Avertir le modérateur

01/07/2011

Entretiens et suites

Je viens de réaliser un truc. Enfin non pas que j'ai découvert l'eau tiède ou la pierre philosophale, mais plutôt une -autre- réalité quant à la recherche d'emploi.

Alors évidemment, loin de moi l'idée de faire de mon cas une généralité.

Mais disons si j'analyse, j'étudie, les 12, voire 18 derniers mois qui se sont écoulés, j'ai postulé un certain nombre de fois à des offres d'emploi, ou par candidature spontanée.

Je postule par mail, par courrier postal, par télécandidature via Pôle-Emploi ou encore en déposant CV + éventuellement lettre de motivation sur les sites internet d'entreprises, de collectivités qui disposent d'un espace réservé.

Et déjà j'avais dénoncé le fait que les réponses aux candidatures sont rares, trop rares. L'exception est en passe de devenir la règle...

Il m'arrive aussi de décrocher un entretien. Peu souvent, là aussi, trop rarement. Mais un autre phénomène commence à se dessiner. Pour 100 % des entretiens, j'ai toujours dû moi-même relancer le potentiel employeur, le recruteur, pour en connaître l'issue, le résultat.

J'en ai déjà parlé il y a quelques mois. Mais bon, 100 % des cas...

Mesdames et Messieurs les employeurs, les responsables de ressources humaines, du privé ou institutionnels, ne pourriez-vous donc faire un petit effort pour nous adresser à nous les candidats, un petit courrier nous expliquant à quel point vous êtes navrés, confus, au bord de la dépression, ou même sous anxiolitiques tant vous regrettez de ne pas nous avoir choisis pour le poste. Un courrier postal, ou même un mail. On ne demande pas une boite de chocolat et/ ou des fleurs et/ou un coffret pour un soin de chouchoutage histoire de faire passer la pilule plus facilement pour accompagner la missive. Encore que, ça pourrait relancer l'économie ; idée à travailler.


Un coup de téléphone motivant vos décisions -souveraines- serait un plus, mais je pense pure utopie de fonder quelques espérances sur ce point.

En effet on grogne contre ces foutus courriers souvent très maladroits. Déjà reçu "j'ai l'honneur de vous informer que malgré tout l'intérêt blabla...". *Tu parles d'un honneur*.

On grogne, mais on sait que c'est le jeu même si parfois les dés sont pipés, ce qui est le jeu aussi.

On grogne, mais ces réponses nous sont un peu indispensables pour nous justifier auprès de Pôle. Encore que de ce côté là, je suis -touchons du bois comme on dit- assez tranquille, Pôle se contentant manifestement de mes paroles pour justifier mes actes. Faut dire aussi que je débarque aux RV avec un classeur à levier, au bord de l'asphyxie (le classeur, pas moi).

Mais surtout, on grogne, nous n'avons même pas en retour de nos démarches, un ridicule petit mot laconique.

Nous savons bien après quelques jours, surtout quand lors de l'entretien, les recruteurs parlent de date buttoir, de calendrier, que s'en est terminé et que le jeu se continue sans nous. D'ailleurs, quand il y a un calendrier pré-établit, c'est pire. On attend presque fébrilement les résultats comme ceux d'un concours ou d'un examen (amis lecteurs qui attendez des résultats, recevez toute mon estime).

C'est déjà bien assez difficile à vivre, même au bout du centième recalage sans que l'on doive en plus subir l'humiliation (le terme peut sembler fort, et pourtant...) de devoir téléphoner pour être informés des avancées.

Faut pas croire, on n'est pas plus blindé de vivre cette situation comme un éternel recommencement, qu'un policier ou un pompier le sera face à son énième mort sur la route. Le fait de s'habituer aux choses ne les rend pas plus faciles à vivre, ça permet juste de les vivre différemment.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu