Avertir le modérateur

22/04/2010

Je candidate, nous candidatons...

Je reviens aujourd'hui sur cette note, et notamment ce paragraphe : "me voici aujourd'hui devant une page blanche, pour postuler auprès d'un organisme à vocation de service public, ce même organisme qui vient de rejeter ma candidature pour un CDD dans un de leurs services..."

Après avoir bossé pour des secteurs similaires j'ai voulu tenter un organisme parallèle, qui recrutait. Sur une première offre cet organisme recrutait des CDD. Ma candidature fut recalée "sans pour autant que ça n'influe sur des candidatures à venir..." (donc).

Aussi, ni une ni deux, je mets ma méfiance de côté pour ressortir ma naïveté et mon désespoir, et je repostule (une fois passée l'angoisse momentanée de la page blanche, puisqu'il faut reformuler une candidature alors que l'encre sur la précédente est à peine sèche) sur une offre  de recrutement "en nombre", cette fois pour des contrats "pérennisables"

Lire la suite

15/12/2009

Pôle le magicien

J'avais déjà évoqué ici le curieux phénomène des disparitions d'offres sur le site du Pôle-Emploi.

Nouvelle confrontation hier lundi. Vers 18 h, peu après mon retour de mon petit boulot temporaire, et comme chaque soir, je me connecte sur le site du Pôle-Emploi. D'une part pour consulter mon dossier des fois que des précisions concernant ma situation alambiquée y auraient été portées (trop tordue sans doute, si bien que personne ne se risque à avancer un commencement d'explication). Et d'autre part, bien évidemment, à la recherche d'offres intéressantes (si-si, ça existe).

Mes yeux myopes, mais aiguisés et aguerris, flashent sur une offre de secrétaire administrative qui n'était pas là les jours précédents. J'hésite à télécandidater car il y a un hic : il s'agit certes d'un CDI, mais à temps partiel (28 h). Donc pas idéal. M'enfin bon, je me décide, sait-on jamais. Et après avoir vaqué à d'autres occupations, c'est vers 20 h que je me reconnecte pour postuler.

Et je passe en revue les offres du jour. A 2 ou 3 reprises. A ce moment-là, j'ai l'impression que en plus d'être myope, suis aussi presbyte, parce que "mon" offre est introuvable.

Comme j'avais fait un copié-collé pour archivage, je tente une recherche par numéro. Et là, apparaît le message suivant :

=> "La publication de l'offre dont la référence est XXXX a été suspendue (recrutement en cours)".

Et bien, j'en avais déjà vu des offres se volatiliser ainsi, mais encore jamais en dehors des heures habituelles de travail des agents.

Cette offre là est donc restée en ligne peut-être 6 ou 7 h grand max.

Alors, je me demande combien d'offres exactement échappent aux demandeurs d'emploi qui ne peuvent quand même pas passer 10 h par jour devant le site de M. Pôle (lequel site a d'ailleurs été légèrement modifié, maintenant, les offres déjà cliquées n'apparaissent plus d'une couleur différente des autres).

Comment prétendre à une recherche efficace et équitable si les offres disparaissent ainsi, surtout quand on est à la recherche d'un emploi, mais en poste, sans possibilité d'accès à internet, même pas pendant les pauses ?

Et puis, dire que le recrutement est déjà en cours alors que l'offre à tout au plus 8 h d'ancienneté, c'est pas des plus crédible.

La vérité étant plutôt que l'employeur a demandé son retrait du fait d'un nombre élevé de candidatures, d'autant que souvent les offres font l'objet de diffusions parallèles, ou que le Pôle en a décidé seul de la suspension pour les mêmes raisons.

La morale de l'histoire étant que lorsque l'on trouve une offre potentiellement intéressante, mieux vaut postuler illico, surtout quand on doit passer par la télécandidature (puisque dans ce cas, aucune référence d'un recruteur ou de l'agent en charge de l'offre), et ce quitte à ne pas donner suite après.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu