Avertir le modérateur

02/02/2012

Bousculade au portillon

Autant d'élus au chevet d'un malade en aussi peu de temps, c'est rare. Sauf en période pré-électorale. Et là, on ne peut plus bien tomber.

Et en période pré-électorale, faire disparaître une entreprise de la carte, de surcroit pour exiler la production à l'étranger, en plus s'agissant d'une zone géographique économiquement défaillante, et cerise ou le gâteau, ou devrais-je dire en cette période, nutella sur la crêpe, dans le département d'un Ministre, ça fait comme un gros caillou dans la chaussure les boots.

Alors voilà que défile Arnaud Montebourg, bras-dessus, bras-dessous avec une spécialiste en lingerie (Tam-T*m), ou encore Laurent Wauquiez, jamais dans le bon Ministère, qui déboule avec un Vuitt*n au sien, de bras. Enfin c'est une image. Quoi que, allons donc savoir ce qu'il se cache derrière le choix assez incongru de cette reprise .

Parce que la dame de chez T*m-Tam, elle comptait continuer la production de soutifs lingerie. Pas de triple A chez elle, mais du A, du B, du C etc…
Donc, savoir-faire des ouvrières (au féminin car majoritairement féminines) transposable. Et machines utilisables.
D'ailleurs Alain Prost (le coureur auto aura donc découvert qu'il a un homonyme qui donne dans la petite culotte) proposait de laisser d'autres machines toutes neuves qu'on-se demande-d'ailleurs-pourquoi-les-avoir-commandées-si-c'était-pour-liquider, au nouveau repreneur.

Et voilà que le choix se porte sur la maroquinerie. De luxe. Vi de toute façon, la maroquinerie du Français moyen et de celui d'encore plus bas elle est fabriquée en Chine en même temps.


"L*uis Vuitt*n" s'est engagé à donner "un carnet de commande sur la durée", a précisé le Ministre. Oui mais la durée de quoi…

Parce que contractualiser la durée revient à sous-entendre un CDD. Et ne pas s'attarder sur le sujet revient à faire comprendre qu'on navigue à vue, sur la base que le luxe s'exporte, du fait que les riches ne l'ont jamais autant été. Jusqu'à ce qu'ils changent de crèmerie.

Et la petite phrase "ce n’est pas de la corsetterie, il faudra vous remettre en question" lancée par un représentant du nouveau repreneur donne le ton de l'ambiance à venir.

Non pas que je doute de la faculté des employées à se familiariser avec de nouvelles tâches, tout au plus on peut juste leur reprocher un peu de naïveté. Celle d'avoir cru que Lejaby Haute-Loire était indéboulonnable puisque déjà sauvé une fois "au détriment" de Firminy (Loire).

Mais là c'est un peu comme si un ouvrier qui produit à la chaîne des équipements auto depuis 30 ans, arrivait un matin devant une chaîne d'assemblage de robots de cuisine. D'ailleurs si une période de 6 mois à 1 an de formation est nécessaire, c'est sans doute pas pour rien.

Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvaise augure, je pense que ces ouvrières pour l'instant surfent sur une vague d'euphorie -merci l'adrénaline- et essaient de voir la vie en rose.

Et fatalement, je me demande ce qui a motivé ce choix par rapport à un autre. Mais je n'ai pas l'esprit suffisamment tordu pour me dire que certains auront pensé que dans 3 mois elles auront des bulletins de votes entre les mains… Dont un estampillé sous le sceau de l'UMP par son représentant L. Wauquiez.

En tout cas ces employées qui devaient déjà avoir du mal à promouvoir par elles-mêmes la lingerie qu'elles fabriquaient, vu les tarifs, soyons certains qu'elles ne deviendront pas des pub sur 2 pattes pour les sacs à main et valises en question. Sauf à acheter leur clone au marché de Vintimille.

Souhaitons leur bonne route.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu