Avertir le modérateur

15/05/2010

Comment ne pas gagner d'emplois en créant des emplois

Voici un article paru dans le quotidien Le Progrès, et qui reflète bien les problèmes de recrutements dans les institutions. Il concerne la situation des CAF de Lyon, mais celles d'autres grandes villes ne vaut guère mieux.

Nous sommes dans un pays en pleine crise économique, pour ne pas prononcer le mot qui fâche de récession. Il y a encore quelques semaines, nos Ministres nous parlaient d'embellie, et maintenant la question se pose de savoir quand notre navire France va couler.

Reflet de la situation, puisque j'en ai moi-même parlé déjà il y a quelques mois : les organismes, institution de prestations. De plus en plus de demandes, puisque que hausse de la population, de l'espérance de vie, et des naissances et aussi car de plus en plus de situations précaires dans les foyers.

Des délais de traitement des dossiers qui s'allongent. Des contractuels recrutés, comme je le fus et formés au lance pierre en 8 jours, alors qu'il faut plus d'un an pour pourvoir mettre en avant une solide base de connaissances. Et qui fatalement commettent des bourdes (cf celles que j'ai pu commettre moi-même ou celles ayant entraîné toutes les incohérences sur mon dossier Pôle-Emploi). Bourdes que des agents "titulaires" doivent rattraper, ce qui prend parfois plus de temps que l'instruction du dossier à son stade précédent, et se fait donc au détriment de la qualité de service et au détriment de leur propre quota de dossiers (soumis que nous sommes à une obligation de rendement, dans le respect des objectifs quantitatifs et qualitatifs !)

Ou recrutés de façon pérenne mais trop tardivement en regard du passif à instruire. Donc en différé par rapport au problème. Tout le monde savait que le RSA remplaçant du RMI allait généré de la demande supplémentaire, mais personne n'a anticipé le traitement de cette demande. Et pour finir, des personnels en poste qui ont très majoritairement choisi de travailler à 39 h/hebdo, grattant ainsi plus de 15 jours supplémentaires de congés, sans compter les autres subtilités de la mécanique "temps de travail" et qui sont donc absents pas loin de 2 mois par an. Ce qui donne donc souvent moins de 50 %  d'effectifs en équivalents temps-plein deprésent en poste au quotidien.

Alors que obliger à 36 h pour tout le monde aurait créé des emplois. Bref...

Et alors que la population française augmente et que chaque naissance, chaque citoyen représente potentiellement au moins une prestation servie (allocations, soins, maladie) on applique les consignes de nos remplacement d'un départ à la retraite sur 2, ce qui annule donc à terme les effets du peu de recrutements qui ont été effectués.

Symptomatique de ma situation. Symptomatique de la situation des naufragés de l'emploi.

Mais puisque que les dirigeants, directeurs de ces caisses, Présidents des CA semblent satisfaits de la méthode et des lignes directrices.  Sans compter le Gouvernement qui persiste sur sa feuille de route en dépit de tous les indicateurs qui virent au rouge-sang, ben tout va bien.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu