'est pas du sommeil, plutôt une forme de torpeur. On lui parle.

On nous assure que des tests se poursuivent, que le résultat de la PL et du scan ne sont pas encore connus.

Les personnels tentent de nous rassurer aussi. Nous sommes enfin écoutés et interrogés.

Je me résigne à proposer à maman de rentrer.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu