Avertir le modérateur

17/04/2012

Sous le pavé... pas de plage

Suite aux merveilleux commentaires de Nathdip sur un précédent billet, je viens ici non pas me justifier mais (ré)expliquer mon parcours. Une piqûre de rappel ne nuit pas. Version édulcorée je préviens. Volontairement je laisse des trous.

Je suis donc "diplômée" (bien pompeux pour un tel résultat) assistante de direction. Merveilleux rectangle de bristol qui m'autorise juste de prétendre en salaire à un peu plus qu'une secrétaire titulaire elle du bac ex G1 ou d'un BEP. Prétendre et c'est tout. L'employeur est souverain.

Prétendre plus, parce que nous pouvons en théorie être le bras droit des dirigeants et sous-dirigeants. Travailler donc au dernier étage là où tout est presque toujours tout-propre-tout-neuf, et non pas au rez-de-chaussée coincée entre l'entrée et l'ascenseur, là où c'est toujours plein de courant d'air. lol

Ca c'est pour la théorie servie dans les années 90 et encore maintenant j'imagine. Juste l'intitulé du sésame change. Et un peu aussi le contenu réadapté au siècle de maintenant.

Et donc toujours pour la théorie, on nous prépare à "assister", et ce dans les bases. Ensuite on est supposé pouvoir œuvrer partout. Alors dans le dans le privé oui bien sûr et aussi dans le service public.

Et qu'importe bien qu'on postule dans le milieu de la culture ou de la sécurité, dans la grande distribution ou les composants électroniques. On peut s'adapter.

Sauf que déjà, au début qui va faire confiance à un(e) jeune diplômé(e), l'encre à peine sèche sur le diplôme. Personne. Faut faire ses preuves et rares sont ceux qui vont commencer à bosser pile dans leur domaine à quelques rares exceptions près. Le débat est et sera toujours au menu.

Alors on prend le 1er taf qui nous tombe dessus. Pour moi mis à part des ménages et du soutien scolaire, ce fut de bosser dans la gestion locative comme "agent administratif" hyper polyvalent. Je n'y connaissais que dalle en gestion de logements. Je ne vivais même pas en HLM. J'ai eu du bol. Ou pas. Il s'agissait d'un contrat aidé. Déjà.

J'avais postulé dans pleins d'endroits publics et privés, grandes structures ou petites. Et j'ai opté non pas le 1er qui m'a contacté mais le second plus en adéquation avec mon inexistant profil.

Puis à l'approche de la fin inéluctable de mon CDD (et même pendant toute sa durée) j'ai continué à prospecter toujours public et privé. Re-ménages, re-soutien scolaire, re-inventaires, baby-sitting, sondages (vi, ceux qui t'embêtent par téléphone à 20 h pour te vendre du vin ou une alarme quand tu viens à peine de rentrer de 10 h de taf + transport + nounou).

Et là, c'est la DDASS qui me contacte. Je fonce même si c'est pour 1 mois. Lequel se transformera en 3 d'ailleurs. Là aussi, mes connaissances en environnement, gestion des déchets humains (sorry pour ceux qui grignottent en me lisant) et captages de sources frôlaient le zéro absolu. J'allais être entourée d'ingénieurs sanitaires. Rien que ça. Et le responsable du service m'avait à la bonne. Par contre le budget lui ne suivait pas pour me garder malgré ses tentatives. Celle que je remplaçais étant de retour, me voilà de sortie.

Lire la suite

10/04/2012

Un point plus précis...

Détail des concours passés ces derniers mois.

Concours et recrutements directs, à savoir recrutement d'adjoints (administratifs) de 2ème classe.

Les concours :

Rédacteur territorial (cat. B) : écrit passé en septembre 2011, à reculons puisque déjà lauréate. J'ai été admissible mais fut recalée à l'oral de janvier. Curieusement, alors que je pensais avoir planté grave mon oral de droit qui à mes yeux ne méritait pas plus de 6/20, j'ai décroché un 10 ou 11. Alors que l'oral d'entretien que je réussis sans ma vanter plutôt pas mal, m'a valu un fatal 11/20.

En toute logique je me dis que le jury n'a sans doute pas souhaité "offrir" 3 ans de plus de recherches à une lauréate qui n'avait pas su trouver un emploi les 3 autres années.

Plus de concours avant au moins 2 ans et avec probable réforme.

Attaché territorial (cat. A) : écrit passé en novembre 2011. Il s'agit d'un rapport, c'est à dire une forme de note de synthèse qui doit générer une partie de propositions (en rapport avec le sujet lol).

Recalée à nouveau à l'écrit avec un 7 ou 8/20 (je m'améliore).

Je pense là que le fait de ne pas être déjà en poste est un chouïa pénalisant pour une telle épreuve. Tant sur le fond que la forme.

Et à plus forte raison, ce rapport semblait un poil trop technique y compris pour des candidats déjà en poste. Le but étant d'aboutir à des solutions opérationnelles. Ce qu'on ne peut pas inventer.

Notons au passage que plus de 65 % des candidats se présentant au concours de 3ème voie sont déjà en poste dans la FPT ce qui pourrait ne pas infirmer mes "craintes". Et que plus de 75 % des candidats sont diplômés au dessus de BAC +3 (dont 42 % BAC +5).

Cela dit ce n'est qu'une constatation étant évident que si moi-même me trouvais dans la situation de pouvoir me présenter en 3ème voie tout en étant déjà en poste évidemment que c'est pour cette solution que j'opterais.

Autre concours cette année en novembre. Je vais m'inscrire mais ne me présente que si j'ai pu accéder à une formation à ce foutu rapport.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu