Avertir le modérateur

08/04/2010

Parents démissionnaires ?

Elevée par des parents issus d'un milieu ouvrier/employé, dans une ville passée de 10 000 habitant à ses meilleures heures, a à peine 8 000 aujourd'hui, et qui compte un taux de chômage démentiel, une proportion énorme de bénéficiaires du RMI/RSA et autres prestations familiales et sociales, qui totalise sans doute pas loin de 50 % de logements sociaux (aussi stupide que d'être sous les 10 %), et qui compte à elle seule au moins 2 % des femmes burqaïsées ou niqabisées (selon les chiffres des RG calculés sur la base de photos satellite semble-t-il), qui voit le compteur des feux de voitures et autres "incivilités" (crimes serait un mot assez juste aussi) exploser chaque année, et à proximité de la grande ville qui se dépeuple tout autant, ben je me dis que j'ai de la chance.

Oui, parce que j'ai commencée ma note par "élevée". En effet, j'ai été élevée, éduquée, par ma famille d'abord et les institutions après et en parallèle. Personne chez moi ne s'est déchargé sur les autres, les prof, les services sociaux etc...

Pourquoi cette note ? Parce que hier soir, quand j'ai mis la TV (ça m'arrive pas souvent d'ailleurs en ce moment), il y avait une émission-débat "l'objet du scandale" présenté par G. Durand. En présence, Augustin Legrand, nouvellement conseiller régional et Marine Le Pen.

Et je suis plutôt cataloguée de gauche, mais là, clairement, A. Legrand n'a pas été à la hauteur.  Autant il peut l'être (ou pas), sur la question des mal-logés, autant sur des problèmes généraux comme l'emploi, les retraites, les banlieues etc, il a été en dessous. Très sincèrement, M. Le Pen (et je ne lui porte ni intérêt ni considération, mais elle ne m'indiffère pas car ce qu'elle représente me dérange) n'a pas eu à se battre beaucoup pour être crédible.

Parce que à écouter M. Legrand, et sans généraliser ni stigmatiser évidemment, ben les jeunes des banlieues ont quasiment des circonstances atténuantes à dealer et à se rebeller comme ils le font, c'est-à-dire de façon immature et violente. Et donc, vu les chiffres, à savoir plus de 8 millions de personnes (dont moi, du coup) vivant sous le seuil de pauvreté (fixé à 910 € par mois pour rappel, d'ailleurs si le seuil est fixé à cette somme et pas 80 € au dessus, c'est sans doute pour éviter à devoir se poser les vraies questions, à savoir, SMIC = seuil de pauvreté ?!), ben on devrait être légitimement autant à dealer, caillasser les pompiers et/ou la police...


Mis à part que j'ai été élevée dans une maison et pas un HLM, et que suis pas dans le 9.3,  pour le reste, mon parcours est le même.

A ceci près que je me lève le matin au plus tard à 7 h 30, y compris en période de chômage. Que je passe mes journées à rédiger des courriers, à faire des démarches, des recherches sur des entreprises, des collectivités, à réviser, parce que oui, je veux plus tard reprendre mes études, POUR MOI, et pas pour satisfaire des statistiques, que je dois faire face aux "problèmes" du quotidien (cf ma vie, sur ce blog) et que pour  m'en démerder je vais pas frapper à la porte de tous les assistants de service sociaux de mon agglo.

Que je ne suis jamais partie en vacances parce que chaque fois je me dis que 500 ou 1 000 euros pour 1 semaine de pseudo dépaysement (voui, le retour à la réalité serait rude lol), c'est 500 euros qui me feront défaut si la voiture a une panne, ou pour changer l'ordi ou tout simplement pour remplir le frigo.

Que parfois mes tendances maso ressortent, puisque je vais même bosser pour moins que me rapportent les assedic, que je passe des concours (et les perds), et malgré tout je me bats à mon échelle pour que ça n'arrive plus, ou le moins possible aux autres (cf la pétition), alors même que je n'ai rien à y gagner.

Petit exemple pour illustrer le tout. Le permis de conduire. Je l'ai passé sur le tard, vers 26 ans, peut-être plus. Parce qu'il était impossible à mes parents de m'aider (sachant que je ne suis pas fille unique), sans prendre de gros risques financiers. Et que de toute façon je ne pouvais moralement pas accepter une telle chose de leur part.

Aussi j'ai décidé de mettre de côté suffisamment pour pouvoir payer le permis, ma 1ere voiture d'occas (minute nostalgie, une 205 payée 6 000 Frcs), mon assurance, mais aussi d'avoir de l'avance pour l'essence et d'éventuels frais, ce qui représentait une somme considérable et de nombreuses heures de ménage, lavage de carreaux, baby sitting et j'en passe). Une fois la moitié ou ¾ de cette somme placée bien au chaud en banque, et ayant alors un petit boulot à mi-temps, mes parents m'ont payé les frais d'inscription comme cadeau d'anniversaire. Et j'ai pu démarrer les cours.

Alors non, je ne peux pas soutenir les propos tenus hier par M. Legrand ; j'essaie, mais je n'y arrive pas. Parce que les jeunes des cités, black-blancs-beurs, je connais. J'ai été élevée avec.

Et certains s'en sortent. Même quand il ont été élevés à 8 dans 60 m2 avec un salaire et les alloc et un des 2 parents qui ne parlait pas notre langue.

Evidemment, ils sont au SMIC ou à peine plus, et bossent parfois à 2 h de transport de chez eux, Certains sont employés en grande distribution, en usine, d'autres fonctionnaires ou infirmières, en cherchant bien j'ai même trouvé une toubib et un "artiste".  Parce qu'ils ont, parce qu'on a été élevés et éduqués. Alors que là, on fait face à des parents démissionnaires. Et des institutions qui le sont tout autant.

D'ailleurs, pour parenthèse, avec la suppression des IUFM (sous couvert d'une revalorisation du métier, c'est plutôt en réalité pour supprimer des fonctionnaires, plus que par réelle nécessité même si les IUFM méritaient une réforme), je crains le pire quant à l'éducation parallèle, celle qui justement relève des institutions. Parce que déjà que l'IUFM ne permettait qu'un aperçu global de la vie active d'un professeur, une sorte de théorie plus que de pratique, je vois mal comment leur entrée dans la vie active sera facilitée avec un cursus tel qu'il a été réformé. Un peu comme faire 8 ans de médecine et être diplômé en ayant réalisé au mieux qu'une suture et 2 diagnostics...

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu