Avertir le modérateur

20/01/2010

Indemnisée, oui mais non

Tout d'abord il est important de signaler que mon blog n'est pas un blog "anti pôle-emploi". Je précise, parce que la note qui suit, ben c'est encore un chapitre à classer dans cette section.

Je ne le fais pas exprès, je ne suis pas parano, j'ai juste pas de bol avec eux, c'est tout.

Donc pour faire suite à ma note précédente par laquelle j'explique comment j'ai dû insister auprès de Mr Pôle pour faire valoir mes droits à indemnisation pour novembre, période zappée par leurs services, car mauvaise interprétation de mon bulletin de salaire qui regroupe novembre et décembre, et comment j'avais obtenu satisfaction, je m'aperçois que la somme qui m'a finalement été versée est assez "incohérente".

Je divise, multiplie, et je constate que je ne suis indemnisée que sur une douzaine de jours, et selon des modalités de calculs qui m'échappent.

Donc nouvel appel à Mr Pôle, joint plus rapidement cette fois. Et voilà une conseillère qui m'explique que mon indemnisation est proratisée du fait du brut perçu. Normal jusque là.

Mais le smiley "étonné" doit alors se lire sur mon visage, vu la tête de mes collègues qui, au passage, en apprennent tous les jours sur les subtilités de la recherche d'emploi et ses dommages colatéraux.

Car le Pôle a considéré le brut total de la fiche de paie, sans distinguer les salaires de novembre et décembre. Pourtant après vérification c'est assez lisible. Toute la période de novembre est mentionnée "11/09" et celle de décembre "12/09".

Donc j'ai dû faire appel à mon service RH pour qu'il m'établisse un document distinguant les 2 périodes. Avec nombre d'heures et salaires perçus.

Je voulais attendre un peu vu que mon contrat est supposé se terminer en fin de mois, ce qui aurait généré d'office un état détaillé de mes salaires, à destination du Pôle-Emploi.

Mais ma chef tente de négocier une reconduction de mon CDD. Si elle aboutit, l'établissement de cette attestation sera reporté, donc j'ai préféré prendre les devants.

La morale de cette histoire étant qu'il faut être hyper vigilant. L'erreur est humaine, certes, mais encore une fois, si je n'avais pas fait preuve d'un peu de curiosité et de jugeote, c'est quand même une somme non négligeable que je perdais.

Et d'autant plus vigilants que les divers organismes qui versent des "prestations" (CAF, CPAM, Pôle-Emploi...), fonctionnent avec des personnels contractuels, formés de façon expédive, par des personnels non formés pour former, et déjà eux même en surcharge de travail. Lesquels contractuels seront débarqués au bout de 3, 4 ou 6 mois, alors même qu'ils commençaient à devenir opérationnels et autonomes, et remplacés par d'autres.

Je le sais, j'en suis.

C'est une sorte de mouvement perpétuel. Et de système de précarité organisé et cautionné par l'Etat.

 

 

20:36 Publié dans Pôle-Emploi | Lien permanent | Tags : indemnisation, are, ass, cdd | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu