Avertir le modérateur

04/03/2011

Vivre pour travailler ou travailler pour vivre ?

J'avais prévu une note sur la notion de CDD, dans sa forme, son concept. Et des commentaires, notamment de Philippe "de toute façon 3 semaines de contrat cela frôle le ridicule..." sur cette note m'en ont fait anticiper la finalisation et publication. Comment ça je suis une fille soumise ?!!! ;) Je suis à la disposition l'écoute des lecteurs, na !

Donc en effet, on a en France cette notion de CDD/CDI.

Je ne fais pas une obsession du CDI à tout prix, quelles qu'en soient les conditions, l'enjeu etc... Mais la société est ainsi faite, que sans au moins un CDI dans un foyer, il est difficile voire impossible de faire des projets, et encore plus de les voir aboutir. L'exemple le plus classique et courant étant l'investissement immobilier. Et comme en plus je suis un foyer à moi toute seule...

*Note à moi-même : chercher un mec friqué plutôt qu'un boulot*

Et d'ailleurs actuellement, comptons pas nous en sortir avec un simple CDI au SMIC. Pure utopie. Au mieux on, survit avec le SMIC. Et j'en profite d'ailleurs pour une piqûre de rappel : le -M- signifie minimum, et pas maximum, donc à vot' bon coeur comme on dit !

Bref, ce Saint-Graal là n'est pas à la portée de tout le monde.

Donc le monde en question se contente de vivoter ou survivre de CDD qui eux peuvent prendre plusieurs formes. De l'intérim ou les salaires sont parfois plus élevés mais les situations toujours instables, aux CDD précaires à temps souvent partiels (CUI-CAE) en passant par le CDD classique, toute une diversité qui pour le coup est loin de faire notre richesse. Puisque plutôt une preuve que notre pays est loin de maîtriser son volet "emploi".

Alors il y a les CDD pour accroissement temporaire d'activité. Ceux pour des absences imprévues (maladie), ou prévues (maternité, congé formation), ou encore pour des opérations ponctuelles (souvent dans le commerce).

Et puis il y a les départs à la retraite qu'on ne veut pas remplacer. Puis au final, le report de la charge de travail sur les collègues n'est plus efficient, et faut se rendre à l'évidence et remplacer, souvent sous la pression syndicale. Mais le plus tard possible, quand tout le monde sera à bout, et temporaire bien sûr cette mesure. C'est le leitmotiv.

Donc à y regarder de bien près, c'est aussi une chance un tel "encadrement législatif". Même si depuis quelques temps, le Gouvernement s'emploie lui très fortement à prendre ses aises avec le droit du travail ce qui génère des retours en arrière peu avenants.

Lorsque l'on est demandeur d'emploi, dans une situation économique et sociale ou le monde du travail est devenu un giga complexe de souffrances (je généralise pas hein, mais je constate que rares quand même sont les endroits ou tout le personnel est épanoui version Bisounours), et que l'on sait que la société, le marché de l'emploi ne se donnent pas les moyens de pouvoir proposer de CDI à tous les individus, on se fait une raison.

Et le CDD est pour nous un moyen de subsistance comme un autre. Un CDD de 3 semaines peut sembler court, ridicule et pathétique. Mais de l'expérience des mes CDD justement, je me dis que heureusement que certaines durées sont courtes, moins de 3 mois je vais dire. Parce que autant il y a des emplois, des environnements de travail sur lesquels on se verrait bien faire une longue route. Autant il est est d'autres pour lesquels il est temps que ça se termine.

Parce que au moins, avec un CDD court, si on tombe sur un job finalement peu en adéquation avec nos attentes, notre profil, ou sur des collègues infectes, une hiérarchie qui l'est tout autant, on peut se casser y mettre un terme rapidement à échéance du CDD avant son éventuel renouvellement.

Parce que si on signe un CDD de 6 mois, par exemple, ben on ne peut pas s'en aller. Sauf cas exceptionnels.

Ou alors on démissionne ce qui signifie donc perdre de potentiels droits.

Donc pour répondre en parallèle au commentaire de Béatrice, libre à chacun d'accepter n'importe quel emploi au motif que les employeurs utilisent la crise ou le taux de chômage comme moyen de pression, de chantage, ou arme de répression massive.

Parce que oui, j'estime que le contexte médiocre de la situation actuelle de l'emploi n'est pas pour autant le signe que nous devons tout accepter.

Et tant que la situation sera ce qu'elle est, je préfère 100 fois des CDD d'un mois à des contrats plus longs, mais qui risquent de devenir étouffants.

La question étant de savoir si on a encore le choix entre "vivre pour travailler" et "travailler pour vivre"...

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu