Avertir le modérateur

25/03/2011

Votera ? ou pas !

Bon, j'ai moi-même affiché la couleur depuis quelques temps ; je ne vote plus, pour l'instant. Cette position est donc révisable. Je précise pour info que concernant ce scrutin, mon canton n'était pas concerné.

Quant à cette élection et aux débats actuels : votera ? ou pas. Et pour qui ?!!

Chaque électeur est me semble-t-il assez grand, mûr, mature, intelligent et j'arrête là pour la brosse à reluire, pour faire ses choix. Droite, gauche, extrêmes, vote de sanction, blanc, abstention...

Mais depuis plusieurs années, dans des configurations électorales spécifiques, les électeurs étaient habitués à "recevoir" des consignes de vote. Des consignes unanimes et sans ambiguïté, des sortes d'ordres déguisés même. En fait, on tient cette "tradition" du Parti C., et elle fût reprise par d'autres.

Sauf que les recevoir oui, les écouter aussi. S'y conformer, c'est un autre problème.

On y va tout seul dans l'isoloir. On ne va pas être infantilisé au point de se faire accompagner par la "bonne parole".

Et pour le coup, aujourd'hui, règne un flou artistique de tous bords (à ce propos, wanded : mais où est donc passée Ségo ?).

A chaque minute un nouvel appel, encore plus flou que le précédent. Ils causent pour ne rien dire. Brassent plus de vent qu'un mixer à nuages au point qu'on va en effet bientôt pouvoir se passer du nucléaire.

Pire, ils se justifient de leur non-choix au motif que ce ne sont "que" des cantonales, des conseillers généraux, une espèce en voie de disparition programmée. Le compte à rebours a commencé.

Et que donc la démocratie ne sera pas mise à mal si quelques élus frontistes viennent occuper quelques sièges... Pas faux sur le font. Mais tout ça après avoir tenté de faire campagne en redorant le blason (c'était donc nécessaire ?!) de ces élus là expliquant à quel point ils sont importants sur le volet social par exemple. C'est l'hôpital qui se fou de la charité.

Et au delà des consignes générales, on a même des critères perso qui entrent en considération, du côté d'E.Ecologie par exemple, avec une sombre histoire de règlement de compte qui va prendre ses ramifications quelques années en arrière quelque part en Lituanie... Purement abjecte.

Pourtant, la vraie question serait plutôt de se demander pourquoi et comment le F-HaiNe est devenu le 1er parti ouvrier de France...

2012 c'est demain et sauf si les prophéties visant à en faire l'année de la fin du monde se réalisent, faudrait voir à travailler un peu le sujet.

21/03/2011

Et le gagnant est...

L'abstention !

Je parle bien sûr des cantonales 2011.

Pauvres élections qui ont la malchance de tomber sans autres élections plus "porteuses" type législatives ou municipales.

Pauvres élections qui sont les dernières avant la grande révolution de 2014 qui verra les conseillers généraux et régionaux se muter en conseillers territoriaux (qui le sait d'ailleurs !), et perdre des plumes au passage. Sauf bien sûr si 2012 voit la gauche arriver au pouvoir, laquelle a annoncé que la réforme passerait alors à la trappe...

Et pauvres conseillers à la fonction si peu connue de leurs administrés, et qui ont peiné a faire campagne médiatique entre les remaniements, la crise économique, celle des pays Arabes et la déclaration de "résolution", ou encore la nature qui se déchaîne au point de braquer les caméras au pays du soleil levant ou partout ailleurs que chez nous... Pas un jour qui ne passe sur la planète sans un nouvel événement de toute nature. On s'ennuierait sinon, sans doute.

Pauvres conseillers qui à droite ont préféré éviter d'afficher la couleur, préférant user de subterfuges pour faire oublier que le boss est le boss. Et qui se retrouvent "victimes" de leur propre législation qui prévoyait, pour "éliminer" l'opposition, qu'un score égal à 12,5% des inscrits était requis pour se maintenir au 2ème tour. Les voilà éliminés eux même. Un but contre leur camp en quelque sorte.

Et pauvres de nous, électeurs, plus trop entendus ou écoutés, qui du coup ne prennons même plus la peine de nous déplacer.

Et si l'abstention atteignait 70, 80 % ? Quelle légitimité pour les assemblées élues... ?

Difficile à prendre la décision de s'abstenir. Mais nos votes sont méprisés par les forces en présence.

Et le vote blanc n'est pas reconnu comme tel. Dit autrement, on fait la démarche de se déplacer. On manifeste ainsi une forme de mécontentement qui ne compte pas.

D'ailleurs depuis longtemps des voix d'élèvent pour reconnaître le vote blanc. Actuellement, une énième tentative de reconnaissance est en marche, initiée notamment par Bruno Gaccio. Il a fait rédiger un texte. Lui reste à convaincre.

Bon, honnêtement, suis pas certaine que la reconnaissance des bulletins blancs pousserait plus les électeurs jusqu'à l'isoloir tant le ras-le-bol est plus profond.

Ras-le-bol aussi manifesté par des votes extrêmes.

Et le 21 avril 2002 n'a pas laissé assez de traces, ou alors la majorité a la mémoire courte ou très sélective, puisque le porte-parole ne se décide même pas à suggérer un véritable barrage.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu