Avertir le modérateur

24/09/2012

Commentaires haineux

Suite à de récents commentaires insultants déposés sur mon blog, mais aussi du fait de ma fréquentation d'autres blogs, j'en viens à m'interroger sur ce qui pousse des internautes à venir déverser leur fiel au gré des pages. Voire à être insultants.

J'ai ouvert ce blog il y a 3 ans, après le décès de mon père, parce que j'étais dans une période… faste.

Un bonheur n'arrivant jamais seul, j'avais tant accumulé, entre licenciement, décès, paralysie temporaire (mais on n'en savait rien) de Frangin et j'en passe, et je continue, que je devais inconsciemment chercher un exutoire.

Parallèlement je savais aussi que je n'étais évidemment pas la seule à vivre de telles situations, si bien que mon blog faisait aussi office de partage.

Si on choisit de se livrer ainsi, et effectivement personne ne nous y pousse, on n'oblige néanmoins personne non plus à venir nous lire et moins encore à commenter. D'ailleurs lorsque je vais commenter chez les autres, c'est pas pour me faire de la pub ; rarement je mets le lien de mon blog. J'ai également refusé plusieurs fois que des articles soient repris par des journaux, d'intervenir sur des débats d'opinion, de société et même des passages à la TV.

Et lorsque je vais commenter chez d'autres, j'essaie à minima d'être constructive si suis inspirée et si le sujet s'y prête.

Mais je ne vais pas y déverser une benne de fumier.

Et si on choisit de ne pas modérer les commentaires (même si je réfléchis à nouveau à maintenir le système) est-ce une raison pour venir nous insulter ?

Lire la suite

03/09/2012

Réchauffement climatique

Il y a quelques jours c'est par plus de 40° que je partais faire ma petite ballade quasi quotidienne de "dépaysement-décompression" vêtue comme ceci.

18oct11.JPG

18oct11 (2).JPG

Bon, suis pas non plus à me photographier tous les jours comme une influente-blogueuse-mode que je ne suis pas. Encore que vu mon style, à coup sûr la relookeuse Cristina Cordula en perdrait son accent. Donc les photos, je te l'avoue cher lecteur, datent de l'an dernier.

Et furent alors prises le 18 octobre alors que le thermomère affichait toujours allègrement plus de 30° depuis plusieurs jours.

Mais qu'importe, c'est l'idée de la tenue qui compte. C'était la même.

Trois jours plus tard, ce WE donc, et une trentaine de degrés en moins, rien que ça, mais toujours en été sur le papier, c'est attifée de la sorte -là je crois que nous venons de perdre et Cristina, et les influentes-blogueuses-modeuses- que j'ai enfin décidé de reprendre le chemin humide de la randonnée. 

Mes jambes étant prises d'une frénétique bougeotte, elles l'ont emporté sur mon cerveau endormi lui par l'absence de soleil, malgré une alternance de thé/coca zéro qui ont transformé ma nuit en jour.

Photo0807.jpg

Merci toutefois à Frangin d'avoir préféré me ramener de Disneyland un épais et sexy sweat polaire à capuche qu'un tee-shirt. En parfait pompier qu'il est il a dû penser que si je disparaissais lors d'une promenade, un tel sweat serait repérable de loin. Surtout que vu la température de mon corps, je crois qu'avec moi on pourrait oublier l'usage de la caméra thermique.  ;)

Bon, pour en revenir à mes jambes et les exonérer partiellement de cette bougeotte aigüe, disons aussi que préalablement j'ai cru apercevoir de loin depuis le point le plus haut de mon jardin, une lueur d'espoir. Aussi appelée rayon de soleil.

Photo0805.jpg

Mais qui s'est avéré être un leurre et non pas une lueur, une fois sur place.

Photo0810.jpg

Qu'importe, je persiste. Et je poursuis ma route. Et au détour d'un sinistre chemin, la lumière fut. Même si disons le, elle a clignoté en fait. 

Photo0811.jpg

Photo0815.jpg

J'ai donc été braver la dizaine de degrés qui peinait à s'afficher en lieu et place des 20 annoncés (et pour aujourd'hui, mouarff ! 24° qu'ils disent).

Trente minutes après j'étais de retour. Faut dire aussi que cette météo m'a incité à piquer un sprint au retour. Tout en écoutant Bamboleo, des Gispy. Oui je crois à l'effet psychologique/psychothérapique de la musique.

Elles en ont eu pour leur argent mes guibolles. Et je regrettais amèrement l'absence de cheminée.

Mais je crois surtout que si un plein de carburant ne me coûtait pas 20 % de mon revenu mensuel, c'est dans le sud de l'Ardèche que je serai partie chercher mon shoot quotidien de ma déficiente vitamine D.

Oui docteurs, je suis pourtant à la lettre le principe selon lequel pour synthétier et maintenir le stock il faut  exposer au soleil un corps le moins couvert possible et tête nue, et sans protection. Tout ça 1/4 d'heure par jour idéalement.  :)

[Edit : Avec le recul en visualisant le billet après publication, je réalise que poster une note intitulée "réchauffement climatique" et démarrer avec une photo de mon décolleté, c'était osé. Assurément, sur le brouillon le rendu était tout autre. Tant pis, j'assume. :)]

PS pour Multiwaves : les vaches avaient sans doute préféré rester au chaud dans leur étable. Je les comprends d'autant que je n'ai croisé absolument personne sur tout mon parcours ce qui pour un WE fut-il de rentrée est exceptionnel.


30/08/2012

Modération modérée

sous surveillance.JPGHier je disais que suite à de nombreux commentaires-spam je mettais en place une procédure de modération pour me faciliter la tâche.

Mais c'était sans compter sur une plateforme d'hébergement de mon blog assez facétieuse.

Façon polie et courtoise de dire que la technique est défectueuse. Parce que les premiers mots qui me sont venus à l'esprit étaient beaucoup moins soft.

En effet, lorsque je reçois un com', je reçois aussi un mail. Et du fait de la modération instaurée, par ce mail, en cliquant sur un lien, la possibilité de :

  • répondre au commentaire
  • virer le malotru
  • publier le message

Ca c'est sur le papier.

En réalité, lorsque je clique sur le lien pour publier, me voilà avec une page "Erreur de chargement / adresse introuvable". Avec Firefox. Et avec Chrome. Pas tenté Opéra ou IE, mais bon, je me doute du résultat.

Et suis pas patiente moi. Alors j'ai cherché le pourquoi du comment. Je n'ai pas trouvé mais en même temps suis pas informaticienne. Ca se saurait.

Donc là ou je prévoyais de me simplifier la vie, je venais innocemment de me la compliquer. Parce que maintenant, c'est manuellement que je vais devoir faire un copier-coller des commentaires. Heureusement, il y en a peu à publier.

Donc, ceux ayant posté ces dernière 24 h se reconnaitront. Je mets vos com' en ligne, avec vos pseudos, mais il apparaitront en couleur, comme si c'était moi. J'espère n'avoir oublié personne.

Et du coup je reporte à plus tard la publication du billet initialement prévu ce jour. Pour ne pas surcharger. Pour ne pas lasser. Avec parcimonie que je publie.

Mais n'empêche, je trouve étrange que le système ne fonctionne pas. Suis quand même pas la seule "victime"...

La publication automatique est à nouveau de mise. Mais que les spammeurs passent leur chemin, leur com' vivra moins longtemps que le temps qu'il vous aura fallu pour me trouver et poster.

Foi de vache !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu