Avertir le modérateur

01/07/2010

Bilan des 3 mois

Voici donc 3 mois que je suis à nouveau demandeur d'emploi, au chômage. Je précise "au chômage", car j'ai toujours été demandeur d'emploi, depuis que je suis en âge de bosser, mais pas toujours inscrite en tant que tel.

Bref, tout ça pour dire que se retrouver au chômage en pleine crise, c'est déjà pas simple, mais alors en plus, la période estivale est là, et les offres... pas.

Donc, pour petit recensement, j'ai postulé sur une vingtaine d'offres en 3 mois, c'est pas énorme. Et j'ai postulé en candidature spontanée dans quelques structures. J'ai aussi fait de la relance.

Un seul entretien a résulté de ces démarches, et j'ai donc été intégrée une fois de plus sur une liste de personnes potentiellement recrutables.

Dans tous les autres cas, même après relance mail, je n'ai jamais eu ne fut-ce qu'un accusé de réception de mes candidatures (alors même que l'on postule sur des offres dont les recruteurs ont choisi de passer par le Pôle pour la diffusion).


Un des gros soucis est aussi que peu d'offres correspondent à mes qualifications, très basiques et généralistes.

Le plus souvent, les employeurs cherchent le mouton à 6 pattes, et de préférence qui voudrait bosser à l'œil...

Je blague, mais si peu en fait. Les profils d'assistante de direction aujourd'hui, requièrent outre les bases, des connaissances en droit, en ressources humaines, mais aussi en langues... Et idéalement BAC+3, voire 4.

De plus, il y a recrudescence d'offres d'emploi en Contrat Unique d'Insertion - Contrat d'Accompagnement dans l'Emploi  (CUI-CAE). De l'extrême précarité donc, car non seulement CDD mais en plus à temps partiel (20, 26 h, rarement 35).

Enormément de postes dans le secteur administratif, dans mon domaine donc. Et à chaque CUI-CAE recruté, c'est une place en moins ouverte aux concours. Ou une place en moins pour un lauréat.

Sans parler des associations qui peuvent aussi prétendre à des enveloppes budgétaires pour se type de contrat, et ne se privent pas. D'ailleurs, près de chez moi, une asso recherche en CUI-CAE, rien de moins qu'un juriste BAC+4, payé au SMIC, sur un ¾ temps.

Le recrutement sous ce type de contrat étant très encadré, je vais pourvoir y prétendre d'ici moins de 2 mois, alors que mon indemnisation Assedic sera arrivée à son terme, au profit de l'ASS.

La question étant de savoir combien de temps je vais pouvoir supporter cette extrême précarité ? Ces CDD à répétition ? Cette absence de toute perspective de projet personnel ? Un système qui est nerveusement usant, ou chacun a l'impression de perdre son temps, son énergie, à devoir apprendre toujours plus, et pour rien ou presque, puisque le plus souvent, ce que j'ai acquis dans un domaine ne me servira jamais plus.

Et surtout, vais-je pouvoir admettre de bosser sous ce type de contrat alors même que les administrations n'ont pas voulu de mon profil lorsque j'étais lauréate ?

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu