Avertir le modérateur

21/12/2009

La recherche d'un point de vue pratique

Petite note aujourd'hui pour vous faire partager une petite trouvaille, certes qui commence à dater, mais qui pourrait rendre service à mes compagnons d'infortune, je parle bien sûr des demandeurs d'emploi.

A mes débuts de chercheuse, j'avais créé sur excel, un petit fichier me permettant de suivre intelligemment mes recherches. A savoir, d'enregistrer le moindre envoi de candidature (mail, courrier), sa forme (CV, CV + LM, dossier), les éventuelles PJ (diplômes, attestations de concours, copie pièce identité), et bien évidemment d'en suivre les (trop rares) retours, les (encore plus rares) rendez-vous.

Bref, il était pratique je trouvais, mon petit bidouillage, jusqu'au jour ou je croisais au gré de mes recherches et surfages quotidiens, un lien menant à un programme spécifique, ANPSEDIC.

Ce programme très facile d'utilisation, regroupe justement toutes les fonctionnalités utiles que je décrivais, mais dirons-nous, en version plus professionnelle

Le hic, c'est que le concepteur de ce programme s'est vu attirer les foudres des institutions (de l'emploi) pour avoir osé baptiser son programme ainsi.

Le comble étant que dans ces mêmes institutions, des conseillers n'hésitaient pas à faire un peu de pub à leurs demandeurs-inscrits, pour ce programme qui pourrait faciliter un peu la vie de ceux qui pratiquent la recherche intensive.

Bref, ANPSEDIC, ça nous parle tout de suite, à nous les naufragés de l'emploi. Alors, ce petit programme, on le trouve encore en téléchargement sur quelques sites, par exemple ici ou encore ou par ici (à noter que je n'ai pas testé ces différents liens depuis quelques mois, mais google est votre ami pour de plus amples infos).

Et je précise que je l'utilise sans aucune difficulté sous Vista.

 

22/11/2009

Droit à la formation, complément d'info

Je lis, je lis beaucoup, et de tout, des romans, itinéraires de vie, des récits, des quotidiens, hebdo, de la presse spécialisée (fonction publique) et même parfois des magasines féminins etc... version papier et sur le net. J'ai été élevée comme ça, puis ça a fait partie de ma vie, y compris professionnelle (rédiger des notes de synthèse ou des notes sur des articles, préparer des revues de presse, classer, archiver...) et aussi, on est toujours à l'affût de LA petite info dans le cadre des recherches d'emploi et/ou de la préparation des concours.

Je pars du principe qu'il n'y a ni bonne ni mauvaise lecture du moment qu'on enrichit son esprit, son vocabulaire, et qu'on y prend plaisir. La lecture permet aussi de s'évader, de voyager, moi qui ne suis jamais partie en vacances, je compense aussi ainsi.

Bref, tout ça pour dire, façon cheveu sur une soupe, que suis tombée récemment sur cet article du quotidien "Le Progrès" qui vient quelque peu étayer ce dont je parlais ici même, sur cette note, au sujet de la facilité que semblent avoir certains élus à faire reconnaître leur expérience professionnelle (ou pseudo-expérience mais c'est un autre débat), afin d'obtenir une certification, un diplôme, à l'inverse de ce qui serait pour nous, un véritable parcours du combattant, rien que pour avoir des infos sur les modalités.

En plus, en lisant cet article, et ma note précédente, je me dis que mon ancien employeur qui a goûté au pouvoir, à la vie parisienne, pourrait bien avoir lui aussi cette idée là... grrrr !

 

19/11/2009

La relance de l'emploi

Un peu plus d'un an maintenant que les députés ont voté en catimini (c'était le soir du 31 octobre 2008), un amendement permettant aux salariés du privé de bosser au-delà de 65 ans, à concurrence de 5 ans (et avec une mesure semblable pour le secteur public).

Auparavant, avaient déjà été votés des textes permettant une défiscalisation des heures supplémentaires.

Alors je dois être très bête moi. Mais je veux comprendre comment ces mesures là sont supposées relancer l'emploi ? Par quel miracle les entreprises vont-elles recruter si elles peuvent garder encore plus longtemps, leur personnel déjà en poste ? Que ledit personnel est souvent usé physiquement et moralement et se retrouve en arrêt de travail, donc absent de son poste mais présent sur les grilles ce qui bloque tout recrutement pérenne.

C'est comme les 35 h. A la base ça aurait pu être une très bonne mesure de relance de l'emploi. Sauf que... les entreprises ont eu beaucoup trop de largesse en matière d'aménagement et d'application de la loi.

Ainsi, bon nombre a tout simplement choisi, après consultation et avec la bénédiction des employés, syndicats etc... de rester au 39 h et de proposer à ses salariés des RTT compensatoires. Ou de proposer les 2 options, aux choix des salariés.

Un exemple frappant : les CPAM/CAF proposent pour tout nouveau recruté, soit les 39 heures avec 15 jour de RTT, soit 36 h hebdomadaires avec 4 jours de RTT. Et bien, la majorité des salariés a opté pour les 39 h couplées aux 15 jours de RTT... Autant de possibilités de recrutements perdues.

Vu du côté d'un demandeur d'emploi, la masse de projets et propositions supposés avoir pour vocation de relancer l'emploi semble donner exactement l'inverse de l'effet escompté.

Et la masse financière lâchée pour ces mêmes raisons bien mal utilisée.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu