Avertir le modérateur

15/10/2010

Rébellion et cie

Voilà, je suis officiellement une rebelle.

J'ai bravé l'interdit pour me rendre à cet entretien (une brève note suivra).

Non seulement j'ai osé quitter mon département (pour aller dans un plus chaud, et ensoleillé tant qu'à faire, comme quoi, quelques kilomètres ça change un climat), première infraction, mais en plus, je me suis absentée en partie sur la période d'assignation à résidence, 2ème infraction (qu'on quitte sa patrie départementale ou pas, c'est une infraction de toute façon). Et pour finir, je j'avoue ici-même.

Et le comble, tout ça venant d'une ex-agent de la CPAM, qui va postuler à la Justice. Tout se perd !!

Bref, je ne vais pas non plus être trop critique face au système, car d'une part, avoir une indemnisation qui se substitue à un salaire, c'est un avantage indéniable, à préserver est-ce utile de le préciser. Et de plus, indépendamment de ces limites territoriales, les horaires de sortie depuis la dernière réforme, sont tout de même assez avantageux.

Même si, il ne faut pas se le cacher, cette souplesse horaire (pour rappel, obligation de se trouver à son domicile de 9 à 11 h et de 14 à 16 h), n'est pas faite pour "arranger" l'assuré mais à mon avis, mais plutôt pour palier au manque de personnels, notamment contrôleurs. Moins est longue notre assignation à résidence, et moins les contrôles sont nécessaires et de fait, les contrôleurs. Et au pire, des employeurs délèguent cette agréable mission au privé.

Le reste de la note concerne la rébellion aussi, mais pas la mienne (quoi que...).


Donc pour la petite histoire, j'ai débarqué dans la ville ou je devais passer l'entretien, vers 12 h 15, 12 h 30. La radio annonçait que la police venait d'évacuer des manifestants lycéens à proximité de l'endroit ou je me trouvais. Et expliquait que des casseurs se sont mêlés aux lycéens, s'en prennent à des passants, et commencent à tenter d'incendier du mobilier urbain et des voitures.

Sauf que les manifestants en question se sont déplacés de quelques mètres et je suis arrivée pile au moment ou ils tentaient de bloquer un carrefour stratégique. Celui que je devais emprunter, sinon c'est moins drôle.

Alors face à moi, police, CRS, manifestants, usagers et riverains, et casseurs, très courageux  et très facilement reconnaissables par leur capuche, écharpes, casquettes. Des trucs bizarres aussi appelés pierres, cailloux, volent d'un côté et de l'autre de la chaussée, visant clairement les forces de l'ordre. Mais les manifestants semblent un peu désordonnés ou déroutés par cette intrusion d'abrutis.

J'avais tenté de faire quelques photos, mais trop de plaques d'immatriculation et de visages à floutter, ou trop pas belles moches, donc je renonce à les publier.

Mais je laisse un indice sur la ville ou je me suis rendue. Les habitués reconnaîtront.

Dans cette ville, il y a une équipe de foot un peu fatiguée (pas taper, hein lol) un immense centre commercial et une très haute tour en forme de crayon. Traversée par Rhône et Saône, on peut y croiser cette sculpture au détour d'un pont.

 

Photo0296.jpg

Il s'agit d'un bouquet géant, œuvre intitulée "Flower Tree", et que l'on doit à un artiste-sculpteur Coréen, Jeong Hwa Choi.

Qualité photo nullissime car prise de loin en zoomant et depuis téléphone en surveillant la police d'un côté et les manifestants de l'autre. Mais au moins une telle justification de médiocrité ça ne s'invente pas !

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu