Avertir le modérateur

29/11/2011

Entretien et c'est tout

Je ne vous avais pas encore parlé de mon dernier entretien. Vi, c'est tellement rare que j'ai un entretien que du coup je le case entre les courses et… les courses.

Du coup en fin de journée j'ai oublié que suis allée à un casting. Puisque c'est bien ce dont il s'agit à bien y réfléchir. Ne dit-on pas que le recruteur s'est déjà forgé son opinion, nous a déjà classé dans un tiroir virtuel de son cerveau entre "ne fera pas l'affaire" ou "à examiner en détail" dès qu'il nous aperçoit.

Et que en cas de classement dans le dossier "à examiner", il lui faut 5 minutes pour décider qu'on sera ou pas dans le tiercé de tête.

Alors, brève revue de cet entretien. Déjà saluons ce rendez-vous, j'étais dans les 12 pré-qualifiés face à, et je cite le responsable, "12 000 CV reçus".

Il ajoute d'ailleurs que c'est beaucoup trop et qu'il se demande (me demande ?!) à quoi bon confier le travail au Pôle s'il ne fait pas office de "filtre" comme on peut s'y attendre.

Un peu surpris le mec de cette avalanche de candidats on dirait.

Ben mon gars, faut descendre de ton petit nuage bien moelleux et confortable. Sur terre, c'est la guerre me suis-je alors dit.

A titre personnel je sais qu'il y a eu filtrage puisque télécandidature auprès de Pôle et non pas candidature directement auprès de l'entreprise. Lequel Pôle nous adressait ensuite un SMS pour communication des coordonnées de l'employeur. Mais sur quels critères Pôle a-t-il filtré c'est une autre question que l'employeur devrait poser à Pôle et pas évoquer avec le postulant. Qui au demeurant n'est pas stupide et se doute bien qu'il n'est pas le seul à avoir candidaté (cf  le "c'est la guerre" pensé plus tôt).

Lire la suite

28/11/2011

[Mini-Série Médicale] Episode 3/6

Puis entre le 9 et le 10 novembre 2010, l'état de mon frère décline subitement de façon fulgurante. Et pour cause, grande perte de poids très rapide, perte musculaire concomitante, et surtout, je le sens déshydraté. Rappelons qu'il vomit toujours tout. Pire, pour une cuillerée d'eau péniblement ingurgitée, son organisme en rend des quantités effrayantes. Et qu'il ne mange toujours pas. Rien. On a tout essayé depuis les oursons de Lu aux fraises Tagada en passant par des barres protéinées.

Je précise au passage que tout comme moi et une grande partie de ma famille, mon frère avait "des problèmes de poids". Si bien que quand il a commencé à perdre, je soupçonne les médecins, tous, d'avoir laissé faire sciemment le processus de perte se disant que c'était ça de "gagné" (ou de perdu).

Le 10 novembre 2010, Frangin est donc très faible. Semi-conscient. J'appelle le généraliste qui confirme la déshydratation. Mais à voir la tête -des mauvais jours- du toubib, je sens que la situation est grave et nous échappe. Pire lui échappe. Soyons clairs, mon frangin meurt à petit feu dans la quasi indifférence généralisée de la médecine.

Hospitalisé en urgence, aux urgences, l'après midi du 10 novembre, nous allons attendre plus de 5 heures avant d'avoir des nouvelles, que nous devrons quémander sinon on attendrait encore ! Tout comme attendent des dizaines de personnes, certaines depuis 24 h !

Il est 20 h quand nous nous décidons à faire une chose terrible ; nous avons commencé à "préparer" ses potes et la famille…

Lorsque l'agent d'accueil revient, j'envoie donc maman dans le box à la rencontre d'un urgentiste puisque les "accompagnements" sont limités à une seule personne. Environ 1 h plus tard, une aide soignante vient me chercher pour me conduire auprès de mon frère. Je dis à la jeune fille qu'il y a déjà ma mère. Elle me répond qu'on lui a demandé de venir me chercher. Là je me dis que c'est fini… Que un an et deux mois jours pour jours après le décès de mon papa, on revit le cauchemar.

Je suis fébrilement la personne et me retrouve dans un box avec ma mère en pleurs, un urgentiste qui semble réellement faire preuve d'intérêt et d'empathie, ainsi qu'un infirmier que je ne reconnais pas sur le coup, mais qui s'avère être un pote de Frangin. La fatigue d'infirmier urgentiste n'aide en rien : il a l'air aussi déconfit que les autres.

Lire la suite

08:39 Publié dans Mini-Séries | Lien permanent | |  Facebook

27/11/2011

En couleur et en Musique

Allez zou, note dominicale.

Avec les Inconnus et Auteuil, Neuilly, Passy. Je croyais l'avoir déjà proposé, mais nan. Ou alors en lien dans un commentaire.

 

 

Et, comme j'aime bien la mélodie, une reprise très récente, Moonlight Shadow, par Nolwenn Leroy.

Edit, j'avais rédigé le billet il y a quelques jours et je présente finalement la version "Champs Elysées" diffusée ce samedi. 

 

Pour les nostalgiques, la version interprétée par Maggie Reilly. J'ai du googeliser car curieusement, dans ce cas, le public n'a, je crois, retenu que le nom du compositeur. Mike Oldfield, est-ce besoin de le préciser. L'album s'appelait "Crises" d'ailleurs. :)

 

Pour la couleur, un tableau de Gustave Klimt, dans la serie "Farmer Garden". Quelques fleurs en attendant le retour du printemps.

G. Klimt, farmer garden.JPG

Bonne semaine !

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu