Avertir le modérateur

24/05/2010

Culpabilisation

Le Gouvernement tente de nous faire croire que nous, les citoyens français, sommes les seuls et uniques responsables de l'endettement du pays.

Alors je vais pas lister les nombreux points et nombreuses erreurs commises par nos élus (droite ou gauche) ces dernières années.

Mais juste comme ça pour rire (!). Déjà, nous sommes imposés sur le net imposable, qui lui-même ne représente pas le net perçu, mais une somme majorée de taxes (CGS, CRDS), cotisations que nous avons déjà pourtant payées, puisque faisant partie des cotisations salariales.

On paie donc non seulement un impôt sur un impôt, mais en plus un impôts sur une somme que l'on a même pas perçue. Et aussi étrange que ça puisse paraître, le conseil constitutionnel n'y trouve rien à redire. Ce qui engendre une baisse de pouvoir d'achat et impact sur l'économie.

Ca c'était pour une petite piqûre de rappel vu que ça doit exister depuis pas loin de 15 ou 20 ans, mais chaque année à cette époque, de nouveaux venus sur le marché du travail découvrent, avec les joies de la déclaration de revenus, ce curieux business qui profite à Bercy (d'ailleurs, le prélèvement à la source promis pendant les élections, il est en où ?).

On nous dérembourse des tonnes de médoc qui après 20 ans de bons et loyaux services finalement s'avèrent être inefficaces (super doivent se dire ceux qui se soignent avec).

On nous colle un jour de solidarité aux personnes âgées tout ça parce que personne au Gouvernement n'avait pris la mesure de l'ampleur de la catastrophe de la canicule 2003, alors que des médecins, pompiers etc... tiraient la sonnette d'alarme depuis plusieurs semaines (perso quand on ouvre son quotidien et qu'on voit que pendant plus d'un mois, la page des décès en occupe 2 de pages au lieu d'1/2, j'y vois quand même le commencement d'un -mauvais- signe mais bon...)


Bref, maintenant on décide donc pour nous, que ET la durée de cotisation, ET l'âge de départ à la retraite vont être modifiés., par allongement évidemment. On nous parle à présent de 43 ans de cotisations.

Donc, pour tous ceux, nombreux comme moi, qui n'ont commencé à bosser qu'à 25 ans. Déjà, on ne peut pas partir à 60 ans, vu qu'il manque des années. Si en plus on doit cotiser 43 ans, on va devoir attendre 68 ou 69 ans (âge de mon papa à son décès).

Je ne vais pas revenir sur le rachat de trimestres ou années de cotisation tant, d'une part c'est complexe et d'autre part le prix est... prohibitif (disons que si vous avez la somme, le mieux c'est encore de la faire fructifier tout seul dans votre coin sur un livret d'épargne populaire, pour vos vieux jours).

Et bien sûr dans cette affaire, que deviennent les jeunes. Si je n'ai pu trouver du taf qu'à 25 ans, c'est tout simplement parce que après mon inutile BTS + 2 tout aussi inutiles années de fac, et jusqu'à mes 25 ans, je n'étais rien. Je n'avais droit à rien. Inscrite à l'ANPE mais non indemnisable, je n'étais pas prioritaire. Fraîchement diplômée du plus inutile des diplômes, je n'avais aucune expérience (sauf du taf au black, m'enfin bon, c'est pas le genre de truc qu'on peut mettre en avant sur un CV).

Puis à 25 ans, j'ai eu droit au RMI (ancêtre du RSA). Et ce RMI m'a ouvert les portes des contrats aidés (TUC, SIVP, CES ancêtres des CAE, lui-même ancêtre des tous frais CUI-CAE).

Et ce jour là, les offres de postes pleuvaient, à verse même. Si-Si, j'vous jure. D'ailleurs ça vaut quelques lignes. J'en recevais par dizaines. Payé(s) ½ smic, soit environ à l'époque dans les 2 600 Fr, je pouvais alors me payer le grand luxe de choisir mon employeur. On était supposé avoir un suivi de notre service RH. Mais à l'époque, pas d'internet + service externalisé = zéro information et donc zéro formation, le néant absolu.

Et alors que j'étais en poste, je continuais à recevoir des propositions d'autres institutions, dont certains se montraient très insistants. Et quand je demandais à quoi je pouvais prétendre comme "avantages" par rapport au poste que j'occupais, c'est tout juste si je n'avais pas tenu des propos injurieux.

J'ai quitté cet emploi au bout de 2 ans, fin de CDD et fut "remplacée" par un emploi jeune (à noter que cette mesure là fut sans doute une des moins pires). Et déjà l'ANPE souffrait d'un certain manque de communication, puisque les 1res offres qui me furent proposées à l'issu de ce CDD étaient... des offres similaires, alors qu'on ne peut pas enchaîner ce type de contrat.

Tout ça pour dire que 15 ans plus tard le problème de l'emploi des jeunes est loin d'être solutionné (foutu manque d'expérience), sdauf justement par les mêmes type de "contrats aidés" qui aident l'employeur beaucoup plus que l'employé, et que certains bien-pensants (qui ont fait de très grandes études, aussi loin même qu'on puisse aller dans leur spécialité), nous affirment mordicus que faire travailler plus longtemps (à la fois sur la durée hebdomadaire et au long de la vie), c'est bon pour l'emploi, c'est bon pour l'économie.

Ben si c'est si merveilleux que ça, pourquoi des pays comme l'Allemagne ou l'Espagne repoussent à nouveau les limites déjà repoussées une première fois ?!!!

Et puis si le Gouvernement commençait par s'acquitter auprès de la sécu de ses propres dettes, on y verrait  si  ce n'estun semblant d'éclaircie, au moins un arc-en-ciel. Sans compter les milliers d'accidents du travail et maladies professionnelles annuels, non reconnus comme tels et dont la branche AT-MP et le patronat s'exonèrent donc en toute impunité (je ne sais pas si vous avez dejà essayé de faire reconnaitre une entorse faite en vous rendant au boulot, sur le chemin emprunté quotidiennement, et sans avoir dévié de votre route un iota, ben c'est d'abord des tonnes de paperasse, trouver des témoins, décrire la scène, tout juste si faut pas faire un schéma, et tout ça pour essuyer un rejet).

Modifier l'âge de départ à la retraite en plus, et d'après de nombreuses études, ne règlera que partiellement le problème (d'autant qu'il faut s'attendre à un nombre d'arrêt maladie en fin de carrière qui va aller croissant).

Une des meilleure façon de combler le déficit et de relancer en même temps l'économie, c'est quand même la création d'emplois...

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu