Avertir le modérateur

17/01/2010

Et un + un de moins = deux de perdus…

Comme je l'évoquais sur de précédentes notes, voici quelques années, alors que je bossais (contrat à durée limitée), dans un secteur qui me plaisait de moins en moins, j'avais donc commencé à préparer une sorte de reconversion, de toute façon nécessaire. Pas le genre de reconversion où l'on passe de cadre dans la grande distribution à éleveur de chèvres dans le Larzac évidemment, mais juste une reconversion qui devait m'apporter un rayon de soleil grâce à une stabilité professionnelle : la fonction publique, la territoriale pour être précise. Je pouvais ainsi combiner mon savoir, exploiter mon parcours, et proposer mes compétences dans un secteur que j'apprécie, le service au public.

Et je dis bien "devait m'apporter". Vu que la réalité est toute autre.

Pour intégrer la fonction publique, j'ai donc choisi la voie "légale", la seule supposée prévaloir sur toutes les autres (c'est inscrit dans la constitution) : les concours. J'ai préparé, révisé, fait des recherches, discuté sur les forums spécialisés (MT entre autres), et fait au passage de belles rencontres, et ce tout en bossant largement plus de 35 h/hebdo, puis me suis présentée.

Et j'ai passé avec succès les écrits, puis les oraux, et ce de deux concours administratifs. Et me suis donc vu attribuer le titre très pompeux de "lauréate". A deux reprises, en moins de 6 mois.


Sauf que, ces concours, c'est comme des conserves, ils ont une date de péremption. Au bout d'un an renouvelable 2 fois, soit un total de 3 ans de validité, si l'on n'a pas trouvé de poste, ils sont perdus. Dans notre jargon, on dit qu'on passe "reçu-collé".

C'est assez rare aux dires des professionnels. Tellement rare mais surtout tellement tabou, que les chiffres des statistiques sont à peine murmurés. Objectivement, on est autour des 15, voire 20 % de reçus-collés toutes filières confondues.

Et tellement rare aussi que j'ai réussi la prouesse de "perdre" mes deux concours. Un cet été, et l'autre voici quelques jours.

Perdus après des mois de recherches sur plus de 40 départements, après des centaines de candidatures spontanées ou de réponses à offres. Après des heures de recherches pour se préparer à d'éventuels entretiens, mais après très-trop peu d'entretiens finalement.

Je ne cache pas mon amertume. Je connaissais le système, les règles du jeu. Mais les connaître c'est une chose, les vivre en est une autre.

Les collectivités bénéficient du principe de libre administration, et elles en usent, pour ne pas dire, abusent parfois. Elles publient des offres par obligation, mais le plus souvent contournent les voies réglementaires de recrutement pour débaucher des agents déjà en poste.

(Une prochaine note expliquera le système plus en détail).

A ce stade là, vu ce que j'ai dû traverser ces dernières semaines, j'avoue que la perte de ces concours n'est finalement qu'un détail bien mineur. Oui mais non, parce que c'était ma vie, mon futur, et que mon papa ne m'aura jamais connu qu'avec des problèmes professionnels. Problèmes qu'il supportait et m'aidait à supporter, tout comme le reste de ma famille, impuissants et tant bien que mal.

Dans 2 mois, il y a des élections. Et bien très sincèrement, à cette minute précise, je pense ne pas aller voter. Les votes ne sont pas entendus, les votes blancs ne sont pas considérés. Seule l'abstention arrive à faire parler...

C'est peut-être là que se situe non pas la solution, mais à ma toute petite échelle, avec mes propres armes, ma revanche.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu