Avertir le modérateur

07/05/2012

Nouvelle ère ?

Prochaines élections présidentielles sans doute en 2017.

Sans doute aussi avec quelques changements tels que les 500 signatures-parrainages, une homogénéisation des heures de fermeture des bureaux de vote à 19 h, ou encore une remise à plat de la question de la publication des estimations.

Nous voici à présent face à un quinquennat qui démarre. A la fois sur les chapeaux de roues, mais aussi qui sera freiné du fait de l'attente des législatives.

Et si… Et si l'Assemblée Nationale ne basculait pas ?!

Alors j'étais évidemment consciente que je n'allais pas me réveiller ce matin vers 6 h avec un emploi qui m'aurait été livré pendant la nuit par des Elfes compatissants. Billet rédigé hier soir, mais vérification faite ce matin, point de message sur ma boite vocale. lol

Pas plus qu'on ne se réveille avec la crise effacée. Il a fallu à l'ancien Président l'assumer. Comme l'on fait des dizaines d'autres dirigeants. Et il faudra au nouveau s'imposer et pas qu'un peu. Les cinq ans à venir ne seront pas de tout repos. Vérification faite là aussi, la crise est toujours là, la Grèce votait hier et montre bien son rejet de l'austérité. L'économie Allemande s'essoufle. Et que dire des Espagnol, Italiens...

Alors peut-on au moins rêver de respirer un autre air… Ceux qui ont moins de 20 ans n'ont même jamais connu une France présidée par la Gauche.

J'ai aussi une pensée émue pour mon papa. Il n'est plus parmi nous pour vivre ce changement et pourtant, il en rêvait. Je me souviens de 1981, quand l'image de François Mitterand, toute "pixelisée" sur fond bleu-blanc-rouge est apparue sur ce qui s'appelait alors Antenne 2.

J'avais un peu plus de 10 ans. A cette époque je ne comprenais pas encore les enjeux, ni à quel point ma famille était impliquée sur plusieurs générations en politique. Et je ne savais pas non plus qu'un jour moi aussi j'allais être amenée à travailler en périphérie de ce monde. Qu'un jour j'allais tenir un bureau ou faire des dépouillements.

Ou que j'allais aussi en être dégoûtée au point de zapper des élections.

Je  ne suis pas réconciliée avec la politique. Mais j'y travaille. A eux de me convaincre. A eux les nouveaux dirigeants de prouver que je me trompe. Je n'adhère pas à tout le programme de François Hollande, mais j'adhère au changement.

Et que le vœu d'une de mes copines qui m'a envoyé un SMS hier à 20 h 00 sonnantes, rêvant d'une France plus juste pour ses enfants, pour "nos" enfants soit exaucé.

 

IMGP6558.JPG

Il a des supers-pouvoirs le nouveau Président ?!

Couleur du ciel ce matin chez moi au réveil.

03/05/2012

Stages, formations et désillusions

Pour continuer dans la lignée des "du boulot y'en a, suffit de chercher". Ou sa variante "battez-vous pour trouver un job comme si votre vie en dépendait" (et qui amène la question suivante : devrait-on avoir à se battre pour trouver un emploi ?).

En effet oui, il y en a. Me suis tellement souvent demandé où sont plaquées les offres pour des postes convenant à mon parcours que j'ai enquêté. Et comme je disais, parfois, pour ne pas dire souvent, les secrétaires/assistantes de direction/assistantes manager ou tous les petits noms dont on veut bien les qualifier sont vouées à disparition. Remplacées par des salariés plus polyvalents, au profil de juriste, ou avec un bon bagage en RH et parlant 3 langues. Comme les shampooing, 3 en 1.

L'autre phénomène ce sont les stagiaires. Ces jeunes étudiants déjà bien blindés de diplômes, font le bonheur des entreprises. Et pas que des entreprises. De la fonction publique aussi.

Pas assez ou trop ceci ou celà pour être recrutés en tant que salariés mais parfaits pour occuper ces mêmes emplois, en qualité de stagiaires. Et pas pour faire café/photocopies (tant mieux pour leur CV). Mais bien sur des postes réels. Des emplois dits permanents.

Ici, au 20 h de France 2 vendredi dernier (27 avril). Pour le sujet sur les stagiaires, écouter vers 15 min 50.

Notamment en anonyme, une jeune stagiaire de la fonction publique, en Mairie. Sur un emploi permanent. Elle est lucide sur l'engrenage infernal. Et aussi sur le fait que l'Etat et les collectivités ne donnent pas l'exemple... Alors pourquoi le privé se gênerait ?!

Puis toujours dans le registre de l'emploi, entendu et vu sur BFM-TV ce lundi (30 avril). Un jeune de 19 ans au chômage. A suivre ici.

Au 1er tour des élections, il voulait du changement. Il hésite entre bulletin FdG et bulletin FN, et c'est la Marine qui emporte son suffrage.

Dilemme du second tour, et son choix dit-il se portera sur le candidat sortant. D'une part "pour la stabilité". Donc en simple, le mec occupe déjà le fauteuil, pourquoi donc jouer à TLMVPSP (*). Et parce qu'"il a sorti la France de la crise". Ah bon ?! J'ai dû commater ces derniers mois.

Et aussi parce N. Sarkozy propose de "développer la formation pour les chômeurs avec obligation après d'être embauché".

Alors là, jeune homme, prépare l'airbag parce que la réception après chute sera rude.

Donc pour petit rappel, le Candidat-Président propose certes de développer la formation (il vient d'avoir 5 ans pour le faire), mais par la suite, il imposera au chercheur d'emploi d'accepter la première offre qu'on lui proposera dans le domaine sur lequel il aura été formé.

En aucun cas il ne parle d'embauche post-formation.

Et pour cause… Ca supposerait qu'il y en ait de l'emploi disponible pour les 5 millions de chômeurs. Et pour les brouettes pas pacsées avec PE mais quand même en recherche.

Et si c'était le cas on n'en serait même pas à débattre du sujet. 

(*) Tout Le Monde Veut Prendre Sa Place

01/05/2012

Vrai du faux (travail)

vrai travail,fête du travail,muguetLe débat continue plus que jamais. Comme je disais sur des blogs, "Fête du vrai travail" ou "Vraie fête du travail", c'est un peu comme le concept de la "baisse tendancielle de la hausse" (référence aux chiffres du chômage il y a deux mois). Pour tous c'est une question de sémantique, et pour nous les "ressources humaines disponibles", ça nous fait juste une belle jambe.

Pis surtout, à supposer qu'on doive définir le concept de vrai travail (!) ce qui sous-entendrait donc du faux travail, et des vrais travailleurs opposés à des faux (bouh, et les emplois fictifs alors, mais je m'égare), le Candidat-Président et moi, on n'est pas d'accord du tout sur l'explication de texte qui en découlerait.

Lui, par vrai travail,  il voit les braves (?!) gens qui se lèvent aux aurores pour aller taffer -pour une misère- après s'être tapé 2 h de RER (à remplacer par votre transport local pour personnaliser la lecture). Il voit aussi ceux ayant construit toute leur vie sans rien demander à personne.

Nette opposition aux méchants fonctionnaires toujours en grève à se plaindre ou aux feignants-méchants-chômeurs qui se la coulent douce la mannette de Wii dans les mains devant leur écran plat aussi démesuré que leurs allocations.

Pour moi, et pas que, mais je ne m'exprime pas au nom des autres, un VRAI travail ne se définit pas par l'heure à laquelle on pointe ou par le nombre d'heures supp' qu'on se tape ou encore par le fait d'avoir un jour ou l'autre perçu une allocation.

Le VRAI travail est un concept qui existe dans mon esprit. Son opposition c'est le travail précaire. Le vrai travail se présente donc sous la forme d'un travail pérenne, de préférence dans la lignée de nos formations initiales et, soyons fous, luxe suprême, payé un peu plus qu'à la fronde du SMIC (M pour Minimum et pas Maximum comme semblent le croire faussement ou vraiment certains employeurs).

Payé au SMIC Mélenchonesque ça irait bien. Pour rappel, le SMIC selon Jean-Luc Mélenchon/Front de Gauche, c'est un chiffre référence fixé selon les syndicats Européens. D'où un SMIC "idéal" évalué à 1 700 € bruts en début de quinquennat pour arriver à 1 700 € nets en fin de mandat. Laurence Parisot a dû s'en choper un ulcère. 

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu