Avertir le modérateur

28/10/2009

Début de mes déboires

Fatigue, épuisement, lassitude, et j'en passe. Je ne sais pas si c'est le quotidien de tous les "chercheurs d'emploi", mais c'est de plus en plus souvent le mien. Le paradoxe bien sûr c'est que les "actifs", j'entends par là ceux qui bossent, ont parfois du mal à comprendre notre situation. Pour beaucoup, si on ne bosse pas, c'est qu'on le veut pas. Chaque demandeur d'emploi est un individu a part entière avec ses particularités, son, passé, ses compétences, ses connaissances, son "profil" qui lui est propre et unique.

Même en comptant quelques petits boulots d'été, je pense très sincèrement que je ne vais pas atteindre mes  années de cotisation requises (d'ailleurs personne ne sait vraiment de combien d'années il s'agira dans 20, 30 ans) avant mes 67 ans. Ben oui, j'ai eu la stupidité de vouloir poursuivre mes études au delà de mon BAC+2, et j'ai redoublé (avant le BAC et après). Bref, des années foutues en l'air, pour en arriver où ? Je dis foutues en l'air car il m'arrive de me dire que si j'étais sortie du système scolaire après le BAC ma vie professionnelle aurait pris une autre tournure.


Puis j'ai enchaîné des CDD et autres CES, le tout entrecoupé de périodes de chômage. Je totalise plus ou moins une douzaine d'années de boulot et plus de 5 ans de chômage. Rien que de l'écrire, j'en ai les doigts qui tremblent.

J'ai aussi connu le zéro salaire (avant 25 ans), le RMI, la CMU. J'ai connu les extrêmes, fait des ménages, ai été prof remplaçante. Le reste de mon parcours s'étant déroulé dans le secteur tertiaire (service public et assimilé).

Dans le courant de l'été 2007, j'ai perdu mon dernier emploi. J'ai été licenciée.

Commence donc (ou plutôt, recommence donc) le parcours du combattant de l'inscription ANPE/ASSEDIC, les convocations pour ouverture des droits ASSEDIC et entretien pour définir notre parcours soi-disant personnalisé, vu que c'est pas non plus du sur mesure. Pour ça faudrait déjà par exemple que le dernier métier exercé soit référencé au code ROME, ce qui n'est pas mon cas, ou que l'on puisse intégrer plusieurs profils diamétralement opposés dans mon cas, à votre profil.

Et, depuis 2006, les demandeurs d'emploi sont "triés" puis "classés" en catégories, selon leur profil qui d'après plusieurs critères détermine leurs potentiel de chance à une reprise rapide d'activité.

Ensuite, soit vous serez convoqués toutes les 5 minutes (bon OK, un peu moins), soit on vous "fiche la paix" pendant environ 4 mois.

Disons que les conseillers à l'emploi ne sont pas assez nombreux. La fusion n'a rien arrangé, car en plus, il a fallu former les agents ANPE aux boulot de l'ASSEDIC et vice versa. Donc des agents absents en plus. Lesquels furent remplacés par des agents recrutés sous CDD, qu'il a fallu former aussi.

Un rapport parlementaire préconisait le recrutement d'un minimum de 18 000 conseillers (avant les dégats de la crise).

Mais c'est une ouverture de 1 800 ridicules postes qui s'est effectuée en 2009. Et même parmi les agents, certains se demandent comment le casting a été réalisé. Par exemple, des agents en CDD, qui exercent depuis plusieurs mois n'on même pas vu leur candidature acceptée aux 1re phases de recrutement. Ils se demandent aujourd'hui qu'elle est leur légitimité à continuer leur mission puisque leur profil ne semble pas correspondre aux attentes...

Dans le même temps, le gouvernement annonce ne pas pouvoir faire plus. Raisons financières. Mais débloque plus de 300 millions d'Euros pour accorder à des organismes privés tels des agences intérim, la possibilité de se substituer au Pôle-Emploi et de se voir attribuer la gestion du dossier de certains "inscrits".

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu