Avertir le modérateur

30/03/2010

Horizon bouché

Petite note un peu pessimiste. Je ne sais pas si c'est dû à tout ce que je traverse et tente tant bien que mal de surmonter, ou à la crise de la quarantaine.

Y'a des jours ou la vie me donne l'impression de concentrer tous les problèmes à moi seule. Et pourtant, on ne peut pas dire que personne ne vit pire situation que moi. Y'a toujours pire...

Mais bon, j'ai appris cette semaine que deux de mes connaissances vont avoir chacun (à 35 ans) une promotion. Bien méritée en plus. Un avancement de grade pour l'un et sans doute une expatriation volontaire pour l'autre. Et celui-là, je ne le reverrais plus, et ça me fout les boules... ça me touche plus que je ne l'imaginait.

Et aussi sec ça me ramène à mon pitoyable parcours.

En temps normal, ça me mettrait un formidable coup de pied au c**, mais là, j'ai juste le sentiment que je n'avance plus. Et pire, je recule.

Parce que, soyons réalistes, même si j'en décroche un de job pérenne un jour, ça sera un éternel recommencement (et j'en ai marre de recommencer, suis curieuse, donc j'ai envie d'apprendre, certes, mais par choix, pas par obligation) avec un salaire de base, et sans perspectives d'évolution intéressante, financièrement parlant, mais aussi pour mon ego.

Ca ne sera pas autre chose que de la survie en fait, un job alimentaire, comme les autres, mais stable.

Pourquoi ? Parce que nous sommes un certain nombre à devoir nous contenter des restes. A devoir faire abstraction de nos souhaits, de nos ambitions, à devoir passer outre nos principes, si on veut s'en sortir.

Ces derniers mois, depuis le décès de mon papa, ont été très-très occupés, et là, je vais être à nouveau face à moi-même, sans perspectives. A ruminer et cogiter, à stresser sur mon avenir...

Et c'est usant, d'une part parce qu'un organisme stressé a du mal à fonctionner de façon optimale et d'autre part, parce que maintenant, vu le désastre de mon parcours, à chaque décision que je prends, je me dis que c'est pas la bonne, que je raisonne à l'envers.

Et c'est dommage, parce qu'il y a tant de choses que j'en envie de faire, comme apprendre l'anglais (suis une nullité), faire un peu de bricolage (pour ça, me faut mon appart' à moi), voyager, (pour ça faut que l'appart soit payé, et la retraite assurée),  vu que je n'ai jamais quitté (sur du long terme) ma région ni même mon département, même pas pour des vacances ; alors peut-être que ça aussi, ça a des incidences sur ma vie (mon absence de vie).

Bref, en ce moment, suis un peu comme une cocotte-minute qui attend qu'on lui retire sa soupape.

Et la lassitude se fait sentir, cruellement.

 

09:05 Publié dans Perso | Lien permanent | |  Facebook

29/03/2010

Questions existentielles

En discutant avec des collègues (de ce boulot, mais aussi d'emplois passés), à propos de mon (misérable et atypique) parcours professionnel, j'en suis arrivée à faire 2 constatations essentielles.

Tout d'abord, et bien que bossant essentiellement dans le tertiaire, et plus précisément, le "service au public", j'ai dû à chaque fois me familiariser avec le "métier", le secteur d'activités dans lequel je débarquais, les termes, les procédures, les méthodes, les partenaires et prestataires assimilés etc... Et ce sans aucune difficulté ou si peu (on est des humains, pas des machines). Même si comme je le disais, à chaque nouveau poste, ça revient un peu à apprendre une deuxième langue. Et de "technicienne de surface" à enseignante en passant par assistante administrative dans de nombreux secteurs d'activités allant du logement à la politique, je peux dire que le terme de polyvalence pour mon cas n'est pas un vain mot.

Et deuxièmement, je peux me "vanter", d'avoir obtenu le poste pour lequel je postulais, dans plus de 9 cas sur 10, si j'avais eu la chance de passer le cap des entretiens et/ou tests divers et variés. J'ai même eu à de nombreuses reprises des félicitations pour mon CV (faut dire que faire tenir mon parcours sur un recto de page, c'est complexe, limite artistique). J'ai eu aussi de très nombreux retours positifs concernant les entretiens. Mon côté pétillant, assez "brut de décoffrage" etc... semble plaire et convaincre (malheureusement cette qualité va décroissant au fur et à mesure que le temps passe, pour laisser place à de la résignation). Il m'est même arrivé d'avoir le "petit luxe" de choisir entre 2 ou 3 propositions de CDD simultanées (en plus c'est pas forcément vers la proposition au salaire le plus élevé que je me tourne, ce que certains employeurs semblent avoir du mal à admettre).

Lire la suite

28/03/2010

Dans nos assiettes

Hier, petites courses. faut bien remplir le frigo. Et pour une fois, pas sur internet les courses, nan, en vrai de vrai, dans la grande surface.

Alors bon, rayon fruits/légumes, je me dis que côté fruits je vais varier un peu. Les agrumes OK, mais les dernières oranges achetées n'étaient pas à mon goût. Pamplemousses, vi mais bon, faut varier.

Les kiwis, pas terribles (quand je repense aux kiwis que je mangeais il y a 20 ans, j'ai l'impression que c'est plus le même fruit...)

Et me voilà devant un étal de melons.

Affichés "melons charentais", autour de 2 € pièce.

 

IMGP3743 (2).JPG

Bon, je me dis l'espace d'une seconde qu'un melon charentais au mois de mars, c'est curieux, surtout que le littoral vient de subir une désastreuse tempête et que toute la France à l'impression d'être en hiver depuis 6 mois, m'enfin bon, on mange bien des tomates toute l'année, sans trop se poser de questions existentielles, qui de toute façon trouveraient assez vite réponse dans notre porte-monnaie.

Alors j'achète.

Puis ce midi, opération melon que je m'apprête à découper le temps que le reste du repas cuit.

Et là décryptage de l'étiquette. Tout est dit.

 

IMGP3743.JPG

Ou presque, parce que pour la petite histoire, en direct, après goûtage, si je ne doute pas de l'existence d'un "sud" du Maroc, en revanche, j'ai des doutes sur la présence du soleil.

Ce melon n'avait pas un goût réellement sucré, et il y avait autant à boire qu'à manger.

Enfin, je plaide coupable, je n'avais pas lu l'affichage.

 

12:38 Publié dans Ramasse-miettes | Lien permanent | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu