Avertir le modérateur

23/04/2016

Présidentielle 2017

Hello gentils lecteurs,

Oui toi qui est resté fidèle à mon blog malgré l'interruption, l'arrêt de celui-ci, ou toi qui es arrivé là au hasard d'une recherche portant sur l'emploi, les concours de la fonction publique, ou une entorse cheville (oui-oui).

Je suis là aujourd'hui à 25 mois et 3 semaines de chômage continu. Ou 2 ans, 1 mois et 3 semaines ou près de 790 jours si tu préfères... Mais je t'épargne la conversion en heure.

Je reviens parce que j'ai des trucs à dire, à faire passer, et que blogounet a toujours de l'audience. Et donc il sera mon tremplin.

Alors pourquoi je poste un 23-24 avril ? Parce que l'an prochain, en 2017, le 23 avril sera un dimanche. Tu vois où je veux en venir ? Non, toujours pas.
Bon, OK, je précise. Selon toute probabilité, le dimanche 23 avril 2017 sera la date du 1er tour de l'élection présidentielle. Et par voie de conséquence le 7 mai sera celle du 2ème tour. Inutile de mettre un rappel sur tablette ou smartphone ; tu vas comprendre.

Ceux qui me suivaient ici même savent, se souviennent ou pas que je ne votais plus.
J'ai voté pour la Présidentielle 2012, essentiellement pour virer Nicolas Sarkozy, tout en sachant pertinemment que Hollande et Cie ne seraient pas des justiciers, des Robin des Bois, Batman, Zoro ou Fée Clochette. Mais espérant pourtant sans être naïve qu'ils agiraient quand même dans l'intérêt du peuple, avec une forme de justice sociale. Se souviendraient qu'ils sont de gauche et que dans socialisme, il y a «social».

Et les aberrations se sont succédées, de gaffes en remaniements, pour finir (enfin pas tout à fait il reste un an pour nous pourrir la vie) avec une loi travail qui a plus de fans à droite et chez les patrons que à gauche. Pour se retrouver avec un Pierre Gattaz, patron des (grands) patrons, aux commandes. Son rond de serviette déjà gravé à la fois à l'Elysée et à Matignon, agissant, même pas discrètement, comme Ministre du Travail, de l'Economie et des Affaires sociales.

Le dernières élections pour lesquelles je me suis déplacée, à reculons et au dernier moment furent les municipales. Avec un beau bulletin d'une blancheur virginale, découpé chez moi.

Et depuis, je m'abstiens.
J'en appelle donc à chacun de vous abstenir d'aller voter pour la Présidentielle 2017.

Alors oui, je n'ai aucune légitimité à lancer un appel. Et oui je sais, je vous entends déjà crier au scandale. Qu'on doit se battre pour nos idées, que nos ancêtres se sont battus pour faire avancer les choses, que partout dans le monde des gens meurent pour la démocratie. C'est d'ailleurs à peu près la seule rengaine que j'entends et encore, pas de façon insistante ou virulente. Plutôt servie histoire de dire un truc, mais sans grande conviction. C'est dire.

Soyons honnêtes et réalistes. Ici en France nos élus et nos élites s'en tamponnent. A chaque scrutin l'abstention augmente et à chaque scrutin ils sont sur les plateaux TV et radio a chouiner et à seriner comme un mantra «on vous a compris / écoutés / entendus». Puis à minuit passé, le carrosse se transforme à nouveau en citrouille et la vie, pour eux, continue comme si de rien n'était.

D'ailleurs l'abstention quelque part les arrange.

Mais une abstention massive, disons à plus de 80 % sur une présidentielle ça pourrait avoir de la gueule non ? Avec un score autour de 52 % vs 48 % le vainqueur sera donc élu par quoi, 4,5 millions de personnes grand max. Ridicule. Honte intersidérale pour la présidentielle d'une des premières puissances mondiales, pour un pays qui se veut démocratique. Crédibilité zéro.

Bref déjà des chances que l'on soit la risée du reste du monde et que le pays soit difficile à mener à la baguette.
Mais c'est pas terminé puisque le mois suivant, en juin, faut renouveler l'Assemblée Nationale. En théorie, en pratique, en principe, et selon toute probabilité, il devrait se dégager une majorité, même minime, du côté du Gouvernement précédemment élu.

Et donc là aussi, il faut massivement boycotter au point d'arriver à une AN totalement illégitime par le nombre de votants et donc une répartition des sièges qui rendrait les choses difficiles en terme de vote des lois. Ou à une assemblée qui serait en opposition avec la majorité présidentielle. Dans les 2 cas, l'été 2017 sera pas sympa pour nos dirigeants.

L'idée étant que de cette façon, nous citoyens avons le pouvoir de mettre le bordel dans la gouvernance sans manifester et attirer les casseurs dans la foulée, sans perdre un jour de salaire, sans squatter une place, sans opération escargot, sans bonnet ou écharpe rouge, bleu, jaune ou vert, sans brûler quoi que se soit. Juste en restant chez nous ou en allant prendre le soleil si Dame Météo nous suit dans l'aventure.

L'idée étant de suivre ces mouvements qui veulent que le peuple se réapproprie ses droits et la politique. Que la politique ne soit plus un cercle fermé, une sorte de patrimoine qui se transmet de générations en générations ou d'élus à assistants.

L'idée étant que plus aucun de ces élus qui ont fait de la politique un métier (pourtant même pas répertorié au ROME), totalement déconnectés de la réalité et qui se font en un mois pas loin du salaire annuel d'un Smicard ne viennent nous expliquer ce que qu'ils font est dans notre intérêt, et qu'on doit être patients. Je ne généralise pas et la plupart des élus, notamment des Maires des petites communes soit plus de 80 % d'entre eux exercent de façon totalement honorable.

L'idée étant que le prochain Ministre du Travail ait connu l'emploi, public ou privé, les concours, les entretiens pour rien, ceux dignes d'un passage devant un juge, le chômage (trop), l'ARE, l'ASS, les CDD (beaucoup), les CDI (rarement) les CAE ou ses ancêtres, la recherche d'emploi humiliante et les licenciements dégradants, les ateliers recherche emploi, le harcèlement moral et les discriminations. Et oui, on peut cumuler tout ça dans une (courte) vie.

L'idée étant que personne dans notre pays ne devrait avoir à vivre hébergé par ses parents à 47 ans sans aucune vie sociale avec un dressing tellement vieux qu'il a en grande partie été payé en francs (mais qui est à la mode vu que cyclique ^^).

L'idée étant que personne en France en 2017 ne devrait un jour prendre sa voiture pour aller faire les courses et se dire que si les freins du camion juste derrière lui pouvaient lâcher ça abrégerait la souffrance morale de se sentir totalement inutile et transparent aux yeux de la société.

L'idée étant que aucune femme en France en 2017 devrait décider de ne pas faire d'enfant juste parce qu'elle sait qu'elle ne pourra pas l'élever décemment ou ne puisse entamer des démarches d'adoption parce que son dossier sera retoqué pour les mêmes raisons.

L'idée étant que aucun français ne devrait renoncer à se faire soigner, n'ait un délai de 54 semaines pour une consultation ophtalmo, de 5 jours pour voir l'interne de son généraliste ou ne devienne un sans-dents parce que la couronne céramique à 400 € c'est juste pas possible.

L'idée étant que les seuls français qui ne partiraient pas en vacances seraient ceux qui l'auraient choisi.

L'idée étant qu'on ne peut pas abandonner un pays aussi riche d'un point de vue humain, culturel, riche de savoirs, de technicités, de talents divers et variés, d'individus qui fourmillent d'idées, de citoyens simples et attachants ou bordéliques, extravagants ou excessifs. Un pays peuplé de citoyens passionnés de tout y compris de politique.

Et l'idée étant d'arrêter de prendre les français pour des lapins de 6 semaines. Oui on sait que 2017 ne vous intéresse pas et que vous allez laisser filer le quinquennat aussi sûrement qu'un joueur de tennis va laisser filer un set pour mieux se reprendre sur les suivants.
Parce que nous pendant ces 5 ans là, on se meure, on est à un poil d'une immense catastrophe sanitaire, sociale dont personne ne ressortira indemne, sauf le 1 % de la planète qui détient plus de richesses que les 99 % restants (et qui nous fait la morale).

Et aussi parce que personne n'a envie qu'on ne retienne d'un prochain quinquennat que des mesures type «mariage pour tous» (aussi louable et juste soit-il) ou un discours très émouvant d'un Premier Ministre face à son Assemblée après un attentat.

Donc le 23 avril 2017 ayez juste une pensée pour tout ceux qui vont tenir un bureau de vote et s'emmerder grave face à une désertion des isoloirs.
Le 23 avril 2017 restez chez vous.
Et le soir regardez sur les chaînes infos nos dirigeants et leurs obligés redire à quel point ils se navrent de n'avoir pas su faire passer les messages, à quel point ils se sentent incompris. Et savourez.

22/02/2012

J-60

Aujourd'hui, les médias qui affichent un décompte vont annoncer un " J-60".

Alors quoi-donc-qu'il-va-se-passer-dans-60-jours ?!!!

Allez, j'arrête là cet insoutenable suspens. Dans 2 mois nous serons le 22 avril, et donc dans 2 mois, amis lecteurs, direction le bureau de vote.

Et surtout, n'oubliez pas le chemin, puisqu'il faudra le parcourir à nouveau au minimum 2 autres fois cette année. Et même 3 si votre député ne réussit pas à se faire élire au 1er tour.

Et même encore plus si affinité référendaire. Ou si une élection est annulée... Bon j'arrête là de vous casser le moral.

Du coup, j'en viens à me demander, chers fidèles lecteurs, si vous savez déjà vers qui votre cœur ou votre morale, votre conscience balance.

Et si oui, êtes-vous certains ou hésitants ?

Alors un petit test pour peut-être vous apporter la lumière (en même temps y'a aussi un test caché : trouver les fautes d'ortho... bon je blague)

Jettez aussi un zoeil aux statistiques, qui pas plus que les sondages ne peuvent donner une réelle tendance qui se dégagerait, mais qui apportent de surprenants résultats. Et en plus, on peut y cliquer les liens menant aux programmes des candidats.

A titre personnel, je l'ai tenté 6 fois et 3 fois le nom de Mélanchon m'est apparu. Suivi par celui de Nathalie Arthaud à 2 reprises. Une révélation ?!! lol

Mais une fois aussi j'ai réussi la prouesse suivante :

pour qui voter.JPG

Euh... Là j'avoue ma perplexité.

Morale de l'histoire : ne pas répondre à ce questionnaire passé minuit sous peine de dégats irréversibles. lol

21/03/2011

Et le gagnant est...

L'abstention !

Je parle bien sûr des cantonales 2011.

Pauvres élections qui ont la malchance de tomber sans autres élections plus "porteuses" type législatives ou municipales.

Pauvres élections qui sont les dernières avant la grande révolution de 2014 qui verra les conseillers généraux et régionaux se muter en conseillers territoriaux (qui le sait d'ailleurs !), et perdre des plumes au passage. Sauf bien sûr si 2012 voit la gauche arriver au pouvoir, laquelle a annoncé que la réforme passerait alors à la trappe...

Et pauvres conseillers à la fonction si peu connue de leurs administrés, et qui ont peiné a faire campagne médiatique entre les remaniements, la crise économique, celle des pays Arabes et la déclaration de "résolution", ou encore la nature qui se déchaîne au point de braquer les caméras au pays du soleil levant ou partout ailleurs que chez nous... Pas un jour qui ne passe sur la planète sans un nouvel événement de toute nature. On s'ennuierait sinon, sans doute.

Pauvres conseillers qui à droite ont préféré éviter d'afficher la couleur, préférant user de subterfuges pour faire oublier que le boss est le boss. Et qui se retrouvent "victimes" de leur propre législation qui prévoyait, pour "éliminer" l'opposition, qu'un score égal à 12,5% des inscrits était requis pour se maintenir au 2ème tour. Les voilà éliminés eux même. Un but contre leur camp en quelque sorte.

Et pauvres de nous, électeurs, plus trop entendus ou écoutés, qui du coup ne prennons même plus la peine de nous déplacer.

Et si l'abstention atteignait 70, 80 % ? Quelle légitimité pour les assemblées élues... ?

Difficile à prendre la décision de s'abstenir. Mais nos votes sont méprisés par les forces en présence.

Et le vote blanc n'est pas reconnu comme tel. Dit autrement, on fait la démarche de se déplacer. On manifeste ainsi une forme de mécontentement qui ne compte pas.

D'ailleurs depuis longtemps des voix d'élèvent pour reconnaître le vote blanc. Actuellement, une énième tentative de reconnaissance est en marche, initiée notamment par Bruno Gaccio. Il a fait rédiger un texte. Lui reste à convaincre.

Bon, honnêtement, suis pas certaine que la reconnaissance des bulletins blancs pousserait plus les électeurs jusqu'à l'isoloir tant le ras-le-bol est plus profond.

Ras-le-bol aussi manifesté par des votes extrêmes.

Et le 21 avril 2002 n'a pas laissé assez de traces, ou alors la majorité a la mémoire courte ou très sélective, puisque le porte-parole ne se décide même pas à suggérer un véritable barrage.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu