Avertir le modérateur

08/04/2010

Parents démissionnaires ?

Elevée par des parents issus d'un milieu ouvrier/employé, dans une ville passée de 10 000 habitant à ses meilleures heures, a à peine 8 000 aujourd'hui, et qui compte un taux de chômage démentiel, une proportion énorme de bénéficiaires du RMI/RSA et autres prestations familiales et sociales, qui totalise sans doute pas loin de 50 % de logements sociaux (aussi stupide que d'être sous les 10 %), et qui compte à elle seule au moins 2 % des femmes burqaïsées ou niqabisées (selon les chiffres des RG calculés sur la base de photos satellite semble-t-il), qui voit le compteur des feux de voitures et autres "incivilités" (crimes serait un mot assez juste aussi) exploser chaque année, et à proximité de la grande ville qui se dépeuple tout autant, ben je me dis que j'ai de la chance.

Oui, parce que j'ai commencée ma note par "élevée". En effet, j'ai été élevée, éduquée, par ma famille d'abord et les institutions après et en parallèle. Personne chez moi ne s'est déchargé sur les autres, les prof, les services sociaux etc...

Pourquoi cette note ? Parce que hier soir, quand j'ai mis la TV (ça m'arrive pas souvent d'ailleurs en ce moment), il y avait une émission-débat "l'objet du scandale" présenté par G. Durand. En présence, Augustin Legrand, nouvellement conseiller régional et Marine Le Pen.

Et je suis plutôt cataloguée de gauche, mais là, clairement, A. Legrand n'a pas été à la hauteur.  Autant il peut l'être (ou pas), sur la question des mal-logés, autant sur des problèmes généraux comme l'emploi, les retraites, les banlieues etc, il a été en dessous. Très sincèrement, M. Le Pen (et je ne lui porte ni intérêt ni considération, mais elle ne m'indiffère pas car ce qu'elle représente me dérange) n'a pas eu à se battre beaucoup pour être crédible.

Parce que à écouter M. Legrand, et sans généraliser ni stigmatiser évidemment, ben les jeunes des banlieues ont quasiment des circonstances atténuantes à dealer et à se rebeller comme ils le font, c'est-à-dire de façon immature et violente. Et donc, vu les chiffres, à savoir plus de 8 millions de personnes (dont moi, du coup) vivant sous le seuil de pauvreté (fixé à 910 € par mois pour rappel, d'ailleurs si le seuil est fixé à cette somme et pas 80 € au dessus, c'est sans doute pour éviter à devoir se poser les vraies questions, à savoir, SMIC = seuil de pauvreté ?!), ben on devrait être légitimement autant à dealer, caillasser les pompiers et/ou la police...

Lire la suite

23/03/2010

Le printemps, ses fleurs... et ses grèves

prim23mars10.JPGMardi 23 mars 2010, Jour de grève nationale. Pour planter le décors, non il ne s'agit pas d'une énième grève du secteur public visant à emmerder l'usager. Le droit de grève est inscrit dans le préambule de la constitution du 27 octobre 1946 : "Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent".

Alors les salariés du privé, qui au passage ont des salaires en moyenne supérieurs à ceux du public, peuvent parfaitement sacrifier 2 h ou une journée de travail pour défendre une/des cause(s), s'ils le jugent utile. Nul besoin de se plaindre en direct devant les caméras de ces méchants fonctionnaires qui font rien que de les embêter.

Comme si les-dits fonctionnaires ou agent de service au public se faisaient une sorte de vocation de pourrir la vie des autres quelques jours par an.

 

N'oublions pas par exemple, que quand des personnels de crèche sont en grève pour réclamer le remplacement des départs à a retraite, de meilleures conditions de travail, il y va de l'intérêt de vos enfants. Et que à chaque rentrée, vous êtes probablement les 1ers à pester contre le manque de place dans les crèches justement.

Donc on ne peut pas se plaindre du problème et en même temps en vouloir à ceux qui tentent de le solutionner. Ou alors, il faut pouvoir argumenter et apporter d'autres hypothèses de travail.

Vous trouvez l'attente à la CPAM trop longue, vous trouvez abusif que des CAF ferment plusieurs jours par mois pour surcharge de dossiers à traiter, vous êtes mécontents parce qu'il y a 35 élèves par classes ou 5 h d'attente aux urgences des hôpitaux. Et tout ça avec des millions de demandeur d'emploi.

Mécontents aussi de la taxe carbone ou de la taxe sur les médicaments, du prix de l'essence sans cesse en hausse pendant que Total dégage des profits hallucinants (et dégage aussi du personnel), phénomènes qui contribuent à diminuer le pouvoir d'achat. Vous vous inquiétez de devoir bosser jusqu'à plus de 65 ans pour une retraite misérable...

Alors c'est le moment ou jamais l'exprimer, ou du moins de ne pas taper sur ceux qui veulent se faire entendre.

Parce que même si vous n'êtes pas dans la rue, ou tout simplement absent de votre poste de travail, vous profitez quand même de la moindre victoire des avancées obtenues, à chaque négociation.

Parce que c'est quand même curieux, mais quand des salariés se mettent en grève pour obtenir les hausses de salaire ou de meilleures conditions de travail, ben on n'a encore jamais vu un non gréviste refuser les avantages ainsi gagnés par les autres, au motif qu'il ne cautionnait pas le mouvement...

14/03/2010

Elections et bla-bla 2 - A pas voté !

Nous y voilà, nous y sommes. Les élections dont on nous rabat finalement peu les oreilles quand on y pense. Sauf peut-être pour entendre les uns tirer dans les pattes des autres.

D'ailleurs c'est assez flagrant. Quand on interroge la gauche sur les raisons de voter pour eux, ils répondent quasi instantanément et unanimement qu'il faut faire barrage à Sarko, à la droite. Et quand on interroge la droite sur les mêmes motivations, eux ils arrivent quand même à sortir un programme, et bien sûr à 2 jours des élections, à semer le doute dans la tête des électeurs (par exemple, quel besoin d'annoncer maintenant qu'une loi sur la burqa serait proposée à l'automne, est-ce que cette info ne pouvait pas attendre la fin du mois, après les élections ?!!)

Ces élections deviennent un préambule à 2012 alors que les électeurs veulent du concret, du direct. Moi j'ai pas envie de savoir si je vais pouvoir trouver plus facilement du boulot en 2012, avec (ou sans) mes concours, je veux du taf, maintenant, et c'est maintenant que je veux qu'on limite les salaires des patrons, qu'on revienne sur la loi permettant aux parlementaires de percevoir le chômage et j'en passe, liste non exhausitive...

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu