Avertir le modérateur

25/01/2011

Méthode de sélection

En terme de recherche d'emploi, tout le monde je pense connaît les classiques.

Offre ou candidature spontanée. Lettre de motivation (parfois requise manuscrite) + CV.

Transmission par voie postale, fax, mail, pigeon voyageur même si vous voulez. ;)

Variante plus moderne, on peut aussi renseigner directement un formulaire de télécandidature et là, gaffe aux méchants mots-clé. Grande certitude que si le recruteur a délégué auprès d'une boite de recrutement, un programme de détection de mots-clé soit mis en place histoire de vérifier la concordance de votre CV avec ses attentes. Vous pouvez aussi parfois vous attendre à tomber sur un illuminé féru de la graphologie, de la numérologie ou encore de l'astrologie. Et malheur à nous si il cumule les trois passions.

Bref, l'affaire n'est plus entre nos mains ou claviers. Mais dans tous les cas, la finalité est la même. On attend fébrilement, pas très patiemment et parfois anxieusement le coup de téléphone nous proposant un RV pour entretien.

Puis, rarement, le coup de fil s'il arrive). Il se pointera d'ailleurs à coup presque sûr au moment le moins confortable pour vous (malicieuse loi de Murphy).

Au choix  :

  • quand justement votre tartine de pâte chocolatée vient de s'échouer sur votre chemiser en satin crème,
  • quand vous êtes au pipi-room,
  • quand vous venez de vous réveiller avec une crise de sinusite à vouloir immigrer dans un pays du nord ou il fait nuit le jour,
  • quand vous avez zéro stylo sous la main en état de fonctionner alors que 10 minutes avant tout allait bien,
  • quand votre boss pas au courant de vos envies de voir de l'herbe plus verte ailleurs vient d'entrer dans votre bureau

Liste non exhaustive évidemment...


Sauf que là aussi, se développent des variantes. Ben voui, quand y'a pas de boulot pour tout le monde, toute petite est la galette et une seule fève qu'elle contient, et qu'on peut pas convoquer tous les candidats, faut bien ruser pour éjecter certains profils sans que le malheureux puisse envisager de se retourner en demande d'explications.

Plus originales et nouvelles tendances seront les phases de recrutement et plus on aura des difficultés à se renseigner, sur le pourquoi de notre éjection, et donc moins on sera tenté de le faire. Nœuds au cerveau nous aurons gagné.

Alors on peut être convoqués en entretien collectif, plutôt type réunion informative avec présentation de la boite, et de nous même. Conjointement ou non à des tests bureautique, psy etc... Du vécu.

On peut aussi avoir un pré-entretien par téléphone, lequel peut ensuite déboucher ou pas sur un entretien individualisé ou collectif, bis repetita de la phrase au dessus. Et vécu aussi.

Et puis, voilà qu'apparaît une autre possibilité dont je viens d'avoir connaissance au gré de quelques recherches sur le net. Heureusement que plus rien ou presque ne m'étonne.

Alors, plantage du décors. On vous téléphone, non pas pour fixer un RV mais pour un dialogue, un échange. Bref, ça ressemble à une pré-sélection par entretien donc. Comme cité plus haut. Rien d'insurmontable.

Mais comme la célèbre boisson, ça a la couleur et le goût, mais ça n'en est pas.

Oui parce qu'il y'a un sauf que...

Sauf que à l'issue de la discussion, l'interlocuteur vous demande de lui adresser (quasiment pour avant-hier), un mail récapitulant l'échange que vous venez d'avoir (là c'est le smiley "shoking" qui devrait ponctuer cette phrase).

Alors, je sais pas pour vous, mais cette énième "forme" de "pré-sélection-pré-entretien" me laisse, tout comme celle qui en a fait les frais, un chouia dubitative.

J'hésite. Est-ce qu'il y a vraiment quelque chose à faire ressortir d'une telle démarche ? Les recruteurs sont-ils si souvent déçus, soit des dossiers, soit in fine de leur choix qu'ils en deviennent de plus en plus parano exigeants. Bon, je comprends que le travail n'est pas aisé. De nombreux enjeux, la rentabilité, les profits. Nous savons qu'ils cherchent le mouton à 6 pattes. Et que cette denrée est rare. Mais quand même...

Lettre de motivation, CV, expérience, diplômes, références, entretiens, tests pratiques, tests psy, concours, évaluation en milieu de travail, stages, périodes d'essai... ne suffisent donc plus à un employeur, à un recruteur pour se faire une idée de la validité, de la qualité d'une candidature qu'il faut ajouter une étape de plus au parcours du combattant.

Etape qui n'est pas loin de ressembler pour nous à une humiliation supplémentaire.

Bref, qu'ils tirent au sort le CV de l'heureux élu ; on se posera pas plus de questions de toute façon. Mais qu'est ce qu'on va gagner comme temps, et les entreprises comme argent, vu que pour elles "time is money".

PS : Si parmi mes nombreux lecteurs se trouvent des employeurs/recruteurs potentiels qui n'avaient pas encore eu connaissance de cette étape supplémentaire, loin de moi l'idée de vous souffler des idées farfelues, alors fermez les yeux et faites comme si cette note était un mirage. Hop, abracadabra, disparu le billet (ben quoi, j'ai jamais prétendu être une combinaison de Ma sorcière bien aimée, et David Copperfield).

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu