Avertir le modérateur

19/11/2010

Ruse d'indemnisation, suite

Sur cette précédente note, j'expliquais que malgré ma situation de demandeur d'emploi, j'avais fait le choix de déclarer mon arrêt de travail consécutif à l'intervention chirurgicale subie.

J'avais en effet réalisé une rapide estimation qui m'avait permis de déterminer que le montant servi en indemnités journalières (IJ) de la sécurité sociale serait supérieur à mon indemnisation Pôle-Emploi actuelle à savoir, l'ASS.

Donc, réalité des chiffres, après confirmation de mes estimations :

  • ASS = 15,14 euro net/jour
  • IJ = 25,27 euro brut/jour, somme à laquelle il convient de retirer environ 7% de CSG/CRDS

Sur la période concernée de 45 jours d'arrêt, le passage aux indemnités journalières me permet de percevoir environ 300 € de plus que sous ASS, déduction faite des cotisations et du délai de carence.

J'ai attendu d'avoir reçu les 3 versements de la CPAM (les IJ sont versées tous les 15 jours en début et mileu de mois), pour publier cette note afin d'avancer du concret.

Je sais même pas si je dois me réjouir d'avoir dû être aussi calculatrice mais cette somme n'est pas négligeable.

A noter que suite à un gros souci d'ordre familial, qui devrait faire l'objet d'une note d'ici peu, si je parviens à reprendre mes esprits, mon arrêt de travail a été prolongé de 15 jours.

 

07/10/2010

Ruse d'indemnisation... ou comment augmenter ses revenus.

Au moment de mon hospitalisation, ma situation administrative était donc "demandeur d'emploi", sous Allocation de Solidarité Spécifique, puisque plus de droits pour l'allocation de retour à l'emploi. Je percevais donc environ 450 €/mois. Et ce depuis courant août.

Le chirurgien m'avait parlé d'un arrêt médical de 1 mois et m'a finalement prescrit une interruption de 45 jours. J'ai dû lui taper dans l'œil lol

Etant sans activité (enfin si, je cherche du boulot mais je peux faire ça depuis sous ma couette !), j'envisageais au début de ne pas faire valoir mon arrêt de travail. Je pensais demander au Pôle-Emploi 3 ou 4 semaines de congés, puisque je n'en ai pas pris, de façon afin éviter tout "risques" d'être convoquée ou de devoir participer à un inutile quelconque atelier, pendant ma convalescence, surtout les 3 premières semaines, même si je me dis que si les 45 jours sont sans doute justifiés et pas volés, car pas distribués de façon irrationnelle, surtout avec le gouffre abyssal de la sécu et économies de bout de chandelle...

Et puis aussi, quand on est au chômage et en arrêt maladie, mieux vaut avoir une bonne imprimante ou un photocopieur à disposition : il faut fournir quantité de documents à la CPAM (certificats de travail, bulletins de salaire, feuille de situation pôle-emploi et ce sur 1 an au moins...).

Alors se prendre la tête pour perdre du fric, notamment sur le délai de carence de 3 jours, quand on ne perçoit déjà que 400 €/mois, dans mon cas ça n'en valait pas la peine.

Congés = solution de facilité en quelque sorte.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu