Avertir le modérateur

28/08/2012

D'états d'âme en vague à l'âme

Cet été j'ai appris -ce n'est pas une surprise ceci dit- que la fille d'un couple de copains est officiellement titulaire du Diplôme d’Etat d’Assistante de Service Social.

Elle n'a pas encore 25 ans et ne lui reste plus qu'à trouver un boulot, ce qui dans ce secteur ne devrait pas être compliqué. Ou alors si, compliqué par l'embarras du choix.

Et la fille d'une vingtaine d'années aussi d'un autre couple de potes, est officiellement titulaire du diplôme d'Etat d'Infirmière. Pour elle aussi c'est l'embarras des choix des postes.

Alors certes elles ont bossé pour en arriver là. Une assurance sur l'avenir, avec des perspectives d'évolution non négligeables. Et dans des secteurs dits porteurs.

Mais n'empêche…Tout ceci me ramène donc au naufrage de ma propre vie.

Comme je le disais à une compagnonne d'infortune, Cocotine qui nous narre si bien son petit monde, pendant que certains surfent allègrement sur un nuage tout rose-moelleux de Barbapapa, nous sommes nombreux, de plus en plus nombreux en en juger par les chiffres du jour, à vivre plutôt sur celui de Tchernobyl. Et si Cocotine avec les bagages qu'elle a, ses capacités et ses connaissances, est dans la mouise, imagine deux secondes ami lecteur quelle peut être celle de millions d'autres naufragés beaucoup moins armés.

Il y a 5 ans (aille, ça fait mal à écrire) à la semaine près que j'ai perdu mon emploi. Un mal pour un bien vu le contexte, notamment le harcèlement moral qui rétrospectivement a fait sur moi plus de dégats que je ne le pensais sur le moment. Et au pire de toute façon l'emploi était voué à être perdu quelques mois plus tard suite à cessation d'activité de l'employeur.


Même si à cette époque ma bouée de sauvetage était ma reconversion, elle aussi bien calculée, puisque lauréate de deux concours de la fonction publique, je savais néanmoins que retrouver un emploi serait difficile compte tenu de mon parcours. Raison pour laquelle je ne me suis pas focalisée sur les concours.

Mais je ne pensais alors évidemment pas qu'aux difficultés ambiantes allaient s'ajouter une crise, deux crises, des crises… à nous faire criser !

Alors évidemment avec des "si", on serait tous riches d'avoir fait les bons choix ou à défaut les moins pires. A  l'époque, si j'avais su que la difficulté serait à ce point, peut-être, et je dis bien peut-être, aurais-je pris un autre tournant. Etudié d'autres options de reconversions plus "radicales". Peut-être seulement parce que hélas, on ne nait pas avec la fonction boule de cristal en série.

En lieu et place, me voilà maintenant à devoir envisager d'intégrer une formation de secrétariat (pour ceusses qui débarquent, c'est ici que vous pouvez vous marrer un peu).

Allez dire à un lieutenant des pompiers qu'il doit intégrer une formation de caporal ; à ne pas en douter ça va le motiver.

Et le pire dans tout ça c'est que ce n'est même pas l'instant présent qui m'inquiète, mais bien le futur, ou plutôt le no-futur.

Parce que même sans réelle planification de ma vie, j'avais malgré tout intégré que à 40 ans j'aurais mon logement (une sécurité donc) et que si nécessaire toute dépense superfétatoire serait proscrite pour que le moindre centime non utilisé de mes revenus aille à ma future titanesque retraite.

Or la situation est tout autre. Le pécule mis de côté fond plus vite que neige au soleil. Et j'occupe une chambre de 9m2 chez ma mère…

Heureusement pour moi, mes parents avaient été prudents et ma chambre de 9m2 n'est pas dans un HLM de banlieue.

Mais banlieue ou non, je crois que le studio en HLM m'attend. Et le plus tôt sera le mieux.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu