Avertir le modérateur

09/04/2010

Humeur du jour

Brume et brouillard

Bien envie d'inaugurer aujourd'hui une nouvelle rubrique : "humeur du jour".

Ou peut-être "baromètre du jour". Vi parce que je fais partie de ceux qui sont très sensibles à la météo. Je n'en suis pas à faire de la dépression saisonnière, mais pas loin. D'ailleurs le jour ou je peux enfin m'installer dans mon chez-moi (on peut rêver), un des premiers objet futile que j'achète, c'est une lampe de luminothérapie  (sauf si je vis sous les cocotiers, mais bon...).

Alors, étant dubitative sur les effets de la luminothérapie, je me suis un peu documentée sur le sujet. Y'aurait même des études qui montreraient des effets bénéfiques sur les femmes qui souffrent de troubles pré-menstruels (désolée pour les messieurs qui me lisent mais bon, je fais aussi partie de celles qui vivent mal ce que dame nature nous a refilé :-)) )

Alors disons que je prends le risque de l'effet placebo. J'ai déjà louché sur un des modèles Philips - Lampe Energy Light, mais bon, à l'allure ou vont les choses, d'ici que je m'installe, il sera sûrement obsolète ! (et je précise que ce blog n'est pas sponsorisé !)

Parce que là, depuis 6 mois, dans ma contrée, on en vient à redouter le moindre jour totalement (ou partiellement, ne soyons pas difficiles) ensoleillé, vu que illico il est suivi par au moins 4 ou 5 de temps pourri.

Pour preuve, mardi, météo exceptionnelle, soleil sans nuage, températures douce (me fait une belle jambe, j'étais à l'hosto), et boum, depuis mercredi, c'est humide (donc pour moi, froid), pluvieux, venteux, limite neigeux en altitude (moins de 15 km de chez moi).

Alors mon humeur du jour ce matin donc, à l'ouverture des volets fut "vite une corde et une poutre !".

Donc photo du jour pour accompagner et argumenter l'humeur du jour :

 

9av10 (2).JPG

Vous ne voyez rien, ben normal, y'a rien à voir, sauf peut-être en bas à droite, la cîme de sapins. Et puis petits veinards, vous échappez à la vision de la bruine (voire même pluie) qui accessoirise un peu Mr Brouillard.

Et une petite dernière, curieusement plus "dégagée", mais tout est relatif :

 

9av10.JPG

(Edit 4 h après prise de photos, status quo...)

Ce qui m'amène à mon 2ème petit craquage futile : la lampe living colors. Ben vi, peut-être totalement kitch pour certains, mais moi j'aime bien, pour l'instant. J'ai un œuf à leds. Mignon et pas cher. Mais avec ses limites tout de même.

Voilà, c'est sur ma wish-list pour un futur chez-moi-à-moi-toute-seule !

°Oo oO°

Alors maintenant que j'ai bien déprimé tous mes lecteurs, je vous suggère un petit tour sur le blog de Won, Philippe et Raphaël. C'est le récit de vie, d'une famille d'expatriés. C'est bien écrit, parfois même on y prend de belles leçons d'histoire, de géo, on y visite les 5 continents, et les photos sont juste sublimes (et parfois aussi très dures).

Voilà, il avait laissé un petit com' sur ce blog, ce qui m'avait conduite à son journal que j'ai lu comme un bon bouquin, chapîtres après chapîtres.

 

 

10:47 Publié dans Perso | Lien permanent | |  Facebook

30/03/2010

Horizon bouché

Petite note un peu pessimiste. Je ne sais pas si c'est dû à tout ce que je traverse et tente tant bien que mal de surmonter, ou à la crise de la quarantaine.

Y'a des jours ou la vie me donne l'impression de concentrer tous les problèmes à moi seule. Et pourtant, on ne peut pas dire que personne ne vit pire situation que moi. Y'a toujours pire...

Mais bon, j'ai appris cette semaine que deux de mes connaissances vont avoir chacun (à 35 ans) une promotion. Bien méritée en plus. Un avancement de grade pour l'un et sans doute une expatriation volontaire pour l'autre. Et celui-là, je ne le reverrais plus, et ça me fout les boules... ça me touche plus que je ne l'imaginait.

Et aussi sec ça me ramène à mon pitoyable parcours.

En temps normal, ça me mettrait un formidable coup de pied au c**, mais là, j'ai juste le sentiment que je n'avance plus. Et pire, je recule.

Parce que, soyons réalistes, même si j'en décroche un de job pérenne un jour, ça sera un éternel recommencement (et j'en ai marre de recommencer, suis curieuse, donc j'ai envie d'apprendre, certes, mais par choix, pas par obligation) avec un salaire de base, et sans perspectives d'évolution intéressante, financièrement parlant, mais aussi pour mon ego.

Ca ne sera pas autre chose que de la survie en fait, un job alimentaire, comme les autres, mais stable.

Pourquoi ? Parce que nous sommes un certain nombre à devoir nous contenter des restes. A devoir faire abstraction de nos souhaits, de nos ambitions, à devoir passer outre nos principes, si on veut s'en sortir.

Ces derniers mois, depuis le décès de mon papa, ont été très-très occupés, et là, je vais être à nouveau face à moi-même, sans perspectives. A ruminer et cogiter, à stresser sur mon avenir...

Et c'est usant, d'une part parce qu'un organisme stressé a du mal à fonctionner de façon optimale et d'autre part, parce que maintenant, vu le désastre de mon parcours, à chaque décision que je prends, je me dis que c'est pas la bonne, que je raisonne à l'envers.

Et c'est dommage, parce qu'il y a tant de choses que j'en envie de faire, comme apprendre l'anglais (suis une nullité), faire un peu de bricolage (pour ça, me faut mon appart' à moi), voyager, (pour ça faut que l'appart soit payé, et la retraite assurée),  vu que je n'ai jamais quitté (sur du long terme) ma région ni même mon département, même pas pour des vacances ; alors peut-être que ça aussi, ça a des incidences sur ma vie (mon absence de vie).

Bref, en ce moment, suis un peu comme une cocotte-minute qui attend qu'on lui retire sa soupape.

Et la lassitude se fait sentir, cruellement.

 

09:05 Publié dans Perso | Lien permanent | |  Facebook

14/03/2010

Jean Ferrat

Tout d'abord, merci à ma famille de nous avoir élevé dans la diversité culturelle, que ce soit en terme de musique, de films ou littérature.

On a su apprécier une partie de ce qu'elle apprécie, tout comme elle n'est pas insensible à nos propres choix, à nos propres découvertes.

Il n'est pas dans mes habitudes de rendre des hommages à des artistes disparus, mais là, petite exception, pour une grande, une immense figure de la chanson française.

Jean FERRAT, un mec qui a si bien su chanter "sa" montagne :

qui a su mettre une musique sur la poésie de Louis Aragon (et merci au passage à la troupe des Enfoirés de m'avoir fait redécouvrir ce titre)

mais aussi qui a écrit pour les autres

Et on ne peut lui rendre hommage, sans évoquer l'ignominie de la déportation, et notamment des camps de concentration

09:00 Publié dans Perso | Lien permanent | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu