Avertir le modérateur

29/11/2011

Entretien et c'est tout

Je ne vous avais pas encore parlé de mon dernier entretien. Vi, c'est tellement rare que j'ai un entretien que du coup je le case entre les courses et… les courses.

Du coup en fin de journée j'ai oublié que suis allée à un casting. Puisque c'est bien ce dont il s'agit à bien y réfléchir. Ne dit-on pas que le recruteur s'est déjà forgé son opinion, nous a déjà classé dans un tiroir virtuel de son cerveau entre "ne fera pas l'affaire" ou "à examiner en détail" dès qu'il nous aperçoit.

Et que en cas de classement dans le dossier "à examiner", il lui faut 5 minutes pour décider qu'on sera ou pas dans le tiercé de tête.

Alors, brève revue de cet entretien. Déjà saluons ce rendez-vous, j'étais dans les 12 pré-qualifiés face à, et je cite le responsable, "12 000 CV reçus".

Il ajoute d'ailleurs que c'est beaucoup trop et qu'il se demande (me demande ?!) à quoi bon confier le travail au Pôle s'il ne fait pas office de "filtre" comme on peut s'y attendre.

Un peu surpris le mec de cette avalanche de candidats on dirait.

Ben mon gars, faut descendre de ton petit nuage bien moelleux et confortable. Sur terre, c'est la guerre me suis-je alors dit.

A titre personnel je sais qu'il y a eu filtrage puisque télécandidature auprès de Pôle et non pas candidature directement auprès de l'entreprise. Lequel Pôle nous adressait ensuite un SMS pour communication des coordonnées de l'employeur. Mais sur quels critères Pôle a-t-il filtré c'est une autre question que l'employeur devrait poser à Pôle et pas évoquer avec le postulant. Qui au demeurant n'est pas stupide et se doute bien qu'il n'est pas le seul à avoir candidaté (cf  le "c'est la guerre" pensé plus tôt).


Bref, le mec qui semble diriger la boite, qui se développe je le souligne tant c'est aussi rare que la truffe blanche, attaque fort en précisant qu'il ne consacre que très peu de temps à ce pré-entretien. Un autre suivra pour les heureux nominés au tour suivant.

Et qu'il ne posera que 4 questions, manifestement les mêmes pour tous, peut-être juste formulées différemment.

Question #1 : Qu'avez-vous fait avant de venir (à l'entretien) ?

=> J'étais à la Poste mon brave (ce qui a bien failli me mettre grave en retard, merci la Poste qui monopolise deux guichets pour la banque et zéro pour le courrier du coup)

Question #2 : Parmi toutes vos expériences professionnelles (il agite mon CV), laquelle vous a le plus marqué ?

=> Là j'ai répondu (enseignante en l'occurence) en expliquant le pourquoi, bien qu'il n'ait pas précisé que je doive motiver ma réponse

Question #3 : Que pensez-vous de la situation de l'emploi en France ?

=> Me suis retenue de ne pas rire -jaune- surtout après sa réflexion sur le nombre de CV reçus, vu que bon, sauf à être hypocrite, je n'allais pas dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes avec 1 000 demandeurs d'emploi de plus chaque jour (et une hausse du chômage de plus de 36 % depuis 2008... )

Question #4 : Comment-vous projetez-vous dans l'avenir ?

=> Ca fait belle lurette que je ne me projette pas plus loin qu'à la fin de ma journée cher ami (et c'est déjà beaucoup d'arriver à la terminer sans un imprévu qui me couterait le double de mon mois de revenu)

Question #5 : Vous êtes arrivée jusqu'à nous, avez rencontré des employés, eu un aperçu de nos locaux, qu'en pensez-vous ?

=> En fait en 3 min, j'ai juste vu l'assistante qui fait l'accueil et aperçu du coin de l'œil -merci la vision périphérique- un bureau en open-space et avec personne à son poste. Donc j'en pense pas grand chose... in fine

Dix minutes plus tard montre en main j'étais dehors.

Et oui, vous avez bien noté que en fait, pas 4 mais 5 questions. On va dire que #3 et 4 ne font qu'une où qu'il s'adapte au contexte. Le contexte du moment étant moi. Variable d'ajustement comme on dit.

Mes impressions : entretien un peu plus atypique que les classiques "présentez-vous" et "quels sont vos défauts/qualités" (euh, tu penses bien que mes défauts je vais les garder un peu pour moi lol) ou encore "pourquoi avoir postulé chez nous" (ben faut dire qu'on a tellement le choix des offres en ce moment…)

Trois jours plus tard un mail m'informait que personne n'ayant voté pour moi je ne reviens pas en deuxième semaine.

Même pas étonnée.

J'ajoute que depuis environ 12 ou 18 mois, je ne tiens plus ma famille (mon frangin et ma mère) au courant des entretiens auxquels je suis conviée ce qui m'évite bien d'avoir ensuite à leur dire que je me suis pris un râteau de plus. Et leur évite d'avoir à se demander s'ils doivent me poser ou pas THE question qui tue.

Et surtout leur évite bien de commencer à tirer des plans sur la comette mon avenir qu'ils verraient plus lumineux (une bougie étant plus lumineuse que pas d'électricité du tout...)

Parce que même s'ils ont les pieds bien sur terre, ne voulant que mon bonheur, il est évident qu'ils se montaient le bourrichon tout seuls, même inconsciemment sur une future carrière de jeune-séduisante-élégante-quadra célibatante-surbookée. ;)

Pas moi donc.

Pour compléter ma prose, à lire sur Rue 89 "un entretien peut stresser le candidat, pas l'humilier".

A lire aussi dans le Monde, un des effet évidemment pervers de la rupture conventionnelle, quand elle est utilisée pour masquer le licenciement.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu