Avertir le modérateur

17/02/2012

OUI ou NON

Pour ceux qui aurait comaté ces derniers jours, deux rappels. D'abord le scoop de la semaine : Nico (vi, me permets de l'appeler par son petit nom) est candidat à sa propre succession. Sans blague ! C'était donc pour ça la préparation du QG de campagne ?!

Pour se justifier il explique entre autres que "on n'a jamais vu un commandant qui quitte le navire…" Bon euh, comment dire ? Ca se discute, et plus encore depuis le vendredi 13 janvier dernier. Le paquebot couché sur le flanc sur les côtes italiennes ne doit pas être assez voyant.

Au passage, il est urgent qu'il change de rédacteur pour ses discours, ou au contraire qu'il s'en paie un parce que là, à croire que c'est le duo F. Lefèbvre / N. Morano qui s'y est collé. :)

Et autre rappel, le candidat-Président va donner dans le référendum et tout le monde va y passer. A commencer par les méchants-fénéants-assistés-chômeurs si toutefois les négociations n'aboutissaient pas. Et on peut être certains que le Gouvernement fera le nécessaire pour qu'elles soient orientées de façon à ne pas aboutir.

Alors ce matin, son second (pardon, son 1er, F. FILLON) a lâché la formule magique. Ce que pourrait être la question référendaire :

=> "Approuvez-vous le transfert des crédits de la formation professionnelle vers la formation des demandeurs d'emploi ?"

Bon, déjà môssieur le 1er Ministre, on ne dit plus "demandeur d'emploi" formulation rabaissante, mais "chercheur d'emploi".

Et sinon, lecteur, tu approuves ou pas ?! Mon avis on s'en tape vu que je ne suis toujours pas disposée à retourner dans l'isoloir (je dois faire un blocage, en fait ça me rappelle les cabines d'essayage et je déteste faire les boutiques) et moins encore pour des interrogations aussi stupides.

Alors comme je l'ai dit déjà ici ou ailleurs en billet ou réponse à des com', former les chercheurs de taf, c'est très louable. La plupart sont demandeurs au moins de mise à niveau de compétences.


Mais sinon on va le prendre où le boulot. Y'en a pas. Enfin si, suffit de voir l'état de notre système éducatif ou de nos hôpitaux ou encore des CAF qui ferment pour instruire 2 mois de dossiers en retard...

Bref nul doute que plus de 90 % des "ressources humaines disponibles" trouveraient satisfaction face à des propositions.

Certes il est des métiers en tension, mais pas au point de pouvoir assurer un job à temps plein et pérenne à 5 millions de personnes. Parce que c'est un détail à ne pas zapper : remettre le chercheur d'emploi sur le circuit professionnel, c'est une évidence. Mais encore faut-il que ce ne soit pas pour des jobs de 6 mois.

Pour rappel, et je remercie un de mes lecteurs de me l'avoir confirmé, le nombre d'offres non pourvues, c'est environ 200 000. Mais le nombre d'inscrits c'est à la louche 5 millions.  Sans compter ceux qui cherchent du taf mais ne sont pas inscrits ou ceux qui ont un boulot à mi-temps et voudraient mieux.

Alors on pose le calcul. Une enfantine soustraction :

ressources humaines disponibles (RHD) - offres non pourvues (ONP)

= toujours trop de RHD

Et sans compter qu'à force de prendre des mesures qui freinent voire baissent le pouvoir d'achat, les français ne consomment pas ou peu. Et ne relancent pas l'économie, la croissance. Le pourcentage des "toujours plus riches" étant totalement inversement proportionnel au pourcentage des "encore plus pauvres", on risque pas d'inverser la tendance d'ici 65 jours.

Ce qui ne favorise donc pas la création d'emploi. CQFD. Au cas ou des personnes doutent encore : Cf la Grèce ; le peuple commence à avoir faim...

Puis cette question formulée ainsi, c'est aussi la meilleure façon d'opposer les salariés aux chômeurs. De diviser pour mieux régner.

Parce que maintenant, le chercheur d'emploi en plus d'être feignant et assisté, va être celui qui enlève le pain de la bouche du salarié. Celui qui va priver le salarié de son budget formation.

Son crédit de DIF (Droit Individuel à la Formation) ne vaudra bientôt pas plus que l'équivalent des 500 millions d'Euros de billets den francs encore non-échangés. Et quant à celui au bas de l'échelle qui comptait sur la formation professionnelle pour l'avancement ; mauvaise pioche aussi. Reste en bas mon petit.

Je me vois mal dans ces conditions, parler de mes journées de formation à Frangin ou des potes, sachant que ce serait à leur détriment. Indécent.

En fait la question sous-jacente, la question subliminale (et qui pourrait être celle du référendum) est la suivante :

=> "Approuvez-vous la suppression du droit à la formation professionnelle des salariés (au long de la vie) ?"

Question de sémantique certes, mais répondre "OUI" à l'autre formulation reviendra à ce résultat.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu