Avertir le modérateur

29/05/2012

[Intro] 100 jours, 100 lettres [Edit]

Eternelia(1).pngOn parle souvent des 100 jours. Un trimestre en quelque sorte, mais arrondi.

Les 100 jours d'un nouveau Président, ou son programme pour les 100 premiers jours. Mais aussi 100 jours d'arrêt du tabac ou encore 100 jours avant le bac.

Même quand on se retrouve au chômage on nous parle des 100 premiers jours pendant lesquels tout doit se jouer. Tout étant notre futur.

Cette ridicule centaine de jours ou ses 2 400 h ou 144 000 minutes après quoi l'affaire se complique.

Pour moi, en effet, l'affaire s'est bien compliquée.

Alors au début d'une période de chômage, souvent on pète le feu. Je dis "on" parce que parmi mon entourage, mes compagnons d'infortune, on s'est donné à 1 000 % les premiers mois.

Des candidatures à la pelle, sur offre ou en spontanée.

Puis de rejet en refus, de "on garde votre CV" en "on vous rappellera", on finit par moins y croire.

Et surtout par ne plus savoir ou postuler. Quand on a une spécialité à la limite, le champs se restreint de lui même. L'inconvénient de l'avantage ou l'avantage de l'inconvénient en quelque sorte.

Mais quand comme moi on est "généraliste", on a une forte tendance à ne plus savoir où donner de la tête. Alors on commence par arroser les secteurs pour lesquels on a déjà bossé se disant que en connaissant les grandes lignes ça peut nous donner une petite-valeur ajoutée.

Puis on élargit la recherche quasiment au pifomètre.

Une semaine je me donnais pour cible le secteurs des grandes écoles, une semaine des cliniques, une semaine des assurance etc…

Puis on élargit aussi le périmètre géographique, mais uniquement pour les CDI ou alors CDD mais en étant précautionneux sur la distance.

Et vient le moment, assez rapidement d'ailleurs, où l'on relance.

Lire la suite

16/05/2012

[Epilogue de l'épilogue] Quand Pôle recrute

Cher lecteur, je ne doute pas que tu as été passionné par mes (mes)aventures visant à candidater auprès de ce cher Pôle-Emploi.

C'était ici pour ceux qui comme moi ont une mémoire à peine digne d'un petit pois.

Alors, maintenant que le feuilleton est revenu tout frais à l'esprit de chacun, vous aurez donc noté que l'épilogue se terminait pour moi par la négative. Candidature rejetée. Même pas conservée pour des jours meilleurs. Ejectée un peu comme après 3 tentatives erronées de composition du code PIN (référence aux enfoirés 2010).

J'ai donc reçu ce formidable mail brisant toutes mes illusions (j'en fais un peu trop ?!) d'intégrer un jour la maison PE. Cependant consciente que je n'avais pas le profil type, formée au RH, au conseil emploi/formation etc… j'avais postulé parce que je savais que Pôle recherche aussi des profils différents pour ses équipes. D'ailleurs la MRS mise en place pour certains recrutements a bien cette vocation. Et plus loin en arrière, on se souvient que feue l'ANPE recrutait par concours, donc porte ouverte à la diversité aussi.

Puis face à mon recalage j'ai pensé que les enjeux sont devenus différents avec les crises, que PE à l'instar d'autres recruteurs a besoin d'une "main d'œuvre" efficace et opérationnelle dès le début d'où peut-être un changement d'orientation dans ses recrutements.

Quand soudain, 2 ou 3 jours après le mail qui avait calmé mes ardeurs, je reçois un coup de téléphone. Me voici en ligne avec un gars qui se présente au nom de la DRH de PE de ma région. Il m'annonce que suite à ma candidature il souhaite me rencontrer pour entretien. Euh… (là, si les smileys étaient possibles, c'est celui avec les yeux ronds-grand-écarquillés qui serait à cette place).

Lire la suite

17/04/2012

Sous le pavé... pas de plage

Suite aux merveilleux commentaires de Nathdip sur un précédent billet, je viens ici non pas me justifier mais (ré)expliquer mon parcours. Une piqûre de rappel ne nuit pas. Version édulcorée je préviens. Volontairement je laisse des trous.

Je suis donc "diplômée" (bien pompeux pour un tel résultat) assistante de direction. Merveilleux rectangle de bristol qui m'autorise juste de prétendre en salaire à un peu plus qu'une secrétaire titulaire elle du bac ex G1 ou d'un BEP. Prétendre et c'est tout. L'employeur est souverain.

Prétendre plus, parce que nous pouvons en théorie être le bras droit des dirigeants et sous-dirigeants. Travailler donc au dernier étage là où tout est presque toujours tout-propre-tout-neuf, et non pas au rez-de-chaussée coincée entre l'entrée et l'ascenseur, là où c'est toujours plein de courant d'air. lol

Ca c'est pour la théorie servie dans les années 90 et encore maintenant j'imagine. Juste l'intitulé du sésame change. Et un peu aussi le contenu réadapté au siècle de maintenant.

Et donc toujours pour la théorie, on nous prépare à "assister", et ce dans les bases. Ensuite on est supposé pouvoir œuvrer partout. Alors dans le dans le privé oui bien sûr et aussi dans le service public.

Et qu'importe bien qu'on postule dans le milieu de la culture ou de la sécurité, dans la grande distribution ou les composants électroniques. On peut s'adapter.

Sauf que déjà, au début qui va faire confiance à un(e) jeune diplômé(e), l'encre à peine sèche sur le diplôme. Personne. Faut faire ses preuves et rares sont ceux qui vont commencer à bosser pile dans leur domaine à quelques rares exceptions près. Le débat est et sera toujours au menu.

Alors on prend le 1er taf qui nous tombe dessus. Pour moi mis à part des ménages et du soutien scolaire, ce fut de bosser dans la gestion locative comme "agent administratif" hyper polyvalent. Je n'y connaissais que dalle en gestion de logements. Je ne vivais même pas en HLM. J'ai eu du bol. Ou pas. Il s'agissait d'un contrat aidé. Déjà.

J'avais postulé dans pleins d'endroits publics et privés, grandes structures ou petites. Et j'ai opté non pas le 1er qui m'a contacté mais le second plus en adéquation avec mon inexistant profil.

Puis à l'approche de la fin inéluctable de mon CDD (et même pendant toute sa durée) j'ai continué à prospecter toujours public et privé. Re-ménages, re-soutien scolaire, re-inventaires, baby-sitting, sondages (vi, ceux qui t'embêtent par téléphone à 20 h pour te vendre du vin ou une alarme quand tu viens à peine de rentrer de 10 h de taf + transport + nounou).

Et là, c'est la DDASS qui me contacte. Je fonce même si c'est pour 1 mois. Lequel se transformera en 3 d'ailleurs. Là aussi, mes connaissances en environnement, gestion des déchets humains (sorry pour ceux qui grignottent en me lisant) et captages de sources frôlaient le zéro absolu. J'allais être entourée d'ingénieurs sanitaires. Rien que ça. Et le responsable du service m'avait à la bonne. Par contre le budget lui ne suivait pas pour me garder malgré ses tentatives. Celle que je remplaçais étant de retour, me voilà de sortie.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu