Avertir le modérateur

05/10/2010

Libre administration... et libre interprétation

Pourquoi je m'accroche autant à cette FPT, je dois être maso moi, c'est pas possible.

Bon, je rassure tous mes lecteurs, je cherche bien évidemment du boulot ailleurs, partout. Nonobstant cette interruption indépendante de ma volonté. Et bien payé, voiture, ordinateur et téléphone de fonction, et même appart. Chèques déjeuner, et une bonne mutuelle (une excellente même, cf note sur les lunettes).

Et 32 h par semaine, payées 35 (elles même payées 39, donc tout va bien !).

Trêve de plaisanterie, chercher du taf, c'est bien, mais quand on en trouve pas, on occupe une partie de ses journées comme on peut. Alors passer des concours c'est pas mal non plus. Parce que ça rassure M. Pôle, et ça fait bosser les neurones (on ne se marre pas, si-si, il m'en reste, j'ai vérifié).

Donc en maso patentée que je suis, me suis inscrite au concours d'attaché territorial, dans plusieurs centre de gestion (CDG pour après dans le texte), rusée que je suis, histoire de prendre le temps de décider où je vais concourir (fonction du nombre de postes, du nombre d'inscrits quand on peut le connaître avant etc...). Pour un concours qui va se dérouler courant novembre, on dépose nos dossiers genre en mai/juin.

Et comme j'ai un peu d'expérience professionnelle dans le privé (contrat de droit privé), je m'inscris donc en 3ème voie quand possibilité est offerte (les deux autres voies étant externe et interne, se sont pas foulés sur le nom de la 3ème mais il a au moins le mérite d'être clair). Ca permet en quelque sorte de compenser l'absence du niveau requis (BAC +3 pour ce concours là), par l'expérience professionnelle, du moment qu'elle s'apparente à la finalité des postes auxquels on peut prétendre si on est lauréat. Et quand on a le niveau requis, ça peut nous permettre de bénéficier d'un ratio nombre postes/nombre inscrits, plus favorable. Et le tout à l'appréciation des agents qui vont analyser minutieusement nos dossiers et décider du sort de notre demande : accepté/rejetée.


Et je me déleste au passage de 6 à 12 euros de frais de traitement des dossiers, selon CDG. Point d'harmonisation des coûts, certains ne demandent rien, d'autres des timbres et enveloppes et d'autres un chèque à l'ordre du Trésor Public (bon, y'a eu des mariages forcés là aussi, la DGFiP est née, mais là n'est pas le sujet, Bercy encaisse bien nos chèques quand même).

aat.JPGPuis voilà qu'un courrier d'un CDG m'arrive. Pour m'informer que ma demande pour me présenter au concours en 3ème voie n'est pas recevable au motif que mon expérience professionnelle et mes fonctions sur le(s) poste(s) s'apparentent plus à une validation pour passer des concours de catégorie B, comme rédacteur, déjà obtenu et perdu, merci. (Image fictive)

Bon, je savais en effet qu'il était possible de voir la demande rejetée. En effet, principe de libre administration des collectivités, souveraineté des décisions, et donc de libre interprétation des textes.

Sauf que... Tellement libre que par le passé, j'ai déjà pu le passer ce concours, et en 3ème voie. Et, j'avais eu des notes pas dégueu en plus. Mon dossier avait toujours été validé par les autorités, à l'époque le CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale). Puis le législateur a légiféré et voilà que le concours est à présent du ressort des CDG.

Et même, j'ai aussi pu m'inscrire sans difficulté par cette même voie, au concours des Instituts Régionaux d'Administration (IRA, pas celui de l'Irlande hein mais celui dépendant de Matignon, toute ressemblance ou similitude quant à la finalité de l'un ou des autres serait fortuite et involontaire lol). Service du Premier Ministre que c'est écrit sur les façades. Et là aussi, pour une première participation, j'ai réalisé une belle prestation écrite et orale. Puisque oui, j'ai même été à l'oral.

Alors ? Suis suffisamment compétente pour une partie du pays, mais pas pour l'autre. En tout cas pas pour la couronne parisienne, puisque c'est ce CDG qui a rejeté ma demande (les autres à ce jour n'ont pas fait connaître leur décision - du coup suis partagée entre crainte et optimisme).

Alors j'ai tenté de joindre par téléphone, la personne "en charge de mon dossier". Elle était absente. Je lui ai donc adressé un mail pour une demande d'explications.

A suivre... car pas de réponse à ce jour (10 jours quand même depuis envoi du mail).

Mais au moins je n'ai plus à me poser la question du CDG où je vais me présenter, si je me présente. Il n'y en a plus que 2 en course. Oui, parce que même si ce CDG changeait d'avis dans sa décision (zéro probabilité et même en dessous de zéro) je me vois mal, dans l'hypothèse ou je peux accéder à l'oral, aller plaider ma cause devant un jury qui me considère pas apte à exercer ces fonctions là. Condamnée avant d'avoir été jugée.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu