Avertir le modérateur

11/03/2011

[Suite] Mon suicide polemploitesque

Voici donc presque 4 semaines que j'ai quitté ce CDD, pendant la période d'essai. C'était le 16 février. D'ailleurs à ce jour, mon CDD serait arrivé à son terme. Peut-être reconduit... ou pas. La sagesse de l'expérience m'a appris à ne surtout pas spéculer à ce sujet. Ce serait à peu près aussi fiable qu'un sondage électoral ;)

A la fin du mois de février j'ai procédé à mon actualisation, via internet. Pour les non initiés, on pointe virtuellement, en cochant des cases, pour signaler qu'on cherche toujours ou non du boulot, et pour informer Pôle de tout changement de situation (reprise emploi, formation, arrêt maladie). J'ai donc avoué indiqué avoir bossé 3 jours.

Puis, début mars, à réception de mon bulletin de salaire, j'ai transmis une copie comme à chaque fois dans ces situations, au centre de traitement pour régularisation.

Et c'est là que ça complique à chaque fois. Parce que déjà, on doit attendre les bulletins de salaires pour les régularisations de droits. Puis on perd du temps avec l'envoi postal, disons 3 jours.

C'est pas difficile, pour mon dernier emploi, je préparais toujours, chaque fin de mois une enveloppe libellée au Centre de traitement, et dès que j'avais ma fiche de paie, hop, photocop, hop dans l'enveloppe, et hop à la poste à 50 m de mon taf, c'était pratique. Mais pas rapide malgré tout.

A ce jour, mon ASS de février m'a été versée intégralement, mais avec 1 semaine de retard. Le temps sans doute d'étudier mon cas. Lorsque je télécharge une attestation dite "avis de situation", il est bien notifiée que je suis demandeur d'emploi (ré)admise à l'ASS depuis décembre (suite à mon arrêt de travail pour l'ablation d'un abat donc).

Aussi, j'en déduis que ma démission n'a pas eu de conséquence quant à ma situation. Ca semblait logique au vu des modalités législatives, mais 2 ou 3 appels au Pôle m'avaient mis sur la piste d'infos totalement divergentes et de fait sur un doute. En effet, un précédent grain de sable dans la machine m'avait valu des semaines de bataille administrative (victorieuse). Bataille que j'aime autant ne pas avoir à livrer trop souvent. Bataille que personne d'ailleurs ne devrait avoir à livrer puisque totalement juridique et donc pas à la portée du premier venu.

Je me méfie aussi du fait d'un précédent ou une attestation m'annonce une admission à l'ASS pour une période de 9 998 jours. Pôle-Emploi n'est pas exempt de bugs.

Je reste donc vigilante quant à l'évolution de mon dossier sur le net.

PS : Cette note aurait dûe être publiée jeudi ; elle avait été programmée, et a disparu...

24/02/2011

Post-démission

Suite à mon suicidage "professionnel" ou "pôlemploitesque", comme je l'ai appelé précédemment -pour ceux qui débarqueraient présentement dans le monde merveilleux de moi-même, j'ai démissionné d'un emploi pendant une période d'essai- je crains maintenant et rétrospectivement que Pôle-Emploi ne se métamorphose en les 4 cavaliers de l'Apocalypse.

Disons que quand j'ai démissionné, suis bien partie du fait que j'avais le droit de le faire sans justement que ça ne se transforme en suicide (malgré un côté kamikaze chez moi qui n'est plus à démontrer). Partant de quelques textes qui semblaient justement être incitatifs à la reprise de boulot, et non pas un frein.

Sauf que en matière de législation, vous avez à peu près autant de possibilités d'interprétation des textes qu'il y a d'intervenants dans une procédure. Et nul doute qu'il y en a chez Pôle, surtout quand on passe par la plateforme d'appels.

Ajoutez-y le fait que chez Pôle-Emploi, les possibilités sont malheureusement (je le comprends vu le contexte de travail) grandes pour que :

  • vous tombiez sur un agent qui auparavant (fusion) faisait de la prospection, la liquidation c'est donc pas encore tout a fait sont violon d'Ingres (qui lui en voudrait que ça ne le devienne jamais ?!!!)
  • vous tombiez sur un agent qui est là depuis la veille, donc pour peu que votre dossier soit un peu l'exception qui confirme la règle (et croyez le bien, y'a pas un dossier qui ne soit complexe, comme partout), ben il se noie et un verre d'eau suffit (je connais, j'ai vécu la situation)
  • vous tombiez sur un agent procédurier qui vient d'être formé "nouvelle école" et qui vous récite les textes mécaniquement et sans logique comme une hot-lign informatique expliquerait comment rebooter à quelqu'un qui sait à peine distinguer la fenêtre de son salon de celle de Wind*ws

Bref, depuis plusieurs jours donc, Pôle-Emploi me sert des infos discordantes quant à mon avenir chez eux. Ils semblent être majoritairement d'accord pour m'annoncer la sentence : un avenir assez sombre, avec privation de droits (ASS dans mon cas).

Mais ne sont pas tous d'accord sur la façon de la justifier cette issue.

Quand je demande sur quelle base législative ils motivent leur réponses ça devient plus délicat. Au point d'avoir un étrange silence assez flippant du reste (voilà donc sans doute le signe de l'arrivée des 4 cavaliers !)

Sauf que moi, déformation professionnelle oblige (chieuse aussi, je l'accorde), j'aime bien connaître le pourquoi des choses. Surtout de ces choses là. C'est d'ailleurs une des raisons qui m'a fait quitter ce taf je le rappelle.

Donc, me voilà depuis quelques jours à éplucher les textes et à surfer sur quelques forums thématiques. Et à commencer à bâtir ma défense (ironie de l'histoire : l'emploi que j'ai quitté c'était dans un service juridique...), car "chat échaudé..." comme on dit.

Oui pour ceux qui n'ont pas tout lu de mes aventures à rallonge façon Harry Potter, l'an dernier à la même époque, j'ai déjà dû batailler ferme auprès M'sieur Pôle qui à trop vouloir jouer avec des dates commençait aussi à jouer avec mes nerfs et à me les énerver. A l'époque, non seulement j'avais obtenu gain de cause (une somme importante en jeu), mais aussi leurs excuses...

Donc cette fois, je prépare ma défense par anticipation histoire d'avancer mes pions au fur et à mesure qu'ils avanceront les leurs.

08:30 Publié dans Pôle-Emploi | Lien permanent | |  Facebook

08/12/2010

Mes conseillers Pôle-Emploi

Je disais, sur cette note, que d'après mon dossier, et suite à ma réinscription, je conservais le même conseiller "personnel" au Pôle-Emploi.

Ironiquement, j'émettais aussi un léger doute, du fait que cette conseillère est affectée sur d'autres fonctions et n'avait gardé que peu de dossiers de demandeurs.

Et bien, bingo, en regardant mon dossier aujourd'hui, je m'aperçois qu'une autre conseillère m'a été affectée.

Là sérieusement, je pense que c'est le septième, voire peut-être huitième en 3 ans. Période pendant laquelle j'ai bossé à deux reprises, si bien que en moyenne, j'ai vu chaque conseiller 2 fois.

On est supposé avoir un contact avec son conseiller une fois par mois. Au début de ma réinscription, en 2007, c'était plutôt toutes les 6 ou 8 semaines.

Alors je dis en moyenne, car il y a un ou deux conseillers que je n'ai jamais rencontré, soit par annulation de leur fait, soit parce que j'avais repris un emploi ou me trouvais en arrêt maladie. Et que pour d'autres j'ai eu un suivi plus constant, disons 3 rendez-vous en 5 mois. D'autres vus juste une fois, puis envolés... (en formation, fin de CDD, congé maternité et j'en passe !)

Bref, nouveau conseiller, donc nouvelle prise de contact. Reprendre tout le dossier, tout réexpliquer de mon parcours pas simple (je sais, aucun parcours n'est simple mais bon...)

Et en plus, si je tombe sur une personne qui maitrise mal ou pas du tout la fonction publique, je vais devoir expliquer tout mon parcours concernant les concours.

Mais, comme aucun RV n'est prévu avant au moins 15 jours, je vais avoir le temps de m'y préparer. Et d'ici là, qui sait quels changements vont encore intervenir...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu