Avertir le modérateur

03/09/2012

Réchauffement climatique

Il y a quelques jours c'est par plus de 40° que je partais faire ma petite ballade quasi quotidienne de "dépaysement-décompression" vêtue comme ceci.

18oct11.JPG

18oct11 (2).JPG

Bon, suis pas non plus à me photographier tous les jours comme une influente-blogueuse-mode que je ne suis pas. Encore que vu mon style, à coup sûr la relookeuse Cristina Cordula en perdrait son accent. Donc les photos, je te l'avoue cher lecteur, datent de l'an dernier.

Et furent alors prises le 18 octobre alors que le thermomère affichait toujours allègrement plus de 30° depuis plusieurs jours.

Mais qu'importe, c'est l'idée de la tenue qui compte. C'était la même.

Trois jours plus tard, ce WE donc, et une trentaine de degrés en moins, rien que ça, mais toujours en été sur le papier, c'est attifée de la sorte -là je crois que nous venons de perdre et Cristina, et les influentes-blogueuses-modeuses- que j'ai enfin décidé de reprendre le chemin humide de la randonnée. 

Mes jambes étant prises d'une frénétique bougeotte, elles l'ont emporté sur mon cerveau endormi lui par l'absence de soleil, malgré une alternance de thé/coca zéro qui ont transformé ma nuit en jour.

Photo0807.jpg

Merci toutefois à Frangin d'avoir préféré me ramener de Disneyland un épais et sexy sweat polaire à capuche qu'un tee-shirt. En parfait pompier qu'il est il a dû penser que si je disparaissais lors d'une promenade, un tel sweat serait repérable de loin. Surtout que vu la température de mon corps, je crois qu'avec moi on pourrait oublier l'usage de la caméra thermique.  ;)

Bon, pour en revenir à mes jambes et les exonérer partiellement de cette bougeotte aigüe, disons aussi que préalablement j'ai cru apercevoir de loin depuis le point le plus haut de mon jardin, une lueur d'espoir. Aussi appelée rayon de soleil.

Photo0805.jpg

Mais qui s'est avéré être un leurre et non pas une lueur, une fois sur place.

Photo0810.jpg

Qu'importe, je persiste. Et je poursuis ma route. Et au détour d'un sinistre chemin, la lumière fut. Même si disons le, elle a clignoté en fait. 

Photo0811.jpg

Photo0815.jpg

J'ai donc été braver la dizaine de degrés qui peinait à s'afficher en lieu et place des 20 annoncés (et pour aujourd'hui, mouarff ! 24° qu'ils disent).

Trente minutes après j'étais de retour. Faut dire aussi que cette météo m'a incité à piquer un sprint au retour. Tout en écoutant Bamboleo, des Gispy. Oui je crois à l'effet psychologique/psychothérapique de la musique.

Elles en ont eu pour leur argent mes guibolles. Et je regrettais amèrement l'absence de cheminée.

Mais je crois surtout que si un plein de carburant ne me coûtait pas 20 % de mon revenu mensuel, c'est dans le sud de l'Ardèche que je serai partie chercher mon shoot quotidien de ma déficiente vitamine D.

Oui docteurs, je suis pourtant à la lettre le principe selon lequel pour synthétier et maintenir le stock il faut  exposer au soleil un corps le moins couvert possible et tête nue, et sans protection. Tout ça 1/4 d'heure par jour idéalement.  :)

[Edit : Avec le recul en visualisant le billet après publication, je réalise que poster une note intitulée "réchauffement climatique" et démarrer avec une photo de mon décolleté, c'était osé. Assurément, sur le brouillon le rendu était tout autre. Tant pis, j'assume. :)]

PS pour Multiwaves : les vaches avaient sans doute préféré rester au chaud dans leur étable. Je les comprends d'autant que je n'ai croisé absolument personne sur tout mon parcours ce qui pour un WE fut-il de rentrée est exceptionnel.


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu