Avertir le modérateur

09/07/2012

Freephonie

Je fais partie des 1,5 millions de personnes qui ont choisi de déserter leur opérateur de téléphonie mobile initial (en l'occurrence Bouygues), au profit de Free Mobile. En partie responsable des destructions d'emplois chez les opérateurs historiques qui préparent des charrettes déguisées en "non remplacement de départs" ou "départ volontaires" ???.

Après quelques lenteurs au démarrage, à savoir du retard dans le traitement des demandes de souscription, tout semblait rouler tranquillement. Juste à noter à quelques reprises (en fin de journée par exemple) des difficultés à pouvoir appeler. Et aussi à deux ou trois reprises des SMS qui me sont parvenus vers 3 h du matin bien qu'envoyés à 20 h

Puis j'ai remarqué il y a quelques semaines, je crois en mai, des problèmes pour joindre un numéro dit "court", à 4 chiffres. Un numéro institutionnel. Ca compose, ça se connecte une nano-fraction de seconde, puis le message "fin d'appel" s'affiche". Suite à quoi pour passer ledit appel j'empruntais donc le téléphone de la maison que j'occupe gratuitement en bonne assistée que je suis.

Ce petit couac étant devenu permanent j'ai donc décidé de m'en préoccuper sérieusement. J'ai fait quelques recherches sur le net, par la FAQ de Free ou encore en parcourant des forums de discussion. Etrangement aucun compagnon de galère à l'horizon.

Les autres numéros courts que j'ai testé (CPAM par exemple) fonctionnent. Pas celui-là. Et pourtant il fonctionnait ce fichu numéro avant. C'était une communication inclue dans le forfait illimité mais avec une "pénalité" de 11 ct/appel (la surtaxe sur des numéros institutionnels ça mérite débat aussi d'ailleurs).

Je vérifie si je n'ai pas commis une maladresse en bloquant accidentellement, un soir de somnambulisme sinon je vois pas, mon forfait puisque c'est maintenant possible. Mais non.

Lire la suite

03/07/2012

Franchise AME et cadeau fiscal

Ou deux expressions d'un même avis.

Pour ce jour, j'hésitais entre trois billets pour la publication. Trois billets déjà rédigés au moins dans les grandes lignes. Un à propos d'une micro-anecdote quant à ma recherche d'emploi, un sur les DRH qui veulent faire la fête à des jours fériés et un sur le Gouvernement et ses mesures. Au départ c'est celui sur les DRH qui était prévu.

Puis vers 7 h 45 alors que je lisais tranquillement quelques emails tout en terminant le thé de mon petit déj', tout écoutant pas si distraitement que ça sur Itélé (j'utilise toutes les capacités de mes frétillants neurones de quadra) l'interview de Christophe Barbier, c'est donc l'interviewée Nathalie Kosciusko-Morizet qui m'a soufflé inconsciemment laquelle des notes publier.

En effet, le Gouvernement vient d'annoncer la suppression prochaine de la franchise (appelée aussi "droit d'entrée") de 30 € dont les sans papiers doivent s'acquitter au titre de l'accès à l'Aide Médicale d'Etat (AME).

Et au risque de passer à nouveau pour la méchante, vous pouvez préparer des tomates pourries virtuelles si vous le souhaitez, je ne suis pas spécialement d'accord avec l'idée, que se soit maintenant face à l'endettement ou en période plus prospère (euh…).  

Pour autant, je ne remets absolument pas en cause le droit aux soins des personnes en situation irrégulière. Droit (de l'Homme) absolument indispensable et qui permet outre les soins, d'instaurer une veille sanitaire (ce qui n'empêche d'ailleurs pas le retour en métropole de certaines maladies).

L'accès a un "panier de soins" est et doit rester dans la législation. C'est vital et humain.

Mais ces populations de part une acceptation de leur dossier AME seront déjà exonérées (au même titre que ceux bénéficiant de la CMU) des franchises médicales et des participations forfaitaires, y compris du forfait hospitalier. Donc un droit d'entrée ne me paraît pas une mesure si anti-sociale que ça.  Au pire, je peux admettre de le passer à 15 ou 20 € mais certainement pas une suppression totale.

Surtout pendant que nous, le reste de la population assujetti à tout, sommes soumis tous les jours à des sensibilisations, des pressions pour résorber le trou des finances publiques.

Lire la suite

27/06/2012

Caprices

J'ai rongé mon frein à pondre un billet sur le foot. Parce que pondre un billet à ce sujet reviendrait encore à leur faire trop d'honneur, à ces footeux. Mais se taire et faire comme si tout allait bien aussi.

Du coup j'ai cogité puis profitant d'un billet à ce sujet sur un autre blog, j'y suis allée de mon commentaire.

Et du coup aussi, je me suis dit que ce com', une fois relooké pouvait fort bien faire une note. Ouais, je recycle, c'est écolo.

Et voilà donc ce que je pense encore et toujours de nos chers (voilà surtout comment le sens propre et le sens figuré prennent tout leur sens justement), footballeurs de l'équipe de France.

Et sans faire de généralité ça va de soi. Ou disons sans faire d'un cas particulier une généralité, je vais dire que la plupart ne sont rien d'autre que de petits merdeux. J'espère qu'il y a parmi mes lecteurs un avocat qui est prêt à me défendre (je dois avoir accès à l'aide juridique), parce que je crois que je viens de les insulter.

Alors évidemment, ils ne sont pas nés comme ça, et sans doute n'avaient-ils aucune prédisposition à le devenir.

En fait, ce qu'il ssont c'est ce qu'on obtient quand on lâche des salaires indécents à des jeunes de 25 ans à peine. Qui roulent avec des bagnoles que le commun des salariés mettrait 1 an à payer juste une roue et à qui on déroule le tapis rouge absolument partout. Et qui hélas pour eux se baladent avec au bras, des filles dont ils ne sauront jamais si elles sont intéressées ou sincères. Au moins moi suis tranquille de ce côté là. lol

Faut ainsi pas s'étonner ensuite qu'ils se comportent en enfants gâtés. Ils perdent tous sens des réalités et peu nombreux sont ceux qui maintiennent le cap de "rester eux-même.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu