Avertir le modérateur

01/06/2010

Les adjoints 2ème classe

Dans la fonction publique, ici je vais parler de la territoriale, les emplois sont répartis selon des "cadres d'emploi", eux-mêmes subdivisés en grades.

Exemple, le cadre d'emploi des adjoints administratifs comprend les grades de :

=> adjoint administratif de 2e classe,

=> adjoint administratif de 1ère classe,

=> adjoint administratif territorial principal de 2e classe,

=> adjoint administratif territorial principal de 1ère classe

    On accède à certains par concours et à d'autres par promotion interne.

    Et ma note du jour porte sur le grade des adjoints de 2è classe, notion que l'on retrouve à la fois dans la FPT, la FPE ou encore la FPH.

    C'est un grade assez récent. A la base, sur le papier, l'accès au "concours" est ouvert à tous, puisque que de catégorie C (avec parfois des nuances et un niveau CAP/BEP requis).

    Petite précision concernant l'usage des guillemets sur le terme de concours. Je distingue en effet ce mode de recrutement qui se fait en réalité par une étude de candidatures (lettres de motivation + CV), d'un concours ou examen qui lui requiert de passer des épreuves et donc sous-entend des révisions, de la prise de tête et énormément de sacrifices.

    Maintenant, pour en venir au recrutement ouvert à tous, là aussi c'est assez subjectif.

    La réalité, même si d'une part on ne peut pas généraliser, et d'autre part, la simple évocation du sujet est taboue, c'est plutôt que ce concours vise le plus souvent à permettre une intégration officielle d'agents déjà en postes recrutés de façon contractuelle. Et même de la sorte, il n'y a pas suffisamment de postes pour tous. Parfois aussi recrutées les personnes en situation très précaire (vi, un grade au dessus de "précaire", il y a pire que moi, "très précaire") comme par exemple les plus de 50 ans et/ou demandeurs d'emploi de très longue durée.

    Au final, on peut dire que les dés sont pipés, et que très rares sont ceux qui n'entrant pas dans les critères ci-dessus évoqués, seront recrutés.

    J'en ai fait l'expérience à plusieurs reprises. Ma candidature pour des postes d'adjoint de 2ème classe à déjà été rejetée pas loin de 10 fois, voire largement plus, toutes fonctions publiques confondues, avec évidemment une mention spéciale pour la territoriale suivie de près par l'éducation nationale qui vient de me recaler à l'instant.

    Et bien sûr, lorsque l'on demande les raisons du rejet, on a droit au très laconique "nous avons eu énormément de candidatures" (sans blague, y'a tant de gens que ça qui cherchent du boulot en ce moment !) "et notre choix s'est porté sur des profils plus en adéquation avec le poste".

    29/03/2010

    Questions existentielles

    En discutant avec des collègues (de ce boulot, mais aussi d'emplois passés), à propos de mon (misérable et atypique) parcours professionnel, j'en suis arrivée à faire 2 constatations essentielles.

    Tout d'abord, et bien que bossant essentiellement dans le tertiaire, et plus précisément, le "service au public", j'ai dû à chaque fois me familiariser avec le "métier", le secteur d'activités dans lequel je débarquais, les termes, les procédures, les méthodes, les partenaires et prestataires assimilés etc... Et ce sans aucune difficulté ou si peu (on est des humains, pas des machines). Même si comme je le disais, à chaque nouveau poste, ça revient un peu à apprendre une deuxième langue. Et de "technicienne de surface" à enseignante en passant par assistante administrative dans de nombreux secteurs d'activités allant du logement à la politique, je peux dire que le terme de polyvalence pour mon cas n'est pas un vain mot.

    Et deuxièmement, je peux me "vanter", d'avoir obtenu le poste pour lequel je postulais, dans plus de 9 cas sur 10, si j'avais eu la chance de passer le cap des entretiens et/ou tests divers et variés. J'ai même eu à de nombreuses reprises des félicitations pour mon CV (faut dire que faire tenir mon parcours sur un recto de page, c'est complexe, limite artistique). J'ai eu aussi de très nombreux retours positifs concernant les entretiens. Mon côté pétillant, assez "brut de décoffrage" etc... semble plaire et convaincre (malheureusement cette qualité va décroissant au fur et à mesure que le temps passe, pour laisser place à de la résignation). Il m'est même arrivé d'avoir le "petit luxe" de choisir entre 2 ou 3 propositions de CDD simultanées (en plus c'est pas forcément vers la proposition au salaire le plus élevé que je me tourne, ce que certains employeurs semblent avoir du mal à admettre).

    Lire la suite

    21/03/2010

    Durée de validité des concours de la FPT

    Comme expliqué lors de notes précédentes, lorsque l'on est lauréat d'un concours de la fonction publique territoriale, ça ne signifie par un poste à la clé. Cela donne juste au candidat-lauréat, le droit de "chercher un poste", une collectivité qui voudrait bien de lui.

    En fait c'est un peu comme un passeport. Il faut un visa d'entrée.

    A la publication des résultats débute donc un long parcours du combattant. Long de 3 années maximum, puisque la validité de ce concours est limitée dans le temps, à savoir, 1 an, renouvelable 2 fois.

    Auparavant, c'était juste un an. Et puis, devant les difficultés de certains à trouver un poste, surtout dans certaines filières comme la filière culturelle par exemple, la loi est venue réviser la péremption.

    Mais voilà, les difficultés à trouver un poste sont toujours présentes. Et les lauréats qui deviennent "reçus-collés" comme on dit dans notre jargon, de plus en plus nombreux. D'ailleurs longtemps les chiffres sont restés tabous. Le fait même de parler des reçus-collés est tabou. Et pourtant, aujourd'hui, on peut supposer que nous représentons 7 à 20 % des lauréats, selon filière.

    Alors la filière culturelle est toujours une des plus mal lotie, mais souvent les lauréats bénéficient d'office d'une prolongation, car la loi stipule aussi que le concours est valable 3 ans ou jusqu'à organisation du prochain si aucun autre n'a été organisé depuis inscription sur la liste d'aptitude, ce qui permet parfois de gratter 12 ou 18 mois de plus.

    Lire la suite

     
    Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
    high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu