Avertir le modérateur

01/05/2012

Vrai du faux (travail)

vrai travail,fête du travail,muguetLe débat continue plus que jamais. Comme je disais sur des blogs, "Fête du vrai travail" ou "Vraie fête du travail", c'est un peu comme le concept de la "baisse tendancielle de la hausse" (référence aux chiffres du chômage il y a deux mois). Pour tous c'est une question de sémantique, et pour nous les "ressources humaines disponibles", ça nous fait juste une belle jambe.

Pis surtout, à supposer qu'on doive définir le concept de vrai travail (!) ce qui sous-entendrait donc du faux travail, et des vrais travailleurs opposés à des faux (bouh, et les emplois fictifs alors, mais je m'égare), le Candidat-Président et moi, on n'est pas d'accord du tout sur l'explication de texte qui en découlerait.

Lui, par vrai travail,  il voit les braves (?!) gens qui se lèvent aux aurores pour aller taffer -pour une misère- après s'être tapé 2 h de RER (à remplacer par votre transport local pour personnaliser la lecture). Il voit aussi ceux ayant construit toute leur vie sans rien demander à personne.

Nette opposition aux méchants fonctionnaires toujours en grève à se plaindre ou aux feignants-méchants-chômeurs qui se la coulent douce la mannette de Wii dans les mains devant leur écran plat aussi démesuré que leurs allocations.

Pour moi, et pas que, mais je ne m'exprime pas au nom des autres, un VRAI travail ne se définit pas par l'heure à laquelle on pointe ou par le nombre d'heures supp' qu'on se tape ou encore par le fait d'avoir un jour ou l'autre perçu une allocation.

Le VRAI travail est un concept qui existe dans mon esprit. Son opposition c'est le travail précaire. Le vrai travail se présente donc sous la forme d'un travail pérenne, de préférence dans la lignée de nos formations initiales et, soyons fous, luxe suprême, payé un peu plus qu'à la fronde du SMIC (M pour Minimum et pas Maximum comme semblent le croire faussement ou vraiment certains employeurs).

Payé au SMIC Mélenchonesque ça irait bien. Pour rappel, le SMIC selon Jean-Luc Mélenchon/Front de Gauche, c'est un chiffre référence fixé selon les syndicats Européens. D'où un SMIC "idéal" évalué à 1 700 € bruts en début de quinquennat pour arriver à 1 700 € nets en fin de mandat. Laurence Parisot a dû s'en choper un ulcère. 

Lire la suite

24/04/2012

Le vrai travail en fête

C'est repris maintenant par tous les médias : on se doit de distinguer deux formes de "travail" :

♦ Le vrai et… l'autre.

Quand j'ai entendu ça hier, du coup j'ai twitté un article ne sachant pas si j'allais avoir le temps de rédiger ou pas un billet.

Puis le temps, on peut le prendre.

Après tout, suis la-méchante-assistée-qui-se-lève-tard-parce-qu'elle-ne-bosse-pas-mais-gagne-plus-que-ceux-qui-se-lèvent-tôt-pour-rentrer-tard-après-avoir-gagné-moins (à lire à voix haute et d'une traite lol).

Traduction pour ceux qui me rejoignent sur Blogounet, suis le cliché parfait. En recherche d'emploi depuis la nuit des temps. Une assistée qui touche l'ASS (environ 15 €/jour), allocation que j'ai financé par les cotisations de mes précédents emplois. Et pire, je me lève tôt, soit vers 7 h tous les matins WE inclus depuis la nuit des temps aussi.

Donc hier soir en 5 min, je me suis attelée à rédiger ces quelques lignes. Voui, entre 23 h et minuit, comme ça dans cette tranche horaire, je n'ampute pas réellement mon temps libre qui doit être 100 % disponible à la recherche d'emploi. Pardon, de vrai travail.

C'était déjà pas simple de trouver un boulot, si maintenant faut s'amuser à distinguer le vrai du faux... On va avoir deux fois plus de boulot à en trouver un vrai !

Bref, sur le moment j'ai pensé à une sortie de Nadine Morano, voire de Frédéric Lefèbvre ou mieux, de l'éminent Laurent Wauquiez.

En aucun cas sur le moment je n'ai pensé au Candidat-Président.

Sur le moment. Parce que un millième de fraction de seconde plus tard, évidemment, la lumière fut.

Le 1er, mai, date symbolique pour les syndicats. Symbole aussi du Front de Gauche cette année. Et symbole aussi du F-Haine.

Fatalement il ne pouvait pas laisser de brèche dans ce créneau porteur situé pile entre deux tours. Fallait qu'il s'y engouffre avec tout le tact et la diplomatie qu'on lui connaît.

Alors quoi de mieux que de se distinguer ce jour là, par un concept atypique : le vrai travail.

Le mot est lâché, on différencie donc le travail, et par voie de conséquence les travailleurs.

Alors on pose une équation qui reprend les vieilles rengaines :

  • les assistés
  • les fonctionnaires qui manifestement n'ont pas eu non plus un vrai boulot
  • la France qui se lève tôt
  • travailler plus pour gagner plus
  • ne pas gagner moins en bossant que ceux qui ne bossent pas (et sa variante, ne pas gagner plus en ne bossant pas que ceux qui bossent)

et on déduit pour résultat qu'il existe de "vrais" travailleurs que l'on va donc opposer au reste des français. C'est charmant comme vision. Et charmant aussi comme division. Y'en a pour croire que ça fonctionne pour mieux régner.

Puis venant d'un Président qui n'a rien fait de plus que de proposer à ceux qui en ont déjà un de taf (un vrai, un faux, à ce stade peu importe), de travailler plus pendant que d'autres étaient à la peine, ou qui soutient les revenus du capital par ses mesures fiscales fort avantageuses à l'égard de certaines classes, c'est dans la logique dirons-nous.

A quand le "Code du vrai travail" ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu