Avertir le modérateur

08/03/2011

Déprécariser

Oui, j'invente des mots, je plaide coupable. Mais vouloir résorber la précarité pourrait être la définition de "déprécariser". Et c'est donc ce que s'emploient à faire (mal ?!!) les Ministres/Secrétaires d'Etat à la Fonction Publique (quand il y en a), qui se succèdent.

Au tour donc de Georges Tron, de s'y coller. Il annonce que les négociations pour l'avenir des contractuels de la fonction publiques sont sur le point de se finaliser, la dernière rencontre avec les syndicats était au programme de ce lundi.

J'ai déjà dit ici même ce que je pensais des négociations visant à "pérenniser" soit par la voie de la mutation des CDD en CDI, soit en facilitant l'accès aux concours alors qu'il y a déjà 2 à 3 voie d'accès selon les filières et selon la fonction publique concernée.

Je ne vais pas cacher mon amertume, et je pense que d'autres reçus-collés seront du même avis que moi.

Je rappelle pour les non-initiés au langage fonction publique, que dans un souci d'égalité d'accès, un emploi ne peut être pourvu que par voie de concours. Le recours aux contractuels ne pouvant lui être que exceptionnel (sur des fonctions qui requièrent par exemple une technicité particulière, ce qui laisse un champ d'interprétation du texte aussi flou que vaste).

Du coup, le pire, ce sont les propos du Ministre qui annonce presque fièrement que :

"l'administration allait continuer à employer des agents en contrats à durée déterminée. Le recours aux CDD doit cependant «Etre mieux encadré. Il s'agit de réaffirmer deux principes simples: un emploi permanent doit être occupé par un titulaire. Mais, comme les entreprises du privé, le service public a des besoins ponctuels qui justifient de recourir à des CDD".

On doit pas avoir la même notion du "ponctuel" alors. Parce que du ponctuel de plus d'un an, chez moi, c'est du longue durée. Alors 3, voire parfois 6 ans de ponctuel, si le Gouvernement appelle ça de la flexibilité, moi j'appelle ça de l'abus.

Lire la suite

17/01/2010

Et un + un de moins = deux de perdus…

Comme je l'évoquais sur de précédentes notes, voici quelques années, alors que je bossais (contrat à durée limitée), dans un secteur qui me plaisait de moins en moins, j'avais donc commencé à préparer une sorte de reconversion, de toute façon nécessaire. Pas le genre de reconversion où l'on passe de cadre dans la grande distribution à éleveur de chèvres dans le Larzac évidemment, mais juste une reconversion qui devait m'apporter un rayon de soleil grâce à une stabilité professionnelle : la fonction publique, la territoriale pour être précise. Je pouvais ainsi combiner mon savoir, exploiter mon parcours, et proposer mes compétences dans un secteur que j'apprécie, le service au public.

Et je dis bien "devait m'apporter". Vu que la réalité est toute autre.

Pour intégrer la fonction publique, j'ai donc choisi la voie "légale", la seule supposée prévaloir sur toutes les autres (c'est inscrit dans la constitution) : les concours. J'ai préparé, révisé, fait des recherches, discuté sur les forums spécialisés (MT entre autres), et fait au passage de belles rencontres, et ce tout en bossant largement plus de 35 h/hebdo, puis me suis présentée.

Et j'ai passé avec succès les écrits, puis les oraux, et ce de deux concours administratifs. Et me suis donc vu attribuer le titre très pompeux de "lauréate". A deux reprises, en moins de 6 mois.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu