Avertir le modérateur

20/09/2012

Chômage et formation

Dans un épisode précédent de mes pérégrinations Pôlemploitesques j'évoquais la dernière idée de génie de mon Conseiller, à savoir me faire intégrer une formation.

Sur le papier ça paraît formidable, d'autant que moi j'étais un peu demandeuse.

Mais demandeuse ne veut pas dire suicidaire, ni désespérée.

Tant qu'à faire, je voulais (suis trop exigeante donc) une formation payée un max, avec voiture/ordi/logement de fonction, au soleil et avec emploi à vie à la clé qui apporte à plus à mon cursus sans pour autant noyer plus encore mon CV dans la vase.

Ou une mise à niveau bureautique Word/Excel/Powerpoint, avec de préférence un accès un programme OpenOffice. Avec à terme l'idée de valider mes connaissances via le PCIE.

Et la conseillère de me préposer elle une formation de secrétaire à moi l'heureuse titulaire d'un fort utile Bac G.

A ce moment là, elle était satisfaite de sa trouvaille, convaincue de ma future résurrection tandis que moi j'attendais patiemment mais en vain qu'elle ajoute une option de "Ressources Humaines" ou de "Secrétariat médical" à la fin de sa phrase.

Mais que nenni. C'est impossible. On n'a pas ça chez nous.

C'est donc entre rire et larmes que j'étais rentrée chez moi. Mais le rire (jaune) avait vite repris le dessus face à l'hilarité de mon entourage qui prévenu de la nouvelle qui était supposé bouleverser ma vie se demandait néanmoins si je me foutais de leur gueule ou pas.


Cette formation fort utile devait commencer en septembre pour la première session (et janvier pour la seconde), ce qui m'offrait une porte de sortie car j'avais prévu de "poser" quelques jours de "congés". Non pas que j'ai gagné au loto et que je compte m'évader de mon quotidien, mais il était convenu que je dépanne quelques potes en cours de déménagement pour m'occuper de leur progéniture.

Mais n'ayant pas de dates précises, et vu que l'on ne doit déclarer à Pôle-Emploi que les absences supérieures à 7 jours, je n'avais finalement pas fait la procédure.

D'autant que l'agenda dont on dispose sur notre dossier de demandeur, sur le site de PE ne me prévoyait rien pour les 15 premiers jours de septembre.

Et on peut reprocher sans doute beaucoup de choses à l'Ami Pôle, mais en terme de convocation, en principe on est prévenu assez tôt. Disons 3 semaines avant. Et par 2 convocations envoyées par voie postale (à ce sujet il m'est déjà arrivé de ne recevoir ni la première ni la seconde).

Tout roulait donc. Du moins jusqu'au vendredi 24 août à 11 h 30. C'est à ce moment que je reçois un SMS à l'expéditeur d'origine "inconnue". Plus tard je vais comprendre qu'il émane de l'organisme de formation. Et ce SMS m'informe d'une convocation pour le lundi 27, pour une réunion dans le cadre de cette fabuleuse formation. C'est vers 13 h que j'en ai eu connaissance.

Et le lundi en question, j'ai un RV que je ne peux à présent plus déplacer. Je profite de 5 min de disponibilité dans la matinée pour expliquer la situation à Pôle (que par  miracle j'arrive à joindre depuis mon portable alors que Free boudait Pôle jusque là). L'agent de la plateforme a pris note.

La prochaine session de formation de secrétaire doit se dérouler en janvier. Je n'ose espérer que d'ici là j'en ai terminé à vie avec l'Ami Pôpole, mais que au moins une option un peu plus pertinente à cette formation aura fait son apparition.

En plus, quelques jours plus tard, je profite d'avoir en ligne un conseiller pour remettre le couvert à propos d'une mise à niveau bureautique. Sa réponse -radicale- fut que étant donné mon niveau scolaire, je ne peux y prétendre. A en perdre mon latin si ce n'était déjà fait (ouais, dans une vie antérieure j'ai aussi fait du latin).

Je lui demande le parallèle entre le fait d'avoir le BAC et cette formation. Elle me répond comprendre mon incrédulité mais je comprends que face à la demande, il faut faire le tri. Je lui rétorque alors que me faire faire une formation de secrétariat alors que j'ai ce BAC là + le BTS qui-va-bien-avec ne semble pourtant pas les déranger. A son silence j'ai compris son désarroi.

Il est vraiment temps que le Gouvernement se saisisse de la question des formations des demandeurs d'emploi. Et surtout passe un coup de Kärcher sur l'existant et oblige les divers partenaires et la sacro-sainte UNEDIC manifestement sourde à tous les rapports et qui se glorifie de ne dépenser que la moitié du budget de son volet formation à réviser le système depuis ses racines.

De solides formations sont pourtant dispensées dans les Universités, lesquelles grâce à cause de la loi sur l'autonomie, sont dans le rouge et autres Etablissements scolaires, les CNAM ou encore les CCI. Des formations qualifiantes et/ou diplômantes. C'est une piste à travailler je pense, à ma modeste échelle.

Parce que là, vu la situation dramatique du pays, c'est à la vitesse du son qu'on part s'incarcérer dans le mur.

Plus tard, un billet sur Pôle et sa campagne de non-recrutements.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu